Index   Back Top Print

[ DE  - EN  - ES  - FR  - IT  - PT ]

DISCOURS DU PAPE FRANÇOIS
AUX MEMBRES DE L'ASSOCIATION « TENSHO KENOH SHISETSU KENSHOUKAI » (JAPON)

Salon de la salle Paul VI
Mercredi 12 septembre 2018

[Multimédia]


 

Chers amis provenant du Japon, bonjour!

Je suis très heureux de vous rencontrer et de rencontrer avec vous les pères Renzo De Luca et Shinzo Kawamura.

Votre groupe de délégués de l’association Tensho Kenoho Shisetsu Kenshokai est le bienvenu à Rome, chez le Pape. Il y a plus de 400 ans, en 1585, quatre jeunes japonais arrivèrent à Rome, accompagnés par des missionnaires jésuites pour rendre visite au Pape, qui était alors Grégoire XIII. Ce fut un voyage extraordinaire, parce que c’était la première fois qu’un groupe de représentants de votre pays venait en Europe. Les quatre jeunes reçurent un accueil merveilleux, non seulement de la part du Pape, mais également de toutes les villes et cours qu’ils visitèrent: Lisbonne, Madrid, Florence, Rome, Venise, Milan, Gênes... Les Européens rencontrèrent les Japonais et les Japonais rencontrèrent l’Europe et le cœur de l’Eglise catholique. Une rencontre historique entre deux grandes cultures et traditions spirituelles, dont il est juste de conserver la mémoire, comme le fait votre association.

Le voyage de vos jeunes prédécesseurs dura en tout plus de huit ans; il n’y avait pas d’avions à cette époque. Le vôtre est plus bref et moins fatigant. Mais j’espère que vous vous sentez accueillis par le Pape comme eux le furent et que, comme eux, vous goûtez la joie de cette rencontre et que vous vous sentez encouragés à retourner dans votre pays en tant qu’ambassadeurs d’amitié et promoteurs de grandes valeurs humaines et chrétiennes. Les quatre jeunes de l’époque Tensho le furent, avec engagement et courage. Je voudrais rappeler en particulier leur chef, Mancio Ito, qui devint prêtre, et Julian Nakaura, qui, comme de nombreux autres, subit le supplice sur la célèbre colline des martyrs de Nagasaki et fut proclamé bienheureux.

Je sais que votre association promeut de très beaux projets de culture et de solidarité. J’encourage surtout votre engagement actuel pour récolter un fonds d’aide pour la formation de jeunes et d’orphelins, grâce à la contribution d’entreprises sensibles à leurs problèmes. Vous voulez démontrer que la religion, la culture et le monde économique peuvent collaborer de façon pacifique pour créer un monde plus humain et caractérisé par une écologie intégrale. Cela est pleinement en accord avec ce que je souhaite pour l’humanité d’aujourd’hui et de demain, comme je l’ai écrit dans la Lettre encyclique Laudato si’. C’est la bonne voie pour l’avenir de notre maison commune.

Merci encore pour votre visite. Comme vos quatre jeunes prédécesseurs, apportez à votre merveilleux peuple et à votre grand pays l’amitié du Pape de Rome et l’estime de toute l’Eglise catholique.

Et, profitant de cette visite, je voudrais vous annoncer ma volonté de visiter le Japon l’an prochain. J’espère pouvoir le faire.

Je suis très content de ce que vous m’avez dit et de cette histoire que je connaissais peu. Les amitiés se nouent au cours de l’histoire. C’est pourquoi la mémoire est importante. N’oubliez pas les choses que nous ont données la culture, le pays, la langue, la religion, l’appartenance sociale. Ne l’oubliez pas; et faites un pas en avant. Le provincial le sait parce qu’il a été directeur d’un musée, il le sait donc bien. Il faut cultiver la mémoire.

 


© Copyright - Libreria Editrice Vaticana