Index   Back Top Print


VOYAGE APOSTOLIQUE À RIO DE JANEIRO
À L'OCCASION DE LA XXVIIIe JOURNÉE MONDIALE DE LA JEUNESSE

 

PAROLES DU PAPE FRANÇOIS
À LA RADIO DE L'ARCHIDIOCÈSE DE RIO

Studios de « Rádio Catedral »
Samedi 27 juillet 2013

 

Après le déjeuner du samedi 27 juillet, le Pape François a visité les studios de « Rádio Catedral » de Rio de Janeiro où il a prononcé les paroles suivantes :

Bonjour, bonsoir à tous les auditeurs. Je vous remercie pour votre attention et je remercie ici les membres de la radio pour leur gentillesse de me donner le micro. Je les remercie et je suis en train de regarder la radio et je vois que les moyens de communication sont aujourd’hui très importants. Je dirais qu’une radio, une radio catholique, est aujourd’hui la chaire la plus proche que nous ayons. C’est de là que nous pouvons annoncer, à travers la radio, les valeurs humaines, les valeurs religieuses et surtout annoncer Jésus-Christ, le Seigneur ; faire au Seigneur la grâce de lui donner une place dans nos affaires. Ainsi, je vous salue et je remercie cet archidiocèse pour tout l’effort accompli afin d’avoir une radio et de la maintenir, avec un réseau aussi grand. Je demande à tous les auditeurs de prier pour moi, de prier pour cette radio, de prier pour l’évêque, de prier pour l’archidiocèse, afin que nous soyons tous unis dans la prière et que nous travaillions, comme le disait il y a peu le prêtre, pour une culture plus humaniste, plus riche de valeurs et que personne n’en soit exclu. Que nous travaillions tous pour ce mot qui aujourd’hui ne plaît pas : solidarité. C’est un mot que l’on tente toujours de mettre de côté, parce qu’il est gênant et pourtant c’est un mot qui reflète les valeurs humaines et chrétiennes qui sont demandées pour aller contre la culture du rebut pour laquelle tout est éliminable – comme l’a répété le prêtre tout à l’heure. Une culture qui laisse toujours les gens dehors : qui laisse dehors les enfants, qui laisse dehors les jeunes, qui laisse dehors les personnes âgées, qui laisse dehors tous ceux qui ne servent pas, qui ne produisent pas, et cela ne peut pas exister ! Au contraire, la solidarité inclut tout le monde. Vous devez continuer à travailler pour cette culture de la solidarité et pour l’Évangile.

Question sur l’importance de la famille :

Je ne dirais pas seulement que la famille est importante pour l’évangélisation du nouveau monde. La famille est importante, est nécessaire pour la survie de l’humanité. S’il n’y a pas la famille, la survie culturelle de l’humanité est en danger. Que cela nous plaise ou non, la famille est la base.

 


© Copyright - Libreria Editrice Vaticana