Index   Back Top Print

[ AR  - DE  - EN  - ES  - FR  - HR  - IT  - PT ]

PAPE FRANÇOIS

ANGÉLUS

Place Saint-Pierre
Dimanche 21 juillet 2019

[Multimédia]


 

Chers frères et sœurs, bonjour!

Dans le passage de ce dimanche, l’évangéliste Luc raconte la visite de Jésus à la maison de Marthe et de Marie, les sœurs de Lazare (cf. Lc 10, 38-42). Elles l’accueillent et Marie s’assied à ses pieds pour l’écouter; elle arrête ce qu’elle était en train de faire pour être près de Jésus: elle ne veut perdre aucune de ses paroles. Tout doit être mis de côté car, quand Il vient nous rendre visite dans notre vie, sa présence et sa parole passent avant tout. Le Seigneur nous surprend toujours: lorsque nous commençons à l’écouter vraiment, les nuages se dissipent, les doutes laissent place à la vérité, les craintes à la sérénité et les différentes situations de la vie trouvent leur juste place. Quand le Seigneur vient, il arrange toujours les choses, même pour nous.

Dans cette scène de Marie de Béthanie aux pieds de Jésus, saint Luc montre l’attitude priante du croyant, qui sait rester en présence du Maître pour l’écouter et entrer en harmonie avec lui. Il s’agit de faire une pause pendant la journée, de se recueillir en silence, quelques minutes, pour faire de la place au Seigneur qui «passe» et de trouver le courage de rester un peu «à l’écart» avec lui, pour ensuite revenir, avec plus de sérénité et d’efficacité, aux choses du quotidien. En louant le comportement de Marie, qui «a choisi la meilleure part» (v. 42), Jésus semble répéter à chacun de nous: «Ne te laisse pas emporter par les choses à faire, mais écoute avant tout la voix du Seigneur pour bien accomplir les tâches que la vie t’assigne».

Ensuite, il y a l’autre sœur, Marthe. Saint Luc dit que c’est elle qui a accueilli Jésus (cf. v. 38). Peut-être Marthe était-elle l’aînée des deux sœurs, nous ne le savons pas, mais cette femme avait certainement le charisme de l’hospitalité. En effet, alors que Marie est en train d’écouter Jésus, elle est complètement absorbée par les nombreux services. C’est pourquoi Jésus lui dit: «Marthe, Marthe, tu te soucies et t’agites pour beaucoup de choses» (v. 41). Par ces paroles, il n’entend certainement pas condamner l’attitude du service, mais plutôt l’anxiété avec laquelle on la vit souvent. Nous partageons nous aussi la préoccupation de sainte Marthe et, à son exemple, nous nous proposons de faire en sorte que, dans nos familles et dans nos communautés, on vive le sens de l’accueil, de la fraternité, afin que chacun puisse se sentir «chez lui», en particulier les petits et les pauvres lorsqu’ils frappent à la porte.

Par conséquent, l’Evangile d’aujourd’hui nous rappelle que la sagesse du cœur réside précisément dans la capacité de conjuguer ces deux éléments: la contemplation et l’action. Marthe et Marie nous montrent le chemin. Si nous voulons goûter la vie avec joie, nous devons associer ces deux attitudes: d’une part, le fait d’«être aux pieds» de Jésus, pour l’écouter pendant qu’il nous révèle le secret de chaque chose; d’autre part, être attentifs et ouverts à l’hospitalité, quand Il passe et frappe à notre porte, avec le visage de l’ami qui a besoin d’un moment de repos et de fraternité. Cette hospitalité est nécessaire.

Que la Très Sainte Marie, Mère de l’Eglise, nous accorde la grâce d’aimer et de servir Dieu et nos frères avec les mains de Marthe et le cœur de Marie, afin qu’en étant toujours à l’écoute du Christ, nous puissions être des artisans de paix et d’espérance. Et cela est intéressant: par ces deux attitudes, nous serons des artisans de paix et d’espérance.


À l'issue de l'Angélus

Chers frères et sœurs, il y a cinquante ans, hier, l’homme a posé le pied sur la lune, réalisant un rêve extraordinaire. Puisse le souvenir de ce grand pas pour l’humanité susciter le désir de progresser ensemble vers des objectifs encore plus grands: plus de dignité pour les faibles, plus de justice entre les peuples, plus d’avenir pour notre maison commune.

J’adresse à présent un salut cordial à vous tous, romains et pèlerins! Je salue les jeunes de Chiry-Ourscamp (France). Je souhaite à tous un bon dimanche, s’il vous plaît n’oubliez pas de prier pour moi. Bon déjeuner et au revoir!

 


© Copyright - Libreria Editrice Vaticana