Index   Back Top Print

[ DE  - EN  - ES  - FR  - IT  - PT ]

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
AU SECOND GROUPE D'ÉVÊQUES DE COLOMBIE
EN VISITE
AD LIMINA APOSTOLORUM

Salle du Consistoire, Palais Apostolique de Castel Gandolfo
Lundi 10 septembre 2012

 

Chers frères dans l’épiscopat,

1. C’est avec une profonde joie que je vous souhaite une cordiale bienvenue à cette rencontre de communion avec l’Evêque de Rome et chef du Collège épiscopal. Je remercie Mgr Ricardo Tobón Restrepo, archevêque de Medellín, pour les paroles cordiales avec lesquelles il m’a exprimé l’affection des évêques, des prêtres, des diacres, des communautés religieuses et des fidèles laïcs colombiens, ainsi que les grandes lignes de la tâche pastorale qui est réalisée dans vos Églises particulières, qui avancent dans leur pèlerinage à travers les persécutions du monde et les consolations de Dieu (cf. Lumen gentium, n. 8).

2. Votre visite aux tombeaux des princes des apôtres, comme vous le savez bien, constitue un moment important pour la vie des circonscriptions ecclésiastiques dont vous êtes les pasteurs, car elle consolide les liens de foi et de communion qui vous unissent au Successeur de saint Pierre et à tout le corps ecclésial. Pour le Pape aussi, c’est une occasion qui revêt une signification profonde, car en elle s’exprime sa sollicitude pour toutes les Églises. Que votre présence à Rome soit donc une occasion de raviver l’unité effective et affective avec le pasteur de l’Église universelle et également entre vous, afin que s’intensifie en tous, et se renforce positivement parmi les fidèles, l’idéal qui distingue la communauté ecclésiale depuis ses débuts : elle « n’avait qu’un cœur et qu’une âme » (Ac 4, 32).

L’histoire de la Colombie est marquée de façon indélébile par la profonde foi catholique de son peuple, par son amour pour l’Eucharistie, sa dévotion à la Vierge Marie et le témoignage de charité d’insignes pasteurs et laïcs. L’annonce de l’Évangile a porté des fruits parmi vous à travers d’abondantes vocations au sacerdoce et à la vie consacrée, dans la disponibilité manifestée pour la mission ad gentes, dans la naissance de mouvements apostoliques, ainsi que dans la vitalité pastorale des communautés paroissiales. À côté de tout cela, vous avez cependant vous-mêmes constaté les effets dévastateurs d’une sécularisation croissante, qui influence fortement les styles de vie et bouleverse l’échelle de valeurs des personnes, en ébranlant les fondements de la foi catholique, du mariage, de la famille et de la morale chrétienne. À ce propos, la défense inlassable et la promotion de l’institution familiale continue d’être une priorité pastorale pour vous. C’est pourquoi, dans les difficultés, je vous invite à ne pas abandonner vos efforts et à continuer de proclamer la vérité intégrale de la famille, fondée sur le mariage comme Église domestique et sanctuaire de la vie (cf. Discours en conclusion de la Ve rencontre mondiale des familles, Valence, 8 juillet 2006).

4. Le programme global (2012-2020) de la Conférence épiscopale indique comme objectif général celui de « promouvoir des processus de nouvelle évangélisation, qui forment des disciples missionnaires, encouragent la communion ecclésiale et influent sur la société à partir des valeurs de l’Évangile » (cf. n. 5.1). J’accompagne par ma prière cette intention, que j’ai déjà eu l’occasion de commenter en inaugurant la Ve Conférence générale de l’épiscopat d’Amérique latine et des Caraïbes, à Aparecida, en demandant à Dieu que, en la réalisant, les ministres de l’Eglise ne se lassent pas de s’identifier avec les sentiments du Christ, Bon Pasteur, en répondant aux besoins de tous avec un cœur miséricordieux, pour leur offrir la lumière de sa Parole. De cette façon, le dynamisme de renouveau intérieur conduira vos concitoyens à raviver leur amour pour le Seigneur, source dont pourront naître des chemins en mesure de diffuser une ferme espérance pour vivre la foi de façon responsable et joyeuse et le faire rayonner dans tous les milieux (cf. Discours inaugural).

5. Avec un esprit paternel, consacrez le meilleur de votre ministère aux prêtres, aux diacres et aux religieux confiés à vos soins. Accordez-leur l’attention qu’exige leur vie spirituelle, intellectuelle et matérielle, afin qu’ils puissent vivre de façon fidèle et féconde leur ministère. Et si nécessaire, ne craignez pas de leur apporter une correction et une orientation opportune, éclairante et caritative. Mais surtout, soyez pour eux des modèles de vie et de dévouement à la mission reçue du Christ. Et ne cessez pas de privilégier le soin des vocations et la formation initiale des candidats aux ordres sacrés ou à la vie religieuse, en les aidant à discerner l’authenticité de l’appel de Dieu, afin qu’ils y répondent avec générosité et droiture. À cet égard, il sera opportun que, suivant les orientations du Magistère, vous favorisiez la révision des contenus et des méthodes de leur formation, avec le désir que celle-ci réponde aux défis du moment présent, ainsi qu’aux besoins et aux urgences du Peuple de Dieu. De la même façon, il est important de promouvoir une pastorale des jeunes adaptée, à travers laquelle les nouvelles générations puissent percevoir clairement que le Christ les cherche et désire leur offrir son amitié (cf. Jn 15, 13-15). Il a donné sa vie, afin qu’ils aient la vie en abondance, afin que leur cœur ne se laisse pas entraîner par la médiocrité ou par des propositions qui finissent pas laisser derrière elles un vide et une tristesse. Il désire aider tous ceux qui ont l’avenir devant eux à réaliser leurs plus nobles aspirations, afin qu’ils apportent une sève féconde à la société et qu’elle avance ainsi le long des chemins de la protection de l’environnement, du progrès ordonné et de la solidarité réelle.

6. En dépit de certains signes encourageants, la violence continue d’engendrer la douleur, la mort et l’injustice chez de nombreux frères en Colombie. Tandis que j’exprime ma reconnaissance et mes remerciements pour la mission pastorale qui se réalise, très souvent dans des lieux difficiles et dangereux, en faveur de nombreuses personnes qui souffrent injustement dans votre bien-aimée nation, je vous encourage à continuer de contribuer à protéger la vie humaine et à cultiver la paix, en vous inspirant à cette fin de l’exemple de notre Sauveur, et en suppliant humblement sa grâce. Semez l’Évangile et recueillez la réconciliation, en sachant que, là où arrive le Christ, un chemin s’ouvre pour l’entente, la haine cède le pas au pardon et la rivalité se transforme en fraternité.

7. Chers frères dans l’épiscopat, en vous assurant une fois de plus de ma proximité et de ma bienveillance, je confie chacun de vous à la protection maternelle de la Très Sainte Vierge Marie, vénérée sous son titre de Nuestra Señora de Chiquinquirá. Qu’elle intercède pour les ministres ordonnés, les religieux, les religieuses, les séminaristes, les catéchistes et les fidèles de chacun de vos archidiocèses et diocèses, en approfondissant en tous le désir d’aimer et de servir son Fils divin. Je donne à tous une Bénédiction apostolique affectueuse, en gage d’abondantes faveurs célestes.

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana