Index   Back Top Print

[ DE  - EN  - ES  - FR  - IT  - PT ]

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
AUX PARTICIPANTS À LA XIV SÉANCE PUBLIQUE
DES ACADÉMIES PONTIFIC
ALES

Salle Clémentine
Jeudi 28 janvier 2010

 

 

Messieurs les cardinaux,
vénérés frères dans l'épiscopat
et dans le sacerdoce,
éminents présidents et académiciens,
Mesdames et Messieurs!

Je suis heureux de vous accueillir et de vous rencontrer à l'occasion de la séance publique des Académies pontificales, un moment culminant des multiples activités de l'année. Je salue Mgr Gianfranco Ravasi, président du Conseil de coordination entre les Académies pontificales, et je le remercie des paroles courtoises qu'il m'a adressées. J'étends mes salutations aux présidents des Académies pontificales, aux académiciens et aux membres ici présents. La séance publique d'aujourd'hui, au cours de laquelle a été remis en mon nom le Prix des Académies pontificales, aborde un thème qui, dans le cadre de l'Année sacerdotale, revêt une importance particulière:  "La formation théologique du prêtre".

Aujourd'hui, fête de saint Thomas d'Aquin, grand Docteur de l'Eglise, je souhaite vous proposer quelques réflexions sur les finalités et sur la mission spécifique des Institutions culturelles de grand mérite du Saint-Siège, dont vous faites partie et qui vantent une tradition riche et variée de recherche et d'engagement dans divers secteurs. Les années 2009-2010, en effet, pour certaines d'entre elles, sont marquées par un anniversaire spécifique, qui constitue un motif supplémentaire de rendre grâce au Seigneur. En particulier, l'Académie pontificale romaine d'archéologie commémore sa fondation il y a deux siècles, en 1810, et la transformation en Académie pontificale en 1829. L'Académie pontificale de Saint Thomas d'Aquin et l'Académie pontificale Cultorum Martyrum ont commémoré leur 130 année d'existence, ayant été fondées toutes deux en 1879. L'Académie pontificale mariale internationale a célébré, ensuite, le 50 anniversaire de sa transformation en Académie pontificale. Les Académies pontificales de saint Thomas d'Aquin et de théologie, enfin, ont commémoré les dix ans de leur renouveau institutionnel, datant de 1999 avec le Motu Proprio Inter munera Academiarum, qui porte précisément la date du 28 janvier.

De très nombreuses occasions, par conséquent, de revisiter le passé, à travers la lecture attentive des pensées et des actes des fondateurs et de ceux qui se sont prodigués pour le progrès de ces Institutions. Mais le regard rétrospectif et la mémoire du passé glorieux ne peuvent pas constituer l'unique approche de ces événements, qui rappellent avant tout le devoir et la responsabilité des Académies pontificales de servir fidèlement l'Eglise et le Saint-Siège, en renouvelant dans le présent l'engagement riche et diversifié qui a déjà produit de précieux fruits jusque dans le passé récent. La culture contemporaine, et plus encore les croyants eux-mêmes, en effet, sollicitent continuellement la réflexion et l'action de l'Eglise dans les divers domaines où apparaissent de nouvelles problématiques et qui constituent également des secteurs au sein desquels vous œuvrez, comme la recherche philosophique et théologique; la réflexion sur la figure de la Vierge Marie; l'étude de l'histoire, des monuments, des témoignages reçus en héritage des fidèles des premières générations chrétiennes, à commencer par les martyrs; le délicat et important dialogue entre la foi chrétienne et la créativité artistique, auquel j'ai voulu consacrer la Rencontre avec des personnalités du monde de l'art et de la culture, qui s'est déroulée dans la chapelle Sixtine le 21 novembre dernier. Dans ces délicats espaces de recherche et d'engagement, vous êtes appelés à offrir une contribution de qualité, compétente et passionnée, afin que toute l'Eglise, et en particulier le Saint-Siège, puisse disposer d'occasions, de langages et de moyens adaptés pour dialoguer avec les cultures contemporaines et répondre de manière efficace aux questions et aux défis qui l'interpellent dans les divers domaines du savoir et de l'expérience humaine.

Comme je l'ai plusieurs fois affirmé, la culture d'aujourd'hui est fortement influencée à la fois par une vision dominée par le relativisme et par le subjectivisme et par des méthodes et des comportements parfois superficiels et même conventionnels, qui nuisent au sérieux de la recherche et de la réflexion et, par conséquent, également du dialogue, de la confrontation et de la communication entre les personnes. Il semble donc urgent et nécessaire de recréer les conditions essentielles d'une capacité réelle d'approfondissement dans l'étude et dans la recherche, pour que l'on dialogue de manière raisonnée et que l'on se confronte de façon efficace sur les différentes problématiques, dans la perspective d'une croissance commune et d'une formation qui promeuve l'homme dans son intégralité et sa totalité. Au manque de points de référence conceptuels et moraux, qui pénalise en particulier la coexistence civile et surtout la formation des jeunes générations, doit correspondre une offre conceptuelle et concrète de valeurs et de vérité, de fortes raisons de vie et d'espérance, qui puisse et doive intéresser tous, notamment les jeunes. Cet engagement doit être particulièrement actif dans le secteur de la formation des candidats au ministère ordonné, comme l'exige l'Année sacerdotale et comme le confirme l'heureux choix de lui consacrer votre Séance publique annuelle.
L'une des Académies pontificales porte le nom de saint Thomas d'Aquin, le Doctor Angelicus et communis, un modèle toujours actuel dont peuvent s'inspirer l'action et le dialogue des Académies pontificales avec les différentes cultures. Celui-ci, en effet, parvint à instaurer une confrontation fructueuse tant avec la pensée arabe qu'avec la pensée juive de son époque, et, tirant profit de la tradition philosophique grecque, il produisit une extraordinaire synthèse théologique, mettant pleinement en harmonie la raison et la foi. Il laissa déjà à ses contemporains un souvenir profond et indélébile, précisément en raison de l'extraordinaire finesse et acuité de son intelligence et de la grandeur et originalité de son génie, ainsi que de la lumineuse sainteté de sa vie. Son premier biographe, Guillaume de Tocco, souligne l'extraordinaire et puissante originalité pédagogique de saint Thomas, avec des expressions qui peuvent aussi inspirer vos actions:  Frère Thomas - écrit-il - "dans ses leçons introduisait de nouveaux articles, résolvait les questions d'une façon nouvelle et plus claire avec de nouveaux arguments. Par conséquent, ceux qui l'écoutaient enseigner des thèses nouvelles et les traiter avec une méthode nouvelle, ne pouvaient douter que Dieu l'avait illuminé avec une lumière nouvelle:  en effet, est-il jamais possible d'enseigner ou d'écrire des opinions nouvelles, si l'on n'a pas reçu de Dieu une inspiration nouvelle?" (Vita sancti Thomae Aquinatis, in Fontes Vitae S. Thomae Aquinatis notis historicus et criticis illustrati, ed. D. Prümmer M.-H. Laurent, Toulouse, n.d., fasc. 2, p. 81).

La pensée et le témoignage de saint Thomas d'Aquin nous suggèrent d'étudier avec une grande attention les problèmes émergents pour offrir des réponses adaptées et innovatrices. Confiants dans la capacité de la "raison humaine", dans la pleine fidélité à l'immuable depositum fidei, il faut - comme le fit le "Doctor Communis" - puiser toujours aux richesses de la Tradition, dans la recherche constante de la "vérité des choses". Pour cela, il est nécessaire que les Académies pontificales soient aujourd'hui plus que jamais des institutions vitales et vivaces, capables de percevoir avec acuité tant les demandes de la société et des cultures, que les besoins et les attentes de l'Eglise, pour offrir une contribution adéquate et valable et promouvoir ainsi, avec toutes les énergies et les moyens à disposition, un authentique humanisme chrétien.

En remerciant, par conséquent, les Académies pontificales pour le généreux dévouement et pour l'engagement offert, je souhaite à chacune d'enrichir les histoires et les traditions respectives à travers de nouveaux projets significatifs, afin de poursuivre leur mission, avec un élan renouvelé. Je vous assure de mon souvenir dans la prière et, en invoquant sur vous et sur les institutions auxquelles vous appartenez l'intercession de la Mère de Dieu, Sedes Sapientiae, et de saint Thomas d'Aquin, je vous donne de tout cœur ma Bénédiction apostolique.

 

      

© Copyright 2010 - Libreria Editrice Vaticana

   



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana