Index   Back Top Print

[ AR  - DE  - EN  - ES  - FR  - HR  - IT  - PL  - PT ]

PAPE FRANÇOIS

ANGÉLUS

Place Saint-Pierre
Dimanche 2 février 2020

[Multimédia]


 

Chers frères et sœurs, bonjour!

Aujourd’hui, nous célébrons la fête de la Présentation du Seigneur: lorsque  Jésus nouveau-né a été présenté au Temple par la Vierge Marie et saint Joseph. La journée de la vie consacrée a également lieu à cette date, qui rappelle le grand trésor dans l’Eglise de ceux qui suivent le Seigneur de près en professant les conseils évangéliques.

L’Evangile (cf. Lc 2, 22-40) raconte que, quarante jours après sa naissance, les parents de Jésus portèrent l’Enfant à Jérusalem pour le consacrer à Dieu, comme le prescrit la Loi juive. Et alors qu’il décrit un rite  prévu par la tradition, cet épisode soumet à notre attention sur l’exemple de certains personnages. Ils sont saisis au moment où ils font l’expérience de la rencontre avec le Seigneur, à l’endroit où Il se rend présent et proche de l’homme. Il s’agit de  Marie et de Joseph, de Siméon et d’Anne, qui représentent des modèles d’accueil et de don de leur vie à Dieu. Tous les quatre n’étaient pas pareils, ils étaient tous différents, mais tous cherchaient Dieu et ils se laissaient conduire par le Seigneur.

L’évangéliste Luc les décrit tous les quatre dans une double attitude: une attitude de mouvement et une attitude d’étonnement.

La première attitude est le mouvement. Marie et Joseph se mettent en marche vers  Jérusalem; pour sa part, Siméon, poussé par l’Esprit, se rend au  Temple, tandis que Anne sert Dieu  jour et nuit sans relâche. De cette façon, les quatre protagonistes de ce passage de l’Evangile nous montrent que la vie chrétienne requiert du dynamisme et demande la disponibilité à marcher, en se laissant guider par l’Esprit Saint. L’immobilisme ne convient pas au témoignage chrétien ni à la mission de l’Eglise. Le monde a besoin de chrétiens qui se laissent animer, qui ne se lassent pas de marcher sur les routes  de la vie, pour apporter à tous la parole réconfortante de Jésus. Chaque baptisé a reçu la vocation à l’annonce — annoncer quelque chose, annoncer Jésus — la vocation à la mission évangélisatrice! Les paroisses et les différentes communautés ecclésiales sont appelées à favoriser l’engagement des jeunes, des familles et des personnes âgées, afin que tous puisse accomplir une expérience chrétienne, en vivant en protagonistes la vie et la mission de l’Eglise.

La deuxième attitude avec laquelle saint Luc présente les quatre personnages du récit est l’étonnement. Marie et Joseph «étaient dans l’étonnement de ce qui se disait de lui [de Jésus]» (v. 33). L’étonnement est aussi la réaction explicite du vieux Siméon, qui dans l’Enfant-Jésus voit de ses yeux le salut opéré par Dieu en faveur de son peuple: ce salut qu’il attendait depuis des années. Et il en est de même pour Anne, qui «s’est mise elle aussi à louer Dieu» (cf. v. 38) et à aller indiquer Jésus aux gens. C’est une sainte bavarde, elle bavardait bien, elle bavardait à propos de bonnes choses, pas de choses mauvaises. Elle parlait, elle annonçait: une sainte qui allait d’une femme à l’autre pour leur faire voir Jésus. Ces figures de croyants sont enveloppées par l’étonnement, parce qu’elles se sont laissées saisir et impliquer dans les événements qui se déroulaient sous leurs yeux. La capacité de s’étonner des choses qui nous entourent favorise l’expérience religieuse et rend féconde la rencontre avec le Seigneur. En revanche, l’incapacité de nous étonner nous rend indifférents et augmente les distances entre le chemin de la foi et la vie de chaque jour. Frères et sœurs, soyons toujours en mouvement en restant ouverts à l’étonnement!

Que la Vierge Marie nous aide à contempler chaque jour en Jésus le Don de Dieu pour nous, et à nous laisser impliquer par lui dans le mouvement du don, avec un joyeux étonnement, afin que toute notre vie devienne une louange à Dieu dans le service de nos frères.

 


À l'issue de l'Angélus

Chers frères et sœurs! On célèbre aujourd’hui en Italie la journée pour la vie, qui a pour thème: «Ouvrez la porte à la vie». Je m’associe au message des évêques et je souhaite que cette journée soit une occasion pour renouveler l’engagement de sauvegarder et  de protéger la vie humaine, de son début jusqu’à son terme naturel. Il est par ailleurs nécessaire de s’opposer à toute forme de violation de la dignité, même lorsque la technologie ou l’économie sont en jeu, en ouvrant les portes à de nouvelles formes de fraternité solidaire.  Aujourd’hui, en la journée de la vie consacrée, je voudrais que nous tous, sur la place, nous mettions à prier  pour les personnes consacrées qui accomplissent tant de travail et si souvent de manière cachée. Prions ensemble [Je vous salue Marie...]. Un applaudissement pour les personnes consacrées, hommes et femmes!

Je vous salue tous, romains et pèlerins. En particulier les étudiants de Badajoz (Espagne); les fidèles de Crémone, Spolète, Fano, Palau et Roseto degli Abruzzo. Je vois qu’il y a des pèlerins polonais, très nombreux! Et des pèlerins japonais, saluons-les aussi!

Je souhaite à tous un bon dimanche. Et s’il vous plaît, n’oubliez pas de prier pour moi. Bon déjeuner et au revoir!  

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana