Index   Back Top Print

[ AR  - DE  - EN  - ES  - FR  - HR  - IT  - PT ]

PAPE FRANÇOIS

REGINA CŒLI

Place Saint-Pierre
Dimanche 10 mai 2015

[Multimédia]


 

Chers frères et sœurs, bonjour!

L’Evangile d’aujourd’hui — Jean, chapitre 15 — nous renvoie au Cénacle, où nous écoutons le commandement nouveau de Jésus. Il dit: «Je vous donne un commandement nouveau: vous aimer les uns les autres; comme je vous ai aimés» (Jn 13). Et, en pensant au sacrifice de la croix désormais imminent, il ajoute: «Nul n'a plus grand amour que celui-ci: donner sa vie pour ses amis. Vous êtes mes amis, si vous faites ce que je vous commande» (Jn 15, 13). Ces paroles, prononcées durant la Dernière Cène, résument tout le message de Jésus; elles résument même tout ce qu’il a fait: Jésus a donné sa vie pour ses amis. Des amis qui ne l’avaient pas compris, qui au moment crucial l’ont abandonné, trahi, renié. Cela nous dit qu’il nous aime, bien que nous ne méritions pas son amour: c’est ainsi que nous aime Jésus!

De cette façon, Jésus nous montre le chemin pour le suivre, la route de l’amour. Son commandement n’est pas un simple précepte, qui demeure toujours quelque chose d’abstrait ou d’extérieur par rapport à la vie. Le commandement du Christ est nouveau car il l’a réalisé en premier, il lui a donné chair, et ainsi la loi de l’amour est inscrite une fois pour toutes dans le cœur de l’homme (cf. Jr 31, 33). Et comment est-elle écrite? Elle est écrite avec le feu de l’Esprit Saint. Et avec cet Esprit que nous donne Jésus, nous pouvons marcher nous aussi sur ce chemin!

Il s’agit d’un chemin concret, d’un chemin qui nous conduit à sortir de nous-mêmes pour aller vers les autres. Jésus nous a montré que l’amour de Dieu se réalise dans le cœur du prochain. Les deux vont ensemble. Les pages de l’Evangile sont pleines de cet amour: adultes et enfants, cultivés et ignorants, riches et pauvres, justes et pécheurs ont été accueillis dans le cœur du Christ.

Par conséquent, cette Parole du Seigneur nous appelle à nous aimer les uns les autres, même si nous ne nous comprenons pas toujours, et que nous ne nous entendons pas toujours... mais c’est précisément là que se voit l’amour chrétien. Un amour qui se manifeste même s’il y a des différences d’opinion ou de caractère, l’amour est plus grand que ces différences! Tel est l’amour que nous a enseigné Jésus. C’est un amour nouveau car il est renouvelé par Jésus et par son Esprit. C’est un amour racheté, libéré de l’égoïsme. Un amour qui donne à notre cœur la joie, comme le dit Jésus lui-même: «Je vous dis cela pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit complète» (Jn 15, 11).

C’est précisément l’amour du Christ que l’Esprit Saint déverse dans nos cœurs, qui accomplit chaque jour des prodiges dans l’Eglise et dans le monde. Ce sont beaucoup de petits et de grands gestes qui obéissent au commandement du Seigneur: «Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés» (cf. Jn 15, 12). Ces petits gestes de tous les jours, des gestes de proximité envers une personne âgée, un enfant, un malade, une personne seule et en difficulté, sans maison, sans travail, immigrée, réfugiée... Grâce à la force de cette Parole du Christ, chacun de nous peut se faire prochain du frère et de la sœur qu’il rencontre. Des gestes de proximité. Dans ces gestes se manifeste l’amour que le Christ nous a enseigné.

Que notre Très Sainte Mère nous aide en cela, afin que dans la vie quotidienne de chacun de nous, l’amour de Dieu et l’amour du prochain soient toujours unis.


Au terme du Regina caeli

Chers frères et sœurs,

Je vous salue tous, familles, groupes paroissiaux, associations et pèlerins provenant d’Italie et de tant de parties du monde, en particulier de Madrid, de Porto Rico et de la Croatie. Je salue les fidèles de Guidonia et de Portici; les classes de Carrara, Bitonto et Lecco.

Je salue le Corps forestier d’Etat qui organise la fête nationale des réserves naturelles pour la redécouverte et le respect des beautés de la création; les participants au colloque promu par la Conférence épiscopale italienne en soutien à une école de qualité et ouverte aux familles; la délégation de femmes du «Komen Italia», association pour la lutte contre le cancer du sein; et ceux qui ont pris part à l’initiative pour la vie qui s’est déroulée ce matin à Rome: il est important de collaborer ensemble pour défendre et promouvoir la vie.

Et, en parlant de vie, aujourd’hui, nous célébrons les mamans dans de nombreux pays: rappelons avec gratitude et affection toutes les mamans. Je m’adresse maintenant à toutes les mamans qui sont sur la place: y en a-t-il? Oui? Y a-t-il des mamans? Des applaudissements, pour les mamans qui sont sur la place... Et que ces applaudissements embrassent toutes les mamans, toutes nos chères mamans: celles qui vivent avec nous physiquement, mais aussi celles qui vivent avec nous spirituellement. Que le Seigneur les bénisse toutes et que la Vierge, à laquelle est dédié ce mois, les protège.

Je vous souhaite à tous un bon dimanche — un peu chaud... —. Et s’il vous plaît, n’oubliez pas de prier pour moi. Bon déjeuner et au revoir!

 


© Copyright - Libreria Editrice Vaticana