Index   Back Top Print



JEAN-PAUL II

AUDIENCE GÉNÉRALE

Mercredi 5 Novembre 1997

   

Chers Frères et Sœurs,

Depuis la première invocation connue à Marie, Sub tuum præsidium, le culte marial a vu se développer de nombreuses expressions de piété, le plus souvent encouragées par le Magistère. À partir du quatorzième siècle, la prière de l'Ave Maria est la plus communément utilisée par les fidèles. Elle reprend la salutation de l'archange à l'Annonciation et elle introduit les fidèles dans la contemplation du mystère de l'Incarnation rédemptrice. De ce fait, elle "a donc une orientation nettement christologique" (Paul VI, Marialis cultus, n. 46). Dès les premiers mots, les chrétiens sont invités à la joie et à l'admiration devant la perfection et la beauté de l'âme de la Vierge. Découvrant sa relation profonde avec le Seigneur, ils lui demandent son aide dans le combat contre le péché et jusqu'à l'heure de la mort, à elle qui a été préservée de la faute par un privilège particulier. Le rosaire, dont les Papes ont souvent souhaité une large diffusion, conduit à méditer l'ensemble des mystères de la foi.

De même, la prière de l'Angélus, méditation du mystère de l'Incarnation et rappel de l'événement central de l'histoire de l'humanité, nous invite à prendre Marie comme exemple de disponibilité à la volonté divine. Par leur dévotion mariale quotidienne, les chrétiens reconnaissent le rôle de la Vierge dans l'histoire du salut; ils ont recours à elle pour obtenir de nombreuses grâces, sûrs qu'ils peuvent compter sur sa protection maternelle.

* * * *

J'accueille avec plaisir les pèlerins de langue française présents à cette audience. En ce mois de novembre, nous prions pour tous les défunts et nous demandons l'aide de la Vierge, pour faire la volonté de Dieu. À tous, j'accorde de grand cœur la Bénédiction apostolique.

  



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana