Index   Back Top Print

[ EN  - ES  - FR  - IT  - PL  - PT ]

LETTRE DU PAPE FRANÇOIS
AU RECTEUR DE L'UNIVERSITE PONTIFICALE SAINT-THOMAS D'AQUIN -ANGELICUM
A L'OCCASION DE L'INAUGURATION, AU SEIN DE L'UNIVERSITE,
DE L'INSTITUT DE CULTURE SAINT JEAN-PAUL II

 

A mon cher frère
Michał Paluch, O.P.
Recteur de l’université pontificale Saint Thomas d’Aquin

Le jour où l’on célèbre le centenaire de la naissance de saint Jean-Paul II, le plus illustre élève de cette université, est inauguré à l’Angelicum, au sein de la faculté de philosophie, l’Institut de culture qui porte son nom. Je désire exprimer ma satisfaction pour cette initiative et j’adresse mes salutations cordiales à toute la communauté académique et à ceux qui sont réunis pour cet événement, en particulier aux représentants des deux Fondations polonaises, Futura Iuventa et Saint Nicholas, qui soutiennent le nouvel Institut.

Celui-ci a pour principale finalité la réflexion sur la culture contemporaine. Dans ce but, ses promoteurs entendent faire appel à la collaboration des plus éminents philosophes, théologiens et hommes et femmes de culture, dans sa plus vaste expression. Et saint Jean-Paul II est, à la fois, l’inspirateur et le premier et plus important artisan de cette œuvre, avec le patrimoine riche et multiforme qu’il a laissé et, avant encore, par l’exemple de son esprit ouvert et contemplatif, passionné de Dieu et de l’homme, de la création, de l’histoire et de l’art.

Ses diverses expériences de vie, dont notamment les drames historiques et ses souffrances personnelles, interprétées à la lumière de l’Esprit, le conduisirent à développer avec une profondeur particulière la réflexion sur l’homme et sur ses racines culturelles, comme référence incontournable pour toute proclamation de l’Evangile. En effet, dans sa première encyclique, il écrivit: «Nous abordons en même temps toutes les cultures, toutes les idéologies, tous les hommes de bonne volonté. Nous faisons cette approche avec l’estime, le respect et le discernement qui, depuis le temps des apôtres, ont marqué l’attitude missionnaire et du missionnaire. Il suffit de rappeler saint Paul et, par exemple, son discours devant l’Aréopage d’Athènes. L’attitude missionnaire commence toujours par un sentiment de profonde estime face à “ce qu’il y a en tout homme”, pour ce que lui-même, au fond de son esprit, a élaboré au sujet des problèmes les plus profonds et les plus importants; il s’agit du respect pour tout ce que l’Esprit, qui “souffle où il veut” a opéré en Lui» (Redemptor hominis, n. 12; cf. Discours à l’Unesco, 2 juin 1980).

Nous avons besoin de conserver cette attitude vivante, si nous voulons être une Eglise en sortie, une Eglise qui ne se contente pas de conserver et d’administrer ce qui existe, mais qui veut être fidèle à sa mission.

Je suis très heureux que cette initiative soit réalisée au sein de l’université Saint Thomas d’Aquin. En effet, l’Angelicum accueille une communauté académique constituée par des professeurs et des étudiants provenant du monde entier et elle est un lieu adapté pour interpréter les défis importants des cultures d’aujourd’hui. La tradition de l’ordre dominicain, avec le rôle important qu’y occupe la réflexion rationnelle sur la foi et ses contenus, articulée de manière magistrale par le Docteur Angélique, ne peut que favoriser ce projet, afin qu’il soit caractérisé par le courage de la vérité, de la liberté d’esprit et par l’honnêteté intellectuelle (cf. Saint Paul VI, Lett. ap. Lumen Ecclesiae, 20 novembre 1974, n. 8; saint Jean-Paul II, Enc. Fides et ratio, n. 43).

Avec ces vœux, je vous renouvelle mon encouragement et ma reconnaissance, cher frère, ainsi qu’à ceux qui ont donné vie au nouvel institut. Je souhaite un bon travail aux professeurs, aux étudiants et au personnel et je leur envoie de tout cœur ma Bénédiction apostolique.

Rome, Saint-Jean-de-Latran, le 18 mai 2020

François

 


© Copyright - Libreria Editrice Vaticana