Index   Back Top Print

[ DE  - EN  - ES  - FR  - IT  - PT ]

DISCOURS DU PAPE FRANÇOIS
A UNE DÉLÉGATION DU PROJET EUROPÉEN "SNAPSHOTS FROM THE BORDERS"

Salle Clémentine
Jeudi 10 septembre 2020

[Multimédia]


 

Chers sœurs et frères,

Je vous souhaite la bienvenue, à vous qui avez adhéré au projet «Snapshots from the borders». Je remercie M. Salvatore Martello, maire de Lampedusa et Linosa, pour les paroles qu’il m’a adressées au nom de tous. Et je vous remercie aussi pour cette belle croix, si significative, que vous avez apportée. Merci.

Votre projet est un projet clairvoyant. Il se propose de promouvoir une compréhension plus profonde de la migration, qui permette aux sociétés européennes d’apporter une réponse plus humaine et coordonnée aux défis des migrations contemporaines. Le réseau d’autorités locales et d’organisations de la société civile, qui est né de ce projet, se propose de contribuer de façon positive au développement de politiques migratoires qui répondent à cette fin.

L’horizon migratoire actuel est complexe et présente souvent des aspects dramatiques. Les interdépendances mondiales qui déterminent les flux migratoires doivent être mieux étudiées et comprises. Les défis sont nombreux et nous interpellent tous. Personne ne peut rester indifférent face aux tragédies humaines qui continuent d’avoir lieu dans diverses régions du monde. Parmi celles-ci nous interpellent souvent celles qui ont comme théâtre la Méditerranée, une mer de frontières, mais également de rencontre entre les cultures.

En février dernier, au cours de la Rencontre — très positive — avec les évêques de la Méditerranée, à Bari, je rappelais que «parmi ceux qui, dans la région méditerranéenne, peinent le plus, il y a ceux qui fuient la guerre ou qui laissent leur terre en quête d’une vie digne de l’homme. [...] Nous sommes conscients qu’en divers contextes sociaux un sentiment d’indifférence, et même de refus, est répandu [...]. La communauté internationale s’est contentée d’interventions militaires alors qu’elle devrait mettre en place des institutions qui garantissent des opportunités égales et des lieux où les citoyens auraient la possibilité de prendre en charge le bien commun [...]. Dans le même temps, nous n’accepterons jamais que celui qui cherche l’espérance en prenant la mer meure sans recevoir de secours [...]. Certes, l’accueil et une intégration digne sont des étapes d’un processus qui n’est pas facile. Cependant, il est impensable de s’y engager en construisant des murs» (Discours, 23 février 2020).

Face à ces défis, il apparaît évident que la solidarité concrète et la responsabilité partagée sont indispensables, tant au niveau national qu’international. «La pandémie actuelle a mis en évidence notre interdépendance: nous sommes tous liés, les uns aux autres, tant dans le mal que dans le bien» (Audience générale, 2 septembre 2020). Il faut agir ensemble, pas seuls.

Il est également fondamental de changer la façon de voir et de raconter la migration: il s’agit de mettre au centre les personnes, les visages, les histoires. D’où l’importance de projets, comme celui que vous avez promu, qui tentent de proposer des approches différentes, inspirées par la culture de la rencontre, qui constitue le chemin vers un nouvel humanisme. Et quand je parle de «nouvel humanisme», je ne l’entends pas seulement comme une philosophie de vie, mais également comme une spiritualité, comme un mode de comportement.

Les habitants des villes et des territoires de frontière — les sociétés, les communautés, les Eglises — sont appelés à être les premiers acteurs de ce tournant, grâce aux opportunités constantes de rencontre que l’histoire leur offre. Les frontières, depuis toujours considérées comme des barrières de division, peuvent en revanche devenir des «fenêtres», des espaces de connaissance mutuelle, d’enrichissement réciproque, de communion dans la diversité; elles peuvent devenir des lieux dans lesquels on expérimente des modèles pour surmonter les difficultés que les nouvelles arrivées comportent pour les communautés autochtones.

Je vous encourage à continuer de travailler ensemble pour la culture de la rencontre et de la solidarité. Que le Seigneur bénisse vos efforts dans ce sens et que la Vierge vous protège, ainsi que les personnes pour lesquelles vous travaillez. Je prie pour vous et vous, s’il vous plaît, n’oubliez pas de prier pour moi. Que le Seigneur vous bénisse tous, ainsi que votre travail et vos efforts en vue d’aller de l’avant dans cette direction. Merci.

  



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana