Index   Back Top Print

[ AR  - DE  - EN  - ES  - FR  - HR  - IT  - PT ]

PAPE FRANÇOIS

ANGÉLUS

Place Saint-Pierre
Dimanche 24 janvier 2016

[Multimédia]


 

Chers frères et sœurs, bonjour !

Dans l’Évangile d’aujourd’hui, l’évangéliste Luc, avant de présenter le discours programmatique de Jésus à Nazareth, en résume brièvement l’activité évangélisatrice. Il s’agit d’une activité qu’il accomplit avec la puissance de l’Esprit Saint : sa parole est originale, parce qu’elle révèle le sens des Écritures ; c’est une parole faisant autorité, parce qu’elle commande même les esprits impurs et ceux-là obéissent (cf. Mc 1, 27). Jésus est différent des maîtres de son époque : par exemple, il n’a pas ouvert d’école pour l’étude de la Loi, mais va prêcher et enseigner partout : dans les synagogues, dans les rues, dans les maisons, toujours en chemin! Jésus est différent également de Jean-Baptiste, qui proclame le jugement imminent de Dieu, tandis que Jésus annonce son pardon de Père.

À présent, imaginons que nous entrons nous aussi dans la synagogue de Nazareth, le village où Jésus a grandi jusqu’à l’âge de trente ans environ. Ce qui y a lieu est un événement important, qui définit la mission de Jésus. Il se lève pour lire l’Écriture Sainte. Il déroule le rouleau du prophète Isaïe et choisit le passage où il est écrit : « L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a consacré par l’onction, pour porter la bonne nouvelle aux pauvres » (Lc 4, 18). Puis, après un moment de silence chargé d’attente de la part de tous, il dit, à l’étonnement général : « Aujourd’hui s’accomplit à vos oreilles ce passage de l’Écriture » (v. 21).

Évangéliser les pauvres : telle est la mission de Jésus, selon ce qu’Il dit ; c’est aussi la mission de l’Église, et de tout baptisé dans l’Église. Être chrétien et être missionnaire est la même chose. Annoncer l’Évangile, par la parole et avant même, par la vie est la principale finalité de la communauté chrétienne et de chacun de ses membres. On remarque ici que Jésus adresse la Bonne Nouvelle à tous, sans exclure personne, et même en privilégiant les plus éloignés, les souffrants et les malades, les exclus de la société.

Demandons-nous : qu’est-ce que signifie évangéliser les pauvres ? Cela signifie avant tout s’approcher d’eux, cela signifie avoir la joie de les servir, de les libérer de leur oppression, et tout cela au nom et avec l’Esprit du Christ, parce qu’Il est l’Évangile de Dieu, il est la miséricorde de Dieu, il est la libération de Dieu, c’est lui qui s’est fait pauvre pour nous enrichir de sa pauvreté. Le texte d’Isaïe, renforcé par de petites adaptations introduites par Jésus, indique que l’annonce messianique du Royaume de Dieu venu parmi nous s’adresse de préférence aux exclus, aux prisonniers, aux opprimés.

À l’époque de Jésus, ces personnes n’étaient probablement pas au centre de la communauté de foi. Nous pouvons nous demander : aujourd’hui, dans nos communautés paroissiales, dans les associations, dans les mouvements, sommes-nous fidèles au programme du Christ ? L’évangélisation des pauvres, leur apporter la Bonne Nouvelle, est-elle la priorité ? Attention : il ne s’agit pas seulement d’offrir une assistance sociale, et encore moins d’une activité politique. Il s’agit d’offrir la force de l’Évangile de Dieu, qui convertit les cœurs, guérit les blessures, transforme les relations humaines et sociales selon la logique de l’amour. En effet, les pauvres sont au centre de l’Évangile.

Que la Vierge Marie, Mère des évangélisateurs, nous aide à sentir fortement la faim et la soif de l’Évangile qu’il y a dans le monde, en particulier dans le cœur et dans la chair des pauvres. Et qu’elle obtienne à chacun de nous et à chaque communauté chrétienne de témoigner de façon concrète de la miséricorde, la grande miséricorde que le Christ nous a donnée.


À l’issue de l’Angélus

Chers frères et sœurs, je vous salue avec affection, vous tous venus de diverses paroisses d’Italie et d’autres pays, ainsi que les associations et les familles.

Je souhaite à tous un bon dimanche et s’il vous plaît, n’oubliez pas de prier pour moi ! Bon déjeuner et au revoir !

 

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana