Index   Back Top Print

[ FR ]

PAPE FRANÇOIS

MÉDITATION MATINALE EN LA CHAPELLE DE LA
MAISON SAINTE-MARTHE

Lundi 13 mai 2013

 

(L'Osservatore Romano, Édition hebdomadaire n° 20 du 16 mai 2013)

Le Saint-Esprit, cet inconnu

On aurait envie de dire « Le Saint-Esprit, cet inconnu », en pensant aux si nombreuses personnes qui encore aujourd’hui « ne savent pas bien expliquer qui est l’Esprit Saint » et « disent : “Je ne sais pas quoi faire !” avec lui, ou disent : “L’Esprit Saint est la colombe, celui qui nous offre les sept dons”. Mais ainsi, le pauvre Esprit Saint est toujours le dernier et ne trouve pas la bonne place dans notre vie ». Ainsi, encore une fois, lundi 13 mai, le Pape François, a centré son homélie sur la figure de l’Esprit Saint, en mettant en évidence la mauvaise connaissance qu’en ont encore aujourd’hui beaucoup de chrétiens. Le Pape s’est inspiré du récit de la rencontre de Paul avec plusieurs apôtres à Éphèse, au cours de laquelle à la question de savoir s’ils avaient reçu l’Esprit Saint, ils répondirent n’avoir jamais même entendu parler de son existence. Pour expliquer l’épisode, le Saint-Père a eu recours, au récit d’un moment de son expérience personnelle : « Je me rappelle un jour, lorsque j’étais curé de la paroisse du patriarche San José, à San Miguel, durant la Messe pour les enfants, le jour de la Pentecôte, j’ai posé la question : “Qui d’entre vous sait qui est l’Esprit Saint ?”. Et tous les enfants levaient la main ». L’un d’eux, a-t-il poursuivi en souriant, avait répondu : « “Le paralytique !”. Il m’a dit comme ça. Il avait entendu le “paraclet”, et il avait compris le “paralytique” ! C’est ainsi : l’Esprit Saint est toujours un peu l’inconnu de notre foi. Jésus dit de lui, il dit aux apôtres : “Je vous enverrai l’Esprit Saint : il vous enseignera toute chose et vous rappellera tout ce que j’ai dit”. Pensons à ce dernier : l’Esprit Saint est Dieu, mais c’est Dieu actif en nous, qui nous fait nous souvenir. Dieu qui fait se réveiller la mémoire. L’Esprit Saint nous aide à faire mémoire ».

Et « c’est très important, de faire mémoire », a répété le Pape, parce qu’« un chrétien sans mémoire n’est pas un vrai chrétien : c’est un homme ou une femme » prisonnier de l’instant, qui n’a pas d’histoire. Il en a une, mais ne sait pas tirer parti de son histoire. L’Esprit Saint nous l’enseigne. La mémoire qui « vient du cœur — a précisé le Pape — est une grâce de l’Esprit Saint ».

 


© Copyright - Libreria Editrice Vaticana