Index   Back Top Print

[ EN  - ES  - FR  - IT  - PT ]

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
AUX ÉVÊQUES DE NOUVELLE-ZÉLANDE ET DU PACIFIQUE
EN VISITE «AD LIMINA APOSTOLORUM»

Salle du Consistoire
Samedi 17 décembre 2011

 

Chers Frères dans l’Épiscopat et le sacerdoce,

Je suis heureux de vous souhaiter une chaleureuse et fraternelle bienvenue à l’occasion de votre visite ad limina Apostolorum. Cette rencontre est un signe tangible de notre communion dans la foi et la charité dans l’unique l’Église du Christ. Je désire remercier Mgr Dew et Mgr Mafi pour les aimables paroles qu’ils m’ont adressées en votre nom. Je salue cordialement les prêtres, les personnes consacrées, ainsi que tous les fidèles qui sont confiées à vos soins pastoraux. Veuillez les assurer de mes prières pour leur croissance dans la sainteté, et de mon affection pour eux dans le Seigneur.

Reconnaissant envers Dieu Tout-puissant, je relève, dans vos Relations, les nombreuses bénédictions que le Seigneur a accordées à vos circonscriptions ecclésiastiques. Je suis également conscient des défis de la vie chrétienne qui sont communs à chacun de vous, malgré les divers contextes sociaux, économiques et culturels dans lesquels vous opérez. Vous avez mentionné en particulier le défi que la sécularisation, caractéristique de vos sociétés, représente pour vous. Cette réalité a un impact important sur la compréhension et la pratique de la foi catholique. Cela est rendu particulièrement visible dans une approche déficiente de la nature sacrée du mariage chrétien et de la stabilité de la famille. Dans ce contexte, le combat pour mener une vie digne de notre vocation baptismale (cf. Ép. 4, 1) et pour s’abstenir des passions terrestres qui font la guerre à nos âmes (cf. 1 P 2, 11), demande toujours plus d’engagement. De plus et en dernière analyse, nous savons que la foi chrétienne apporte à la vie une base plus sûre que la vision sécularisée. « En réalité, le mystère de l’homme ne s’éclaire vraiment que dans le mystère du Verbe incarné » (Gaudium et Spes, 22).

C’est pourquoi le Conseil pontifical pour la promotion de la Nouvelle Évangélisation a été institué récemment. Puisque la foi chrétienne est fondée sur le Verbe incarné, Jésus-Christ, la nouvelle évangélisation n’est pas un concept abstrait mais la reprise d’une vie chrétienne authentique qui s’appuie sur les enseignements de l’Église. En tant qu’Évêques et Pasteurs, vous êtes appelés à être les protagonistes de la formulation de cette réponse selon les nécessités locales et les situations au sein de vos pays et de vos peuples respectifs. En renforçant les liens visibles de la communion ecclésiale, vous construisez entre vous les liens toujours plus forts de foi et de charité, afin que les personnes que vous servez, puissent à leur tour imiter votre charité et devenir des ambassadeurs du Christ dans l’Église et dans la société.

En affrontant ce défi historique, vous devez vous laisser guider par l’Esprit Saint qui appelle aussi, consacre et envoie les prêtres comme les « collaborateurs de l’Ordre des Évêques, auxquels ils sont unis dans le ministère sacerdotal et avec lesquels ils sont appelés au service du peuple de Dieu » (Rite d’ordination des Prêtres). Chers frères dans l’Épiscopat, je vous encourage à prendre particulièrement soin de vos prêtres. Comme vous le savez, l’une de vos premières obligations pastorales concerne vos prêtres et de leur sanctification, spécialement ceux qui connaissent des difficultés ou qui ont peu de contact avec leurs confrères. Soyez pour eux des pères qui les guident sur le chemin de la sainteté, pour que leur vie puisse aussi attirer d’autres personnes à la suite du Christ. Nous savons que des prêtres bons, avisés et saints sont les meilleurs promoteurs des vocations au sacerdoce. Avec la conviction qui vient de la foi, nous pouvons dire que le Seigneur appelle toujours encore des hommes au sacerdoce, et vous êtes conscients qu’encourager ceux-ci à envisager de consacrer toute leur vie au Christ fait partie de vos priorités majeures. Aujourd’hui, les jeunes ont davantage besoin d’être aidés par un discernement spirituel afin qu’ils puissent comprendre la volonté de Dieu. Dans un monde marqué par une « profonde crise de la foi » (Porta Fidei, 2), assurez-vous aussi que vos séminaristes reçoivent une formation complète qui les prépare à servir le Seigneur et à aimer son troupeau en suivant l’exemple du Bon Pasteur.

Dans ce contexte, je désire souligner l’importante contribution qu’ont apportée les religieux et les religieuses, présents dans vos pays, à la diffusion de l’Évangile, sans oublier ceux qui exercent leur activité dans le domaine pastoral, catéchétique et éducatif. En union avec ceux qui mènent une vie contemplative, puissent-ils rester fidèles aux charismes de leurs fondateurs, qui sont toujours en communion avec la vie et la discipline de toute l’Église. Que leur témoignage rendu à Dieu continue d’être un phare montrant une vie pleine de foi, d’amour et de droiture.

De même, le rôle des fidèles laïcs dans la vie concrète de l’Église est essentiel puisque le Seigneur n’attend pas que les pasteurs assument « à eux seuls toute la mission de salut de l’Église » (Lumen Gentium, 30). De vos Rapports, j’ai compris que votre mission de répandre l’Évangile dépend souvent de l’aide apportée par les missionnaires et catéchistes laïcs. Continuez à vous assurer qu’une formation, solide et continue, leur soit fournie, spécialement dans le cadre de leurs associations. En faisant ainsi, vous les équiperez pour toute œuvre bonne en vue de la construction du Corps du Christ (cf. 2 Tm 3, 17 ; Ép 4, 12). Leur zèle pour la foi, sous votre conduite et avec votre soutien continuel, portera certainement de nombreux fruits dans la vigne du Seigneur.

Chers Frères dans l’Épiscopat et le sacerdoce, puisque j’ai eu la possibilité de parler avec vous de la Nouvelle Évangélisation, je le fais en pensant aussi à l’Année de la Foi, récemment proclamée, pour « donner un élan renouvelé à la mission de toute l’Église de conduire les hommes hors du désert dans lequel ils se trouvent souvent » (Homélie, 16 octobre 2011). Puisse ce temps privilégié servir d’inspiration au moment où vous vous unissez à l’Église tout entière dans ses efforts assidus pour la Nouvelle Évangélisation, afin que, bien que vous soyez disséminés sur de nombreuses îles et que de grandes distances nous séparent, nous professions ensemble « un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous » (Ép 4, 5-6). Puissiez-vous continuer à être unis entre vous et avec le Successeur de Pierre ! Vous confiant à l’intercession de Notre-Dame, Étoile de la Mer, et vous assurant de mon affection et de mes prières, pour vous et pour les personnes dont vous avez la charge pastorale, je vous accorde volontiers ma Bénédiction apostolique.

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana