Index   Back Top Print

[ AR  - DE  - EN  - ES  - FR  - IT  - PT ]

PAPE FRANÇOIS

ANGÉLUS

Place Saint-Pierre
Dimanche 31 mai 2015

[Multimédia]


Chers frères et sœurs, bonjour, bon dimanche !

Aujourd’hui nous célébrons la fête de la Sainte-Trinité, qui nous rappelle le mystère du Dieu unique en trois Personnes : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. La Trinité est communion de Personnes divines qui sont l’une avec l’autre, l’une pour l’autre, l’une dans l’autre. Cette communion est la vie de Dieu, le mystère d’amour du Dieu Vivant. Et Jésus nous a révélé ce mystère. Il nous a parlé de Dieu comme Père; il nous a parlé de l’Esprit, et il nous a parlé de Lui-même comme Fils de Dieu. Et ainsi il nous a révélé ce mystère. Et lorsque, ressuscité, il a envoyé les disciples évangéliser les nations, il leur a dit de baptiser « au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit » (Mt 28, 19). Ce commandement, le Christ le confie en tout temps à l’Église, qui a hérité des apôtres le mandat missionnaire. Il l’adresse aussi à chacun d’entre nous qui, par la force du baptême, faisons partie de sa communauté.

La solennité liturgique d’aujourd’hui, tandis qu’elle nous fait contempler le mystère merveilleux dont nous provenons et vers lequel nous allons, nous renouvelle donc la mission de vivre la communion avec Dieu et de vivre la communion entre nous sur le modèle de la communion divine. Nous sommes appelés à vivre non pas les uns sans les autres, au-dessus ou contre les autres, mais les uns avec les autres, pour les autres, et dans les autres. Cela signifie accueillir et témoigner unanimement de la beauté de l’Évangile ; vivre l’amour réciproque et envers tous, en partageant les joies et les souffrances, en apprenant à demander et à donner le pardon, en valorisant les divers charismes sous la conduite des pasteurs. En un mot, le devoir nous est confié d’édifier des communautés ecclésiales qui soient toujours plus une famille, capables de refléter la splendeur de la Trinité et d’évangéliser non seulement par les paroles, mais par la force de l’amour de Dieu qui habite en nous.

La Trinité, comme je l’indiquais, est aussi le but ultime vers lequel est orienté notre pèlerinage terrestre. Le chemin de la vie chrétienne est en effet un chemin essentiellement « trinitaire » : l’Esprit Saint nous conduit à la pleine connaissance des enseignements du Christ et nous rappelle aussi ce que Jésus nous a enseigné, et Jésus, à son tour, est venu dans le monde pour nous faire connaître le Père, pour nous conduire à Lui, pour nous réconcilier avec Lui. Tout, dans la vie chrétienne, tourne autour du mystère trinitaire et est accompli en vue de ce mystère infini. Cherchons, par conséquent, à garder toujours élevé le « niveau » de notre vie, en nous rappelant pour quel but, pour quelle gloire nous existons, travaillons, luttons, souffrons, et à quelle immense récompense nous sommes appelés. Ce mystère embrasse toute notre vie et toute notre existence de chrétien. Nous nous en souvenons, par exemple, à chaque fois que nous faisons le signe de la croix: au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Et maintenant, je vous invite à faire tous ensemble, et d’une voix forte, ce signe de la croix : « Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit ! »

En ce dernier jour du mois de mai, le mois marial, confions-nous à la Vierge Marie. Que celle qui, plus que toute autre créature, a connu, adoré, aimé le mystère de la Sainte-Trinité, nous conduise par la main. Qu’elle nous aide à saisir dans les événements du monde les marques de la présence de Dieu, Père et Fils et Saint-Esprit; qu’elle nous obtienne d’aimer le Seigneur Jésus de tout son cœur, pour marcher vers la vision de la Trinité, objectif merveilleux vers lequel tend notre vie. Demandons-Lui aussi d’aider l’Église à être mystère de communion et communauté accueillante, où toute personne, notamment pauvre et marginalisée, puisse trouver accueil et se sentir enfant de Dieu, voulue et aimée.


À l’issue de l’Angélus

Aujourd’hui à Bayonne, en France, le prêtre Louis-Édouard Cestac, fondateur des Sœurs servantes de Marie, est proclamé bienheureux. Son témoignage d’amour à Dieu et au prochain est pour l’Église un nouvel encouragement à vivre avec joie l’Évangile de la charité.

Au terme du mois de mai, je m’unis spirituellement aux nombreuses expressions de dévotion à la Sainte-Vierge. Je mentionne en particulier le grand pèlerinage des hommes au sanctuaire de Piekary, en Pologne, qui a pour thème : « La famille : maison accueillante ». Il y a de nombreux Polonais sur la place aujourd’hui : montrez-vous ! Que la Vierge aide chaque famille à être « une maison accueillante ».

Jeudi prochain, à Rome, nous vivrons la traditionnelle procession du Corpus Domini. À 19h00, sur la place Saint-Jean-du-Latran, je célébrerai la Messe, et nous adorerons le Saint-Sacrement en marchant jusqu’à la place Sainte-Marie-Majeure. Je vous invite dès à présent à participer à cet acte solennel public de foi et d’amour envers Jésus Eucharistie, présent au milieu de son peuple. Avant de terminer, faisons encore une fois le signe de la croix, à voix haute, tous ! « Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit », en rappelant le mystère de la Sainte-Trinité.

Je souhaite à tous un bon dimanche. S’il vous plaît, n’oubliez pas de prier pour moi. Bon déjeuner et au-revoir.

 


© Copyright - Libreria Editrice Vaticana