Index   Back Top Print

[ DE  - EN  - FR  - IT  - PT ]

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
À S.E. M. EINARS SEMANIS,
NOUVEL AMBASSADEUR DE LA RÉPUBLIQUE DE LETTONIE
PRÈS LE SAINT-SIÈGE*

Salle Clémentine
Jeudi 17 décembre 2009

 

Monsieur l'ambassadeur,

En vous souhaitant la bienvenue au Vatican et en acceptant les Lettres qui vous accréditent comme ambassadeur de la République de Lettonie près le Saint-Siège, je suis heureux d'exprimer ma satisfaction pour les relations cordiales qui existent entre nous. Je suis reconnaissant à Votre Excellence de me transmettre les salutations courtoises de votre président, S.E. M. Valdis Zatlers, et je vous prie de bien vouloir lui exprimer les miennes en retour, ainsi que mes meilleurs vœux pour lui et tout le peuple de la République de Lettonie.

Depuis sa position unique sur les côtes baltes, la Lettonie a joué un rôle important dans l'évolution commerciale et culturelle de l'Europe. Cette influence n'a pas décliné, même lorsque son peuple a été privé, pendant des périodes longues et difficiles, de son statut de nation souveraine. A présent que son identité nationale n'est plus remise en question, et que son peuple jouit à nouveau de la liberté, la Lettonie a beaucoup à offrir à la communauté internationale. Vous avez mentionné, Monsieur l'ambassadeur, le vingtième anniversaire de l'apparition du « Baltic Way » à travers lequel la Lettonie, la Lituanie et l'Estonie ont exprimé leur souhait de retourner pleinement en Europe. Ce geste historique a représenté un acte de confiance dans les valeurs essentielles de la liberté, de la vérité, de la justice et de la solidarité qui, fondées sur la tradition et la vision chrétiennes, ont construit la culture européenne et ont été à l'origine de ses institutions les plus importantes. Devenue membre de l'Union européenne en 2004, la Lettonie est elle aussi appelée à présent à prendre part à la tâche du continent de rechercher les moyens d'une plus vaste collaboration internationale pour consolider la liberté, la paix et la prospérité de ses habitants.

Monsieur l'ambassadeur, vous avez également souligné les moments importants et les fruits de l'histoire chrétienne de votre pays, auquel le Pape Innocent III donna le nom de Terre mariale en l'année 1205. Je prie pour que la Lettonie, inspirée par une appellation si amicale et si puissante puisse demeurer fidèle aux principes et aux valeurs que les premiers témoins chrétiens portèrent dans votre pays, à commencer par saint Meinhard et les autres pasteurs sages et zélés qui ont évangélisé votre nation. Les chrétiens de toutes les Eglises et communautés ecclésiales en Lettonie sont appelés à contribuer à la vie politique et culturelle de la nation ainsi qu'à œuvrer pour une unité visible du Corps mystique du Christ. Mon prédécesseur, le regretté Pape Jean-Paul II, lors de sa visite historique dans votre pays en 1993, encouragea la recherche d'une plus grande unité chrétienne sur laquelle puisse s'appuyer l'unité nationale et en tant que priorité pour le renouveau (cf. Discours au sanctuaire marial d'Aglona, 9 septembre 1993). Il faut souhaiter qu'un tel renouveau ait lieu bientôt pour le bien de la nation dans son ensemble.

Les Lettons, dont l'attachement à leur terre est bien connu et qui sont attentifs à la protéger contre la dégradation de l'environnement, s'inspirent également de leur folklore et de leur culture comme base solide pour l'attention qu'ils portent à la terre sous tous ses aspect. En employant leur ingéniosité et en cultivant les ressources que Dieu leur a données, en exaltant la dignité humaine et en respectant la vie humaine, ainsi qu'en promouvant la vocation de l'homme à construire un humanisme ouvert aux valeurs spirituelles et transcendantes (cf. Caritas in veritate, n. 18), la Lettonie deviendra sans aucun doute le modèle d'un développement qui protège la dignité de la personne humaine tout en étant sensible aux exigences d'une économie durable.

La récente crise économique mondiale a eu de graves effets sur l'économie nationale, en engendrant de la pauvreté et du chômage dans certaines zones et en laissant un grand nombre de personnes dans l'incertitude quant à leur avenir. Je souhaite sincèrement que les Lettons puissent garder courage, au moment où, avec leurs dirigeants, ils cherchent des moyens efficaces de surmonter cette crise et de reconstruire le moteur économique de la Lettonie. De telles périodes exigent de la force et de la décision. Vos compatriotes, Monsieur l'ambassadeur, sont conscients que certaines mesures radicales peuvent être nécessaires pour soutenir le bien commun, même au prix de restrictions, de renoncements et de sacrifices. D'un autre côté, de telles mesures ne peuvent être couronnées de succès – et être socialement acceptables – que si elles sont menées dans un esprit de justice et d'équité authentiques et avec une attention particulière à l'égard de ceux qui sont les plus vulnérables. Je prie pour que la fermeté d'esprit des Lettons puisse continuer à les soutenir.

Enfin, Monsieur l'ambassadeur, je suis certain que les relations cordiales entre le Saint-Siège et la Lettonie, renouées il y seize ans après une longue interruption qui n'était souhaitée par aucune des deux parties, aideront à promouvoir la fraternité, le respect et le dialogue. En vous présentant mes meilleurs vœux au début de votre mission comme ambassadeur près le Saint-Siège, je vous assure de la disponibilité de la Curie romaine à vous assister dans votre importante mission. Puisse Dieu tout-puissant déverser ses abondantes Bénédictions sur vous et sur tout le peuple de Lettonie.


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française 2010 n° 6 p.9, 10.

 

© Copyright 2009 - Libreria Editrice Vaticana

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana