Index   Back Top Print

[ DE  - EN  - FR  - IT  - PT ]

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
À S.E. M. MUKHTAR B. TILEUBERDI,
NOUVEL AMBASSADEUR DE LA RÉPUBLIQUE DU KAZAKHSTAN
PRÈS LE
SAINT-SIÈGE*

Salle Clémentine
Jeudi 17 décembre 2009

 

Votre Excellence,

Je suis heureux de vous accueillir au Vatican et d'accepter les Lettres qui vous accréditent comme ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Kazakhstan près le Saint-Siège. A cette occasion, je vous prie de bien vouloir transmettre mes salutations à S.E. M. le Président Nursultan Nazarbayev, qui m'a récemment rendu visite ici au Vatican, et mes meilleurs vœux à tous les habitants de la République. Veuillez assurer le président de mes prières pour son bien-être et pour celui de tous les citoyens de la nation, et transmettez-lui ma gratitude pour les vœux que vous venez d'exprimer en son nom.

Comme vous vous en souviendrez, mon vénéré prédécesseur, le regretté Pape Jean-Paul II, s'est rendu au Kazakhstan en septembre 2001. Il témoigna, dans l'incertitude et la tristesse qui frappaient le monde à cette époque, que l'Eglise, fidèle aux enseignements du Christ, soutient la paix et la compréhension entre les peuples et cherche à promouvoir le progrès humain authentique.

Le Saint-Siège encourage les nations à respecter la personne humaine dans sa totalité, consciente des besoins aussi bien spirituels que matériels de tous. L'homme est la source, le centre et le but de toute vie économique et sociale (cf. Caritas in veritate, n. 25). En effet, l'Eglise œuvre comme un levain au sein de toute société, pour souligner la dignité de l'homme, lui donner la force nécessaire pour engendrer une vision plus claire de lui-même et mobiliser une énergie nouvelle au service du développement humain authentique.

Monsieur l'Ambassadeur, bien que les chrétiens du Kazakhstan représentent un faible pourcentage de la population totale, leurs racines dans cette région remontent à plusieurs siècles. Ils constituent donc une part importante de la riche diversité de religions et de traditions qui composent votre nation. La situation de ces divers groupes vivant côte à côte dans votre pays, ainsi que votre position géographique de lien entre l'Europe et l'Asie et entre des pays ayant respectivement d'importantes populations chrétiennes et musulmanes, offrent une opportunité précieuse de promouvoir l'échange et la fraternité. La coopération pour le développement constitue également une formidable opportunité de rencontre entre les cultures et les peuples (cf. Caritas in veritate, n. 59). Un engagement constant de la part des Etats au service du respect des droits humains fondamentaux, en particulier celui de la liberté religieuse, est nécessaire pour qu'ait lieu cette rencontre de façon authentique. Les religions ont beaucoup à offrir au développement, en particulier lorsque la place de Dieu est reconnue dans l'espace public, notamment dans ses dimensions culturelle, sociale, économique et surtout politique (cf. ibid., n. 56).

Pour sa part, le Saint-Siège, avec la communauté catholique au Kazakhstan, soutient ces initiatives qui promeuvent la paix et l'authentique amitié entre les peuples, fondées sur une reconnaissance réciproque des différences légitimes mais surtout sur un engagement au service du bien commun. L'Accord signé entre le Saint-Siège et le Kazakhstan en 1998, le premier de ce genre dans votre région, est un accord fondé sur la confiance et le respect réciproques. La garantie juridique des droits et des responsabilités dans l'Accord offre les moyens d'une coopération accrue et développe la bonne volonté. Je peux vous assurer que la communauté catholique dans votre pays souhaite contribuer au renforcement des bonnes relations et de la compréhension mutuelle, entre les mondes chrétien et musulman, au bénéfice de tous. Puissent cette coopération et cette bonne volonté recevoir d'abondantes bénédictions jour après jour!

Votre Excellence, alors que le Kazakhstan assume la présidence de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe le 1er janvier 2010, je suis heureux de vous présenter mes meilleurs vœux pour la période où votre pays assumera cette charge. La communauté internationale a récemment commémoré le vingtième anniversaire de la chute du Mur de Berlin. Dans cette perspective, la présidence de votre nation à l'OSCE représente un témoignage éloquent de la manière dont le monde s'est développé et a mûri. La célébration de cet anniversaire invite également à renforcer ces progrès démocratiques en vue d'un avenir stable de la région et même du monde entier. Le Saint-Siège est engagé dans la consolidation des libertés politiques conquises il y a vingt ans en Europe, dont l'expression extérieure ne peut manquer de prospérer lorsque le don divin de la liberté intérieure est respecté et promu.

Monsieur l'ambassadeur, en vous présentant mes meilleurs vœux de succès pour votre mission, je vous assure que les divers bureaux de la Curie romaine sont prêts à vous apporter leur soutien et leur aide dans l'accomplissement de vos fonctions. L'Eglise souhaite développer et approfondir les relations harmonieuses qui existent entre le Saint-Siège et la République du Kazakhstan. Sur Votre Excellence, sa famille et tout le peuple de la République du Kazakhstan, j'invoque de tout cœur d'abondantes Bénédictions divines.


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n. 2010 n°6 p.7, 8.

 

© Copyright 2009 - Libreria Editrice Vaticana

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana