Index   Back Top Print


PAROLES DU PAPE FRANÇOIS
À UNE DÉLÉGATION ŒCUMÉNIQUE DE FINLANDE,
À L'OCCASION DE LA FÊTE DE SAINT HENRI

Vendredi 17 janvier 2014

 

Chers frères et amis de Finlande,

« Merci à vous et paix de Dieu, Notre Père, et du Seigneur Jésus Christ » (Rm 1, 7). Je vous adresse ma plus chaleureuse bienvenue, comme l’ont fait pendant plus de 25 ans mes prédécesseurs, le bienheureux Jean-Paul II et Benoît XVI, en accueillant la visite de vos délégations œcuméniques à l’occasion de la fête de saint Henri, patron de la Finlande.

Aux membres de la communauté de Corinthe, marquée par des divisions, l’apôtre demande : « Le Christ est-il divisé ? » (1 Co 1, 13). Cette question a été choisie comme thème de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, que nous entamerons demain. Aujourd’hui, c’est à nous que la même question s’adresse. Face à certaines voix qui ne reconnaissent plus comme un objectif pouvant être poursuivi l’unité pleine et visible de l’Église, nous sommes invités à ne pas renoncer à notre effort œcuménique, fidèles à ce que le Seigneur Jésus lui-même a invoqué du Père : que « tous soient un » (Jn 17,21).

À l’époque actuelle, le chemin œcuménique et les relations entre les chrétiens sont eux aussi en train de traverser des changements significatifs, dus en premier lieu au fait que nous professons notre foi dans le contexte de sociétés et de cultures où est toujours moins présente la référence à Dieu et à tout ce qui rappelle la dimension transcendante de la vie. Nous le notons surtout en Europe, mais pas seulement.

Précisément pour cette raison, il faut que notre témoignage se concentre sur le centre de notre foi, sur l’annonce de l’amour de Dieu qui s’est manifesté dans le Christ son Fils. Nous trouvons ici un espace pour croître dans la communion et dans l’unité entre nous, en promouvant l’œcuménisme spirituel, qui naît directement du commandement de l’amour laissé par Jésus à ses disciples. À cette dimension faisait également référence le Concile Vatican ii : « Cette conversion du cœur et cette sainteté de vie, ensemble avec les prières publiques et privées pour l’unité des chrétiens, doivent être regardées comme l’âme de tout l’œcuménisme et peuvent à bon droit être appelées œcuménisme spirituel » (Décr. Unitatis redintegratio, n. 8). L’œcuménisme est en effet un processus spirituel, qui se réalise dans l’obéissance fidèle au Père, dans l’accomplissement de la volonté du Christ et sous la conduite de l’Esprit Saint.

Invoquons donc sans nous lasser l’aide de la grâce de Dieu et l’illumination de l’Esprit Saint, qui nous introduit dans la vérité tout entière, porteuse de réconciliation et de communion.

En vous renouvelant ma chaleureuse bienvenue, j’invoque de tout cœur sur vous, sur tous les chrétiens de Finlande et sur votre pays, la bénédiction de Dieu.

 

 




© Copyright - Libreria Editrice Vaticana