Index   Back Top Print

[ DE  - EN  - ES  - FR  - IT  - PT ]

DISCOURS DU PAPE FRANÇOIS
AUX PARTICIPANTS AU CHAPITRE GÉNÉRAL
DE L'UNION ROMAINE DE L'ORDRE DE SAINTE URSULE

Salle Clémentine
Jeudi 3 octobre 2019

[Multimédia]


 

Chères sœurs!

J’adresse à chacune de vous un salut cordial, et je remercie la prieure générale. Le chapitre général est un événement de grâce, un événement ecclésial: même quand il est célébré dans la plus stricte confidentialité, il appartient à la vie de l’Eglise. Tout cela apparaît particulièrement évident en référence à votre chapitre général qui a pour thème: «Communauté mondiale, allons vers une nouvelle vie». Un thème exigeant!

L’association de ces deux mots, communauté et mondiale fait aussitôt s’interroger, parce qu’elle semble contradictoire. Généralement, le terme communauté s’emploie pour indiquer un ensemble de personnes qui partagent un même environnement assez restreint: comme la communauté religieuse, la communauté paroissiale, en somme, une forme circonscrite du peuple de Dieu; en revanche, l’adjectif mondial s’emploie pour attribuer à la réalité à laquelle on se réfère une extension universelle, qui arrive jusqu’aux extrémités de la terre. Il semble que ces deux termes ne soient pas faits pour aller ensemble, et pourtant c’est la réalité dans laquelle nous vivons et à laquelle nous devons faire face.

Nous nous trouvons à une époque toujours plus interconnectée et habitée par des peuples qui font désormais partie d’une «communauté mondiale». Nous nous trouvons tous plus proches devant les grands défis auxquels nous devons nous confronter. Aujourd’hui, personne ne peut plus dire: «Cela ne me concerne pas». La protection des droits de l’homme, la conquête de la liberté de pensée et de la liberté religieuse, l’évangélisation de ceux qui sont loin et de ceux qui sont proches — à commencer par nous-mêmes — la justice sociale, la protection de l’environnement et la recherche commune d’un développement durable, l’avènement d’une économie humaniste, d’une politique qui soit vraiment au service de l’homme ne sont pas seulement les problèmes des autres, mais ce sont nos problèmes, ce sont mes problèmes; ils ne concernent plus seulement un peuple ou un pays, mais le monde entier. Par exemple, l’Amazonie qui brûle n’est pas un problème uniquement de cette région, c’est un problème mondial; le phénomène migratoire ne concerne pas seulement quelques Etats, mais la communauté internationale, et ainsi de suite.

D’où l’invitation pleine d’espérance de la seconde partie de votre thème: «Allons vers une vie nouvelle». Ces paroles reprennent ce que disait souvent sainte Angela Merici: «Vivez une vie nouvelle». Mais comment est-il possible d’aller vers une nouvelle vie?

Cela est possible en ouvrant les portes au Christ et en l’imitant dans la charité, à savoir en se faisant comme lui le prochain de tout homme et de toute femme de toute langue, peuple et pays, avec un grand respect pour la diversité de l’autre, qu’elle soit culturelle ou religieuse.

De la même façon, vous aussi, chères sœurs, dans le respect de vos identités personnelles et de l’originalité charismatique qui vous caractérise, vous êtes appelées à «vivre une vie nouvelle», à apporter un souffle de vie nouvelle jusqu’aux extrémités de la terre, en sachant vivre de manière responsable parmi les peuples, les pays et les cultures diverses, afin que le message de foi, d’espérance et de charité que vous apportez puisse attirer les personnes au Christ.

Nous vivons dans un contexte international et interculturel, c’est pourquoi je vous invite à chercher, dans un climat de prière, les instruments adéquats afin que dans la poursuite de vos objectifs individuels et communautaires, vous ne perdiez pas de vue le vaste horizon de l’humanité pour laquelle Jésus a donné sa vie. A ce propos je souhaite, pour toute l’Union romaine de l’Ordre de sainte Ursule, un choix missionnaire courageux, capable de tout transformer, afin que les coutumes, les styles, les horaires, les langages et les structures de gouvernement et d’apostolat deviennent des canaux adéquats pour l’évangélisation du monde actuel. Pour ce faire, une conversion pastorale des structures est nécessaire, de sorte qu’elles soient toujours plus orientées vers la mission, qu’elles soient «en sortie» — parce que si elle n’est pas en sortie, ce n’est pas l’Eglise — pour favoriser la réponse de tous ceux auxquels Jésus offre son amitié.

Nous avons plus que jamais besoin de témoignages cohérents. Des témoignages cohérents, s’il vous plaît! J’insiste. L’Eglise a besoin d’hommes et de femmes qui, commençant par leur propre conversion personnelle, soient en mesure d’offrir à leur prochain l’écoute et la compréhension ainsi que la joie de l’Evangile.

Chères sœurs, vous êtes appelées à apporter ce témoignage en tant que fidèles filles de sainte Angela Merici, en trouvant une inspiration renouvelée dans son charisme, pour répondre à la soif de ce monde qui, en dernière instance, est soif du Christ et soif de sa miséricorde.

Dans ce contexte, je voudrais vous encourager à poursuivre avec enthousiasme votre tâche éducative, surtout à une époque où les jeunes sont submergés par une énorme quantité d’informations et désorientés par la rapidité avec laquelle celles-ci sont transmises. Par conséquent, une proposition éducative est nécessaire, qui enseigne à penser de façon critique, à discerner les pour et les contre des moyens que nous utilisons et qui sache indiquer aux jeunes un parcours de maturation dans les valeurs.

Vous savez bien qu’une croissance humaine sérieuse dans la conscience des valeurs n’est possible qu’en conjuguant l’éducation avec l’annonce de l’Evangile. Cela se fait principalement à travers le témoignage personnel, c’est pourquoi je vous invite à soigner attentivement votre vie spirituelle.

L’amour pour les personnes est une force qui favorise la rencontre avec Dieu et la vie spirituelle, parce que celui qui aime son prochain aime Dieu, tandis que celui qui n’aime pas son frère «marche dans les ténèbres», «demeure dans la mort» et «n’a pas connu Dieu» (1 Jn 2, 11; 3, 14; 4, 8). Quand nous vivons l’esprit de la rencontre, quand nous nous approchons des autres dans l’intention de rechercher leur bien, nous élargissons notre intériorité pour recevoir les plus beaux cadeaux du Seigneur. Chaque fois que nous rencontrons un frère et une sœur dans l’amour, la foi pour reconnaître Dieu est davantage éclairée. C’est pourquoi, si vous voulez grandir dans la vie spirituelle, vous ne pouvez pas renoncer à être missionnaires.

Chères sœurs, je demande à Dieu, par l’intercession de la Très Sainte Vierge Marie, de sainte Ursule et de sainte Angela Merici, de vous éclairer dans votre discernement et vos décisions, de vous donner la force de les mettre en œuvre, en vous souvenant toujours que la fin ultime de la vie est de rendre gloire à Dieu. Que la grâce du Seigneur vous accompagne toujours et vous soutienne sur votre chemin. Je vous bénis de tout cœur, ainsi que toutes vos communautés. Toutes! Et vous, s’il vous plaît, n’oubliez pas de prier pour moi. Merci!

 


© Copyright - Libreria Editrice Vaticana