Index   Back Top Print

[ DE  - EN  - ES  - FR  - IT  - PT ]

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
AUX ÉVÊQUES DE LA CONFÉRENCE ÉPISCOPALE DES PHILIPPINES
EN VISITE «AD LIMINA APOSTOLORUM»

Salle du Consistoire
Vendredi 18 février 2011

 

Chers frères évêques,

Je suis heureux de vous recevoir aujourd’hui, à l’occasion de votre visite ad limina, et je vous adresse mes sincères meilleurs vœux et mes prières, pour vous et pour tous ceux qui sont confiés à votre sollicitude pastorale. Votre présence auprès des tombes des apôtres Pierre et Paul renforce la profonde unité déjà existante entre l’Eglise des Philippines et le Saint-Siège. Etant donné que les liens profonds entre les catholiques et le Successeur de Pierre ont toujours été une caractéristique importante de la foi dans votre pays, je prie afin que cette communion continue à croître et à se développer, tandis que vous affrontez les défis présents de votre apostolat.

Alors que les Philippines continuent à affronter de nombreux défis dans le domaine du développement économique, nous devons reconnaître que ces obstacles à une vie de joie et de réalisation ne sont pas les uniques pierres d’achoppement que l’Eglise doit affronter. La culture philippine doit également affronter des questions plus complexes relatives au sécularisme, au matérialisme, et au consumérisme de notre époque. Lorsque l’autosuffisance et la liberté sont séparées de leur lien avec Dieu et de leur accomplissement en Lui, la personne humaine crée un faux destin pour elle-même et perd de vue la joie éternelle pour laquelle elle a été créée. Le chemin vers la redécouverte du destin authentique de l’humanité ne peut être trouvé qu’en rétablissant la priorité de Dieu dans le cœur et dans l’esprit de chaque personne.

En particulier, pour garder Dieu au centre de la vie des fidèles, votre prédication et celle de votre clergé doivent être spécifiques, afin que chaque catholique comprenne de la manière la plus profonde, en mesure de transformer sa vie, que Dieu existe, qu’il nous aime et qu’en Christ il répond aux questions essentielles de notre vie. Votre grande tâche dans l’évangélisation est donc de proposer une relation personnelle avec le Christ comme clef de réalisation complète. Dans ce domaine, le deuxième Concile plénier des Philippines continue à porter des fruits bénéfiques, ayant eu pour conséquence que de nombreux diocèses ont réalisé des programmes pastoraux centrés sur la transmission de la bonne nouvelle du salut. Dans le même temps, il faut reconnaître que les nouvelles initiatives dans le domaine de l’évangélisation ne seront fécondes que si, par la grâce de Dieu, ceux qui les proposent sont des personnes qui croient vraiment dans le message de l’Evangile et le vivent personnellement.

Cela est certainement l’un des motifs pour lesquels les communautés ecclésiales de base ont eu un impact si positif dans tout le pays. Là où elles ont été constituées et guidées par des personnes motivées par la force de l’amour du Christ, ces communautés ont démontré être de dignes instruments d’évangélisation, en œuvrant avec les paroisses locales. De manière analogue, l’Eglise aux Philippines a la chance d’avoir de nombreuses organisations laïques qui continuent d’attirer les personnes vers le Seigneur. Dans le but de répondre aux questions de notre temps, les laïcs doivent écouter le message de l’Evangile dans sa plénitude, en comprenant ses implications pour leur vie personnelle et pour la société en général, et être donc constamment convertis au Seigneur. C’est pourquoi je vous exhorte à faire preuve d’un soin particulier en guidant ces groupes, afin que le primat de Dieu puisse demeurer au premier plan.

Ce primat est particulièrement important quand il s’agit d’évangéliser les jeunes. Je suis heureux de constater que dans votre pays, la foi joue un rôle très important dans la vie de nombreux jeunes, un fait dû en large partie au travail patient de l’Eglise locale pour toucher les jeunes à tous les niveaux. Je vous encourage à continuer à rappeler aux jeunes que les séductions de ce monde ne satisferont pas leur désir naturel de bonheur. Seule la véritable amitié avec Dieu brisera les chaînes de la solitude dont souffre notre humanité fragile et créera une communion authentique et durable avec les autres, un lien spirituel qui suscitera en nous le désir de servir les besoins de ceux que nous aimons dans le Christ. Il faut également se soucier de montrer aux jeunes l’importance des sacrements comme instruments de la grâce et de l’aide de Dieu. Cela vaut de manière particulière pour le sacrement du mariage, qui sanctifie la vie conjugale dès ses débuts, afin que la présence de Dieu puisse soutenir les jeunes couples dans leurs difficultés.

Le soin pastoral des jeunes visant à établir le primat de Dieu dans leur cœur tend, par sa nature, à engendrer non seulement des vocations au mariage chrétien, mais également de nombreux appels de toutes sortes. Je suis heureux de constater le succès d’initiatives locales visant à promouvoir de nombreuses vocations au sacerdoce et à la vie religieuse. Toutefois, le besoin de serviteurs du Christ toujours plus engagés, que ce soit dans leur pays ou à l’étranger, est encore pressant. De vos comptes-rendus quinquennaux, il ressort que, dans de nombreux diocèses, le nombre de prêtres et le nombre correspondant de paroisses ne sont pas encore suffisants pour répondre aux besoins spirituels de la grande et croissante population catholique. Je prie donc avec vous, afin que les jeunes Philippins qui se sentent appelés au sacerdoce et à la vie religieuse répondent avec générosité aux suggestions de l’Esprit. Puisse la mission évangélisatrice de l’Eglise être soutenue par les merveilleux dons que le Seigneur offre à ceux qu’il appelle! Quant à vous, en tant que pasteurs vous veillerez à offrir à ces jeunes vocations un plan de formation intégral bien développé et appliqué avec attention, de façon à ce que leur inclination initiale vers une vie de service au Christ et à ses fidèles puisse parvenir à une pleine maturation spirituelle et humaine.

Chers frères dans l’épiscopat, avec ces réflexions, je vous assure de mes prières et je vous confie à l’intercession de saint Lorenzo Ruiz. Puisse son exemple de fidélité inébranlable au Christ constituer pour vous un encouragement dans votre engagement apostolique. A vous, au clergé, aux religieux et à tous les fidèles confiés à vos soins, je donne de tout cœur ma Bénédiction apostolique, comme gage de grâce et de paix.

 

       



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana