Index   Back Top Print

[ EN  - FR  - IT  - PT ]

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI  
À LA CONFÉRENCE ÉPISCOPALE INDIENNE
EN VISITE "AD LIMINA APOSTOLORUM"

Salle du Consistoire
Lundi
16 mai 2011

 

Chers frères dans l’épiscopat,

C’est pour moi une grande joie de vous accueillir à l’occasion de votre visite «ad limina Apostolorum» en ce temps de Pâques. A travers vous, j’étends mes salutations à tous les fidèles confiés à vos soins, et je remercie le cardinal Telesphore Placidus Toppo pour les sentiments cordiaux de communion avec le Successeur de Pierre qu’il a exprimés en votre nom.

La présence du Christ ressuscité parmi ses disciples a été une source de profond réconfort pour eux, les confirmant dans leur foi et renforçant leur amour pour lui; et lors de son Ascension, il leur a confié un mandat, en disant: «Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit» (Mt 28, 19-20). Ce mandat a poussé votre grand patron saint Thomas, les autres apôtres et ceux qui les ont suivis, à prêcher l’Evangile parmi les nations; et à travers la prédication de la parole et la célébration des sacrements, la vie divine de la Très Sainte Trinité a été transmise à de nombreuses âmes chrétiennes.

Aujourd’hui, comme en tout temps, le mandat apostolique trouve sa source et son point central dans la proclamation du Fils incarné de Dieu, qui est la plénitude de la révélation divine et «le chemin, la vérité et la vie» (Jn 14, 6). Sauveur de toute la création, il est le messager de la Bonne Nouvelle pour tous et l’accomplissement des aspirations les plus profondes de l’homme. La révélation définitive de Dieu qui vient à nous dans Jésus Christ et que les croyants proclament joyeusement à travers le monde, est exprimée de façon particulière dans les Ecritures Saintes et dans la vie sacramentelle de l’Eglise. Le pouvoir salvifique du Christ est également proclamé dans les vies des saints qui ont accueilli de tout leur cœur le message de l’Evangile et qui l’ont vécu fidèlement parmi leurs frères et sœurs. La révélation chrétienne, lorsqu’elle est acceptée de façon libre et par l’œuvre de la grâce de Dieu, transforme les hommes et les femmes de l’intérieur et établit une relation extraordinaire avec Dieu, notre Père céleste, à travers le Christ, dans l’Esprit Saint. Tel est le cœur du message que nous enseignons, tel est le grand don que nous offrons dans la charité à notre prochain: la participation à la vie même de Dieu.

Au sein de l’Eglise, les premiers pas des croyants sur le chemin du Christ doivent toujours être accompagnés par une solide catéchèse qui leur permette de grandir dans la foi, l’amour et le service. Certains de vous m’ont parlé des défis que vous devez affronter à cet égard, et je vous soutiens dans votre engagement visant à offrir une formation de qualité dans ce domaine. En reconnaissant que la catéchèse diffère de la spéculation théologique, les prêtres, les religieux et les catéchistes laïcs doivent savoir comment communiquer avec clarté et une dévotion pleine d’amour la beauté transformatrice de l’existence et de l’enseignement chrétien, qui permettra et enrichira la rencontre avec le Christ lui-même. Cela est particulièrement vrai pour préparer les fidèles à rencontrer notre Seigneur dans les sacrements.

En ce qui concerne le monde en général, l’engagement chrétien de vivre et de témoigner de l’Evangile présente des défis distincts en tout temps et en tout lieu. Cela est certainement vrai pour votre pays, qui abrite diverses religions anciennes, y compris le christianisme. La vie chrétienne dans ces sociétés exige toujours l’honnêteté et la sincérité à l’égard des croyances personnelles, et le respect à l’égard de celles de son voisin. Dans de telles conditions, la présentation de l’Evangile exige le processus délicat de l’inculturation. Il s’agit d’une tâche qui respecte et préserve le caractère unique et l’intégrité de la révélation divine donnée à l’Eglise en héritage, tout en montrant qu’elle est intelligible et attirante pour ceux auxquels elle est proposée. Le processus d’inculturation exige que, dans la présentation de la Bonne Nouvelle, les prêtres, les religieux et les catéchistes laïcs utilisent attentivement les langages et les traditions appropriées des personnes qu’ils servent. Tandis que vous vous efforcez d’affronter les conditions difficiles dans lesquelles vous devez proclamer ce message dans les divers contextes culturels dans lesquels vous vous trouvez, vous êtes appelés, chers frères dans l’épiscopat, à superviser ce processus dans la fidélité au dépôt de la foi, qui nous a été confié pour être maintenu et transmis. Efforcez-vous d’allier cette fidélité avec sensibilité et créativité, afin de rendre raison de façon convaincante de l’espérance qui est en vous (1 P 3, 15).

En ce qui concerne le dialogue interreligieux, je suis conscient des conditions difficiles qu’un grand nombre d’entre vous doivent affronter pour développer un dialogue avec d’autres croyances religieuses, tout en encourageant une atmosphère d’interaction tolérante. Votre dialogue devrait être caractérisé par un respect constant pour ce qui est vrai, afin de promouvoir le respect mutuel, tout en évitant toute apparence de syncrétisme.

De plus, tandis que les chrétiens indiens s’efforcent de vivre dans la paix et l’harmonie avec leurs voisins d’autres croyances, votre direction prudente sera cruciale dans la tâche civile et morale d’œuvrer en vue de sauvegarder les droits humains fondamentaux de la liberté de religion et la liberté de culte. Comme vous le savez, ces droits sont fondés sur la dignité commune de tous les êtres humains et sont reconnus par la communauté des nations. L’Eglise catholique s’efforce de promouvoir ces droits pour toutes les religions à travers le monde. Je vous encourage donc à œuvrer patiemment en vue d’établir la base commune nécessaire pour que tous puissent jouir de façon harmonieuse de ces droits fondamentaux dans vos communautés. Même si le chrétien rencontre des oppositions, sa charité et son indulgence devraient servir à convaincre les autres du bien-fondé de la tolérance religieuse, dont les disciples de toutes les religions peuvent tirer profit. Mes prières vous accompagnent, tandis que vous continuez d’affronter cette question importante et délicate.

Chers frères dans l’épiscopat, je suis reconnaissant pour cette occasion de renouveler nos liens de communion. Puisse la bienheureuse Mère Teresa de Calcutta, dont le service patient et personnel à son prochain était animé par l’amour du Christ, obtenir pour vous une abondance de grâces célestes afin d’assurer la fécondité spirituelle de votre travail pastoral. Je vous assure, ainsi que tous ceux que vous servez, de mon souvenir constant dans mes prières, et je vous donne volontiers ma Bénédiction apostolique.



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana