Index   Back Top Print

[ AR  - DE  - EN  - ES  - FR  - HR  - IT  - PL  - PT ]

PAPE FRANÇOIS

ANGÉLUS

Place Saint-Pierre
Dimanche 26 janvier 2020

[Multimédia]


Chers frères et sœurs, bonjour!

L’Evangile d’aujourd’hui (cf. Mt 4, 12-23) nous présente le début de la mission publique de Jésus. Cela a lieu en Galilée, une terre de périphérie par rapport à Jérusalem, et regardée avec suspicion pour son mélange avec les païens. L’on n’attendait rien de bon ni de nouveau de cette région; cependant c’est précisément là que Jésus, qui avait grandi à Nazareth en Galilée, commence sa prédication.

Il proclame le noyau central de son enseignement résumé dans l’appel: «Repentez-vous, car le Royaume des Cieux est tout proche» (v. 17). Cette annonce est comme un puissant faisceau de lumière qui traverse les ténèbres et perce le brouillard, et évoque la prophétie d’Isaïe qui se lit la nuit de Noël: «Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière, sur les habitants du sombre pays, une lumière a resplendi» (9, 1). Avec la venue de Jésus, lumière du monde, Dieu le Père a montré à l’humanité sa proximité et son amitié. Celles-ci nous sont données gratuitement au-delà de nos mérites. La proximité de Dieu et l’amitié de Dieu ne sont pas notre mérite, elles sont un don gratuit de Dieu. Nous devons protéger ce don.

L’appel à la conversion, que Jésus adresse à tous les hommes de bonne volonté, se comprend en plénitude précisément à la lumière de l’événement de la manifestation du Fils de Dieu, sur lequel nous avons médité au cours des derniers dimanches.  Il semble  si souvent impossible de changer de vie, d’abandonner la voie de l’égoïsme, du mal, abandonner la voie   du péché, parce que l’on concentre l’effort de conversion uniquement sur soi-même et sur ses propres forces, et non pas sur le Christ et son Esprit. Mais notre adhésion au Seigneur ne peut pas se réduire à un effort personnel, non. Croire cela serait un péché d’orgueil. Notre adhésion au Seigneur ne peut se réduire à un effort personnel, elle doit au contraire s’exprimer dans une ouverture confiante du cœur et de l’esprit pour accueillir la Bonne Nouvelle de Jésus. C’est cela — La Parole de Jésus, la Bonne Nouvelle de Jésus, l’Evangile — qui change le monde et les cœurs! Nous sommes donc appelés à faire confiance à la parole du Christ, à nous ouvrir à la miséricorde du Père et à nous laisser transformer par la grâce de l’Esprit Saint.

C’est là que commence le véritable parcours de conversion. Précisément comme cela est arrivé aux premiers disciples: la rencontre avec le Maître divin, avec son regard, avec sa parole, leur a donné l’élan pour le suivre, pour changer de vie en se mettant concrètement au service du Royaume de Dieu.

La rencontre surprenante et décisive avec Jésus a marqué le début du chemin des disciples, en les transformant en annonciateurs et en témoins de l’amour de Dieu envers son peuple. A l’image de ces premiers hérauts et messagers de la Parole de Dieu, que chacun de nous  puisse suivre les traces du Sauveur, pour offrir l’espérance à ceux qui en sont assoiffés.

Que la Vierge Marie, à laquelle nous nous adressons en cette prière de l’Angélus, soutienne ces propositions et les confirme par son intercession maternelle.


À l'issue de l'Angélus

Chers frères et sœurs! Aujourd’hui, pour la première fois, nous célébrons le Dimanche de la Parole de Dieu, institué pour célébrer et accueillir toujours mieux le don que Dieu a fait et fait quotidiennement de sa Parole à son peuple. Je remercie les diocèses, je remercie les communautés qui ont proposé des initiatives pour rappeler le caractère central de la Sainte Ecriture dans la vie de l’Eglise.

Demain sera célébré le 75e anniversaire de la libération du camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. Face à cette effroyable tragédie, à cette atrocité, l’indifférence est inadmissible et la mémoire est notre devoir. Demain nous sommes tous invités à un temps de prière et de recueillement, en disant chacun dans son cœur: Plus jamais, plus jamais!

On célèbre aujourd’hui la Journée mondiale des personnes atteintes de la maladie de Hansen. Nous sommes proches de toutes les personnes qui en sont touchées et de toutes celles qui prennent soin d’eux de différentes façons.

Je désire également être proche et prier pour les personnes malades à cause du virus qui s’est répandu en Chine. Que le Seigneur accueille les défunts dans sa paix, qu’il réconforte les familles et qu’il soutienne le grand effort déjà déployé par la communauté chinoise pour combattre l’épidémie.

Je vous salue tous, venus d’Italie et de divers pays, en particulier les pèlerins de Valence, Salamanque, Burgos, Santander et Valladolid; les étudiants et les éducateurs de Murcie, Cuenca, Badajoz, et ceux de Panama.

Je salue les fidèles de Tursi et le groupe unitalsi du Latium, qui facilite la participation des porteurs de handicap aux audiences générales et à l’Angélus, et qui aujourd’hui distribue le petit Missel avec la Parole de Dieu de chaque jour.

A présent mes compagnons sont arrivés [deux enfants de l’Action catholique  des jeunes sont aux côtés du Pape]. Je salue avec affection les garçons et les filles de l’Action catholique, des paroisses et des écoles catholiques du diocèse de Rome! Cette année aussi, accompagnés de l’évêque auxiliaire Mgr Selvadagi, de vos parents et de vos éducateurs et des prêtres assistants, vous êtes venus nombreux au terme de la «Caravane de la Paix». Je vous remercie pour cette initiative. Et à présent écoutons ensemble le message que vos amis, à côté de moi, vont nous lire.

[Lecture du message et au terme, lâcher de ballons]

Je souhaite à tous un bon dimanche. Et s’il vous plaît, n’oubliez pas de prier pour moi. Bon déjeuner et au revoir!

 


© Copyright - Libreria Editrice Vaticana