Index   Back Top Print


VOYAGE APOSTOLIQUE À RIO DE JANEIRO
À L'OCCASION DE LA XXVIIIe JOURNÉE MONDIALE DE LA JEUNESSE

RENCONTRE AVEC LES JEUNES ARGENTINS

PAROLES DU PAPE FRANÇOIS

Jeudi 25 juillet 2013

Vidéo

 

Merci…, merci d’être ici, merci d’être venus… Merci à ceux qui sont à l’intérieur et merci beaucoup à ceux qui sont restés dehors. Aux trente mille qu’on me dit être à l’extérieur. Je les salue d’ici. Ils sont sous la pluie… merci pour le geste de vous être approchés, merci d’être venus aux Journées de la Jeunesse. J’avais suggéré au docteur Gasbarri, qui est la personne qui gère, qui organise le voyage, de trouver une petite place pour une rencontre avec vous, et en une demi-journée il a tout arrangé. Je veux aussi remercier publiquement le docteur Gasbarri pour ce qu’il a réussi à faire aujourd’hui. 

Je désire vous dire ce que j’espère comme conséquence des Journées de la Jeunesse : j’espère qu’il y ait du bruit. Ici il y aura du bruit, il y en aura. Ici à Rio il y aura du bruit, il y en aura. Mais je veux que vous vous fassiez entendre dans les diocèses, je veux qu’on sorte dehors, je veux que l’Église sorte sur les routes, je veux que nous nous défendions de tout ce qui est mondanité, immobilisme, de ce qui est commodité, de ce qui est cléricalisme, de tout ce qui nous tient enfermés sur nous-mêmes. Les paroisses, les écoles, les institutions sont faites pour sortir dehors…, si elles ne le font pas elles deviennent une ONG et l’Église ne peut pas être une ONG. Que les évêques et les prêtres me pardonnent, si après certains vous créeront de la confusion. C’est le conseil. Merci pour ce que vous pourrez faire.

Regardez, je pense que, en ce moment, cette civilisation mondiale est allée au-delà des limites, est allée au-delà des limites parce qu’elle a créé un tel culte du dieu argent, que nous sommes en présence d’une philosophie et d’une praxis d’exclusion des deux pôles de la vie qui sont les promesses des peuples. Exclusion des personnes âgées, évidemment. On pourrait penser qu’il y a une espèce d’euthanasie cachée, c’est-à-dire qu’on ne prend pas soin des personnes âgées ; mais il y a aussi une euthanasie culturelle, parce qu’on ne les laisse pas parler, on ne les laisse pas agir. Et l’exclusion des jeunes. Le pourcentage que nous avons de jeunes sans travail, sans emploi, est très élevé et nous avons une génération qui n’a pas d’expérience de la dignité gagnée par le travail. Cette civilisation, plutôt, nous a porté à exclure les deux sommets qui sont notre avenir. Alors les jeunes : ils doivent émerger, ils doivent se faire valoir ; les jeunes doivent sortir pour lutter pour les valeurs, lutter pour ces valeurs ; et les personnes âgées doivent ouvrir la bouche, les personnes âgées doivent ouvrir la bouche et nous enseigner ! Transmettez-nous la sagesse des peuples !

Dans le peuple argentin, je demande, de tout cœur, aux personnes âgées : ne manquez pas d’être la réserve culturelle de notre peuple, réserve qui transmet la justice, qui transmet l’histoire, qui transmet les valeurs, qui transmet la mémoire du peuple. Et vous, s’il vous plaît, ne vous mettez pas contre les personnes âgées : laissez-les parler, écoutez-les et allez de l’avant. Mais sachez, sachez qu’en ce moment vous, jeunes, et les personnes âgées, vous êtes condamnés au même destin : l’exclusion. Ne vous laissez pas exclure. C’est clair ! Je crois que c’est à cela que vous devez travailler. La foi en Jésus n’est pas une plaisanterie, c’est une chose très sérieuse. C’est un scandale que Dieu soit venu se faire l’un de nous. C’est un scandale qu’il soit mort sur une croix. C’est un scandale : le scandale de la Croix. La Croix continue à faire scandale. Mais c’est l’unique chemin sûr : celui de la Croix, celui de Jésus, celui de l’Incarnation de Jésus. S’il vous plaît, ne « passez pas au mixeur » la foi en Jésus Christ. Il y a le mixé d’orange, il y a le mixé de pomme, il y a le mixé de banane, mais s’il vous plaît ne buvez pas de « mixé » de foi. La foi est entière, elle ne se passe pas au mixeur. C’est la foi en Jésus. C’est la foi dans le Fils de Dieu fait homme, qui m’a aimé et est mort pour moi. Alors : faites-vous entendre ; ayez soin des extrêmes de la population, que sont les personnes âgées et les jeunes ; ne vous laissez pas exclure et qu’on n’exclue pas les personnes âgées. Deuxièmement : ne « passez pas au mixeur » la foi en Jésus Christ. Les Béatitudes. Que devons-nous faire, Père ? Regarde, lis les Béatitudes qui te feront du bien. Si tu veux savoir ce que tu dois faire concrètement, lis Matthieu chapitre 25, qui est le registre par lequel nous serons jugés. Avec ces deux choses vous avez le Plan d’action : les Béatitudes et Matthieu 25. Vous n’avez pas besoin de lire autre chose. Je vous le demande de tout cœur. Ça va bien : je vous remercie pour cette proximité. Je regrette que vous soyez mis en cage, mais je vous dis une chose. Moi, de temps en temps, j’en fais l’expérience : quelle mauvaise chose que d’être mis en cage. Je vous le confesse de tout cœur, mais voyons… Je vous comprends. Il m’aurait plu de vous être plus proche, mais je comprends que, pour des raisons de sécurité, on ne le peut pas. Merci d’être venus, merci de prier pour moi ; je vous le demande de tout cœur, j’en ai besoin. J’ai besoin de vos prières, j’en ai beaucoup besoin. Merci pour cela. Et bien, je veux vous donner la Bénédiction et après nous bénirons l’image de la Vierge qui parcourra toute la République… et la croix de saint François, qui voyageront en missionnaires. Mais n’oubliez pas : faites-vous entendre ; ayez soin des deux extrémités de la vie, les deux extrémités de l’histoire des peuples, que sont les personnes âgées et les jeunes ; et ne passez pas la foi au mixeur. Et maintenant prions, pour bénir l’image de la Vierge et ensuite vous donner la Bénédiction.

Nous nous mettons debout pour la Bénédiction, mais d’abord je veux remercier pour ce qu’a dit Mgr Arancedo, parce que comme un authentique mal élevé, je ne l’ai pas remercié. Donc merci pour tes paroles !     

 

PRIÈRE  

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit.

Ave Maria….

 

Seigneur, tu as laissé ta Mère au milieu de nous pour qu’elle nous accompagne.

Qu’elle ait soin de nous et nous protège sur notre chemin, dans notre cœur, dans notre foi.

Qu’elle fasse de nous des disciples comme elle l’a été, et des missionnaires comme elle aussi l’a été.

Qu’elle nous enseigne à sortir par les routes.

Qu’elle nous enseigne à sortir de nous-mêmes.

Nous bénissons cette image, Seigneur, elle parcourra le pays.

Que, par sa mansuétude, par sa paix, Marie nous indique le chemin.

Seigneur. Tu es un scandale. Tu es un scandale : le scandale de la Croix. Une Croix qui est humilité, mansuétude ; une Croix qui nous parle de la proximité de Dieu. Nous bénissons aussi cette image de la Croix qui parcourra le pays.

Merci beaucoup, nous nous reverrons ces jours-ci. Que Dieu vous bénisse. Priez pour moi. Ne l’oubliez pas !  

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana