Index   Back Top Print

[ DE  - EN  - ES  - FR  - IT  - PT ]

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
À L'ASSEMBLÉE PLÉNIÈRE DU
CONSEIL PONTIFICAL POUR LA FAMILLE

Salle Clémentine
Jeudi 1er décembre 2011

 

Messieurs les cardinaux,
vénérés frères dans l’épiscopat et dans le sacerdoce,
chers frères et sœurs!

Je suis heureux de vous accueillir à l’occasion de l’assemblée plénière du Conseil pontifical pour la famille, qui célèbre un double trentième anniversaire: celui de l’exhortation apostolique Familiaris consortio, publiée le 22 novembre 1981 par le bienheureux Jean-Paul II et celui du dicastère lui-même, qu’il institua le 9 mai précédent avec le Motu propio Familia a Deo instituta, comme signe de l’importance à attribuer à la pastorale familiale dans le monde et, dans le même temps, comme instrument concret pour aider à la promouvoir à tous les niveaux (cf. Jean-Paul II, Familiaris consortio, n. 73). Je salue cordialement le cardinal Ennio Antonelli, en le remerciant pour les paroles avec lesquelles il a introduit notre rencontre, ainsi que Mgr le secrétaire, les autres collaborateurs et vous tous ici présents.

La nouvelle évangélisation dépend en grande partie de l’Eglise domestique (cf. ibid., n. 65). A notre époque, comme aux époques précédentes, l’éclipse de Dieu, la diffusion d’idéologies contraires à la famille et la dégradation de l’éthique sexuelle apparaissent liées entre elles. Et de même que l’éclipse de Dieu est en relation avec la crise de la famille, ainsi, la nouvelle évangélisation est inséparable de la famille chrétienne. La famille est en effet la voie de l’Eglise parce qu’elle est l’«espace humain» de la rencontre avec le Christ. Les conjoints «non seulement reçoivent l'amour du Christ en devenant une communauté sauvée, mais ils sont également appelés à transmettre à leurs frères le même amour du Christ, en devenant ainsi une communauté qui sauve» (ibid., n. 49). La famille fondée sur le sacrement du mariage est une réalisation particulière de l’Eglise, une communauté sauvée et qui sauve, évangélisée et évangélisatrice. Comme l’Eglise, elle est appelée à accueillir, faire rayonner et manifester dans le monde l’amour et la présence du Christ. L’accueil et la transmission de l’amour divin se réalisent dans le dévouement réciproque des conjoints, dans la procréation généreuse et responsable, dans le soin et dans l’éducation des enfants, dans le travail et dans les relations sociales, dans l’attention aux personnes dans le besoin, dans la participation aux activités ecclésiales, dans l’engagement civil. Dans la mesure où la famille chrétienne, à travers un chemin de conversion permanente soutenue par la grâce de Dieu, réussit à vivre l’amour comme communion et service, comme don réciproque et ouverture vers tous, reflète dans le monde la splendeur du Christ et la beauté de la Trinité divine. Saint Augustin a une célèbre phrase: «Eh bien oui! tu vois la Trinité, si tu vois la charité» (De Trinitate, VIII, 8). Et la famille est l’un des lieux fondamentaux dans lequel on vit et on éduque à l’amour, à la charité.

A la suite de mes prédécesseurs, j’ai moi aussi exhorté à plusieurs reprises les époux chrétiens à évangéliser tant par le témoignage de la vie que par la participation aux activités pastorales. Je l’ai fait également récemment, à Ancône, à l’occasion de la clôture du Congrès eucharistique national italien. Là, j’ai voulu rencontrer les époux et les prêtres. En effet, les deux sacrements dits «du service de la communion» (CEC, n. 1535), l’ordre sacré et le mariage, doivent être reconduits à l’unique source eucharistique. «Ces deux états de vie ont, en effet, la même racine dans l’amour du Christ, qui se donne pour le salut de l’humanité; ils sont appelés à une mission commune: celle de témoigner et de rendre présent cet amour au service de la communauté pour l’édification du Peuple de Dieu. Cette perspective permet avant tout de surmonter une vision réductrice de la famille, qui la considère comme simple destinataire de l’action pastorale [...] La famille est une richesse pour les époux, un bien irremplaçable pour les enfants, un fondement indispensable de la société, une communauté vitale pour le chemin de l’Eglise» (Discours aux prêtres et aux familles, 11 septembre 2011). En vertu de cela, «la famille est le lieu privilégié de l’éducation humaine et chrétienne et demeure, dans ce but, la meilleure alliée du ministère sacerdotal. [...] Aucune vocation n’est une question privée, encore moins celle au mariage, car son horizon est l’Eglise tout entière» (ibid.).

Il existe des domaines dans lesquels le rôle actif des familles, en collaboration avec les prêtres et sous la direction des évêques, est particulièrement urgent: l’éducation des enfants, des adolescents et des jeunes à l’amour, entendu comme don de soi et communion; la préparation des fiancés à la vie matrimoniale à travers un itinéraire de foi; la formation des époux; les expériences associatives ayant des finalités caritatives, éducatives et d’engagement civil; la pastorale des familles pour les familles, adressée à chaque étape de la vie, et qui valorise le temps du travail comme celui de la fête.

Chers amis, nous nous préparons à la VIIe rencontre mondiale des familles, qui se tiendra à Milan du 30 mai au 3 juin 2012. Ce sera pour moi et pour nous tous une grande joie de nous retrouver ensemble, de prier et de faire la fête avec les familles venues du monde entier, accompagnées par leurs pasteurs. Je remercie l’Eglise ambrosienne pour le profond engagement qu’elle a démontré jusqu’à présent et pour celui des mois prochains. J’invite les familles de Milan et de Lombardie à ouvrir les portes de leurs maisons pour accueillir les pèlerins qui viendront du monde entier. Dans l’hospitalité, ils feront l’expérience de la joie et de l’enthousiasme: il est beau de se rencontrer et de se lier d’amitié, de s’échanger des récits liés à la vie de famille et à l’expérience de foi qui y est liée. Dans ma lettre de convocation à la rencontre de Milan, je demandais «un parcours adéquat de préparation ecclésiale et culturelle», afin que l’événement puisse être fructueux et fasse concrètement participer les communautés chrétiennes du monde entier. Je remercie tous ceux qui ont déjà réalisé des initiatives dans ce sens, et j’invite ceux qui ne l’ont pas encore fait à tirer profit des prochains mois. Votre dicastère a rédigé un précieux manuel avec des catéchèses sur le thème: «La famille, le travail et la fête»; il a en outre formulé pour les paroisses, les associations et les mouvements, une proposition de «semaine de la famille» et d’autres initiatives de ce genre sont souhaitables.

Merci encore pour votre visite et pour le travail que vous accomplissez en faveur des familles et au service de l’Evangile. Tandis que je vous assure de mon souvenir dans la prière, je donne de tout cœur à chacun de vous et à vos proches une Bénédiction apostolique particulière.



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana