Index   Back Top Print


JEAN-PAUL II

AUDIENCE GÉNÉRALE

Mercredi 17 mai 2000 

 

Très chers frères et soeurs!

1. Je désire aujourd'hui m'arrêter avec vous sur le pèlerinage à Fatima, que le Seigneur m'a donné d'accomplir vendredi et samedi de la semaine dernière. Les émotions que j'ai éprouvées sont encore vives en moi. J'ai à l'esprit l'immense foule qui s'est rassemblée sur l'esplanade devant le Sanctuaire, vendredi soir à mon arrivée, et en particulier samedi matin pour la béatification des deux pastoureaux François et Jacinthe. Une foule qui exultait de joie et, dans le même temps, capable de créer des moments de silence absolu et d'intense recueillement.

Mon coeur est rempli de gratitude:  pour la troisième fois, en la fête du 13 mai, date de la première apparition de la Madone à la Cova da Iria, la Providence m'a accordé de me rendre en pèlerinage aux pieds de la Vierge, là où elle apparut aux trois pastoureaux Lucie, François et Jacinthe, de mai à octobre 1917. Lucie est encore en vie, et j'ai encore une fois eu la joie de la rencontrer.

J'adresse un profond remerciement à l'Evêque de Fatima et à tout l'épiscopat portugais pour la préparation de cette visite et pour l'accueil chaleureux. Je renouvelle également mon salut et j'exprime ma gratitude au Président de la République, au Premier ministre et aux autres Autorités portugaises pour les attentions qui m'ont été réservées et pour l'engagement avec lequel ils se sont prodigués pour la réussite de ce pèlerinage apostolique.

2. Comme à Lourdes, à Fatima également la Vierge a choisi des enfants, François, Jacinthe et Lucie, comme destinataires de son message. Ils l'ont accueillie si fidèlement qu'ils méritent non seulement d'être reconnus comme témoins crédibles des apparitions, mais de devenir eux-mêmes un exemple de vie évangélique.

Lucie, leur cousine à peine plus âgée encore vivante, a tracé des portraits significatifs des deux nouveaux bienheureux. François était un enfant bon, réfléchi, à l'âme contemplative; alors que Jacinthe était vive, plutôt susceptible, mais très douce et aimable. Leurs parents les avaient éduqués à la prière, et le Seigneur lui-même les attira plus étroitement à lui, grâce à l'apparition d'un Ange qui, tenant entre les mains un Calice et une Hostie, leur enseigna à s'unir au sacrifice eucharistique en réparation des péchés.

Cette expérience les prépara aux rencontres successives avec la Madone, qui les invita à prier assidument et à offrir des sacrifices pour la conversion des pécheurs. Avec les deux pastoureaux de Fatima l'Eglise a proclamé bienheureux deux très jeunes enfants, car, bien que ce ne soient pas des martyrs, ils ont démontré qu'ils vivaient les vertus chrétiennes à un degré héroïque, malgé leur âge tendre. Un héroïsme d'enfants, mais un héroïsme véritable.

Leur sainteté ne dépend pas des apparitions, mais de la fidélité et de l'engagement avec lequel ils ont répondu au don singulier reçu du Seigneur et de la Très Sainte Vierge. Après la rencontre avec l'Ange et avec la belle Dame, ils récitaient le rosaire plusieurs fois par jour, offraient des pénitences fréquentes pour la fin de la guerre et pour les âmes qui avaient le plus besoin de la miséricorde divine, et ressentaient le désir intense de "consoler" le Coeur de Jésus et Celui de Marie. En outre, les pastoureaux durent supporter les fortes pressions de ceux qui les poussaient, avec la force et de terribles menaces, à renier tout et à révéler les secrets reçus. Mais ils s'encouragèrent mutuellement, confiants dans le Seigneur et dans l'aide de "cette Dame", dont François disait:  "C'est notre amie". En raison de leur fidélité à Dieu, ils constituent un exemple lumineux,  pour les enfants et les adultes, d'une  manière  de  se  conformer  de façon  simple  et  généreuse  à  l'action transformante de la grâce divine.

3. Mon pèlerinage à Fatima a donc été un remerciement à Marie pour ce qu'elle a voulu communiquer à l'Eglise à travers ces enfants et pour la protection qui m'a été accordée au cours de mon pontificat:  un remerciement que j'ai voulu lui renouveler symboliquement avec le don du précieux anneau épiscopal, qui m'a été offert par le Cardinal Wyszynski quelques jours après mon élection au Siège de Pierre.

Les temps apparaissant désormais mûrs, j'ai considéré opportun de rendre public le contenu de ce que l'on appelle la troisième partie du secret.

Je suis heureux d'avoir pu prier dans la Chapelle des Apparitions, construite sur le lieu où la "Dame enveloppée de lumière" se montra plusieurs fois aux trois enfants et parla avec eux. J'ai rendu grâce pour ce que la miséricorde divine a accompli au cours du XXème siècle, grâce à l'intercession maternelle de Marie. A la lumière des apparitions de Fatima, les événements de cette période historique très tourmentée acquièrent une éloquence particulière. Il n'est alors pas difficile de mieux comprendre combien la miséricorde Dieu a été déversée sur l'humanité à travers Marie. Nous ne pouvons que remercier Dieu pour le témoignage courageux de tant de hérauts du Christ qui lui sont restés fidèles jusqu'au sacrifice de leur vie. En outre, j'ai plaisir à rappeler ici les enfants et les adultes, hommes et femmes, qui, selon les indications données par la Vierge à Fatima, ont offert quotidiennement des prières et des sacrifices, en particulier en récitant le saint Rosaire et par la pénitence. Je voudrais encore une fois les rappeler tous et rendre grâce à Dieu.

4. De Fatima se diffuse dans le monde entier un message de conversion et d'espérance, un message qui, conformément à la révélation chrétienne, est profondément inséré dans l'histoire. Celui-ci, précisément à partir des expériences vécues, invite les croyants à prier assidument pour la paix dans le monde et à faire pénitence pour ouvrir les coeurs à la conversion. Tel est l'Evangile authentique du Christ reproposé à notre génération particulièrement éprouvée par les événements passés. L'appel que Dieu nous a fait parvenir à travers la Sainte Vierge conserve encore aujourd'hui toute son actualité.

Très chers frères et soeurs, accueillons la lumière qui vient de Fatima:  laissons-nous guider par Marie. Que son Coeur Immaculé soit notre refuge et le chemin qui nous conduit au Christ. Que les bienheureux pastoureaux intercèdent pour l'Eglise, afin qu'elle poursuive avec courage son pèlerinage sur terre et qu'elle annonce avec une fidélité constante l'Evangile du salut à tous les hommes!

                                                                 * * *

Parmi les pèlerins qui assistaient à l'Audience générale du 17 mai 2000, se trouvaient les groupes suivants auxquels le Saint-Père s'est adressé en français: 

De France:  Pèlerinage des diocèses de Luçon et de La Rochelle, avec Mgr François Garnier et Mgr Georges Pontier; Congrégation des Serviteurs de Jésus et Marie; Collège Sainte-Marie, d'Antony; groupe de pèlerins de Béziers, de Paris, de Bayonne, de Lourdes, de La Région du Pays de Loire.

De Côte-d'Ivoire:  Groupe de pèlerins du diocèse de Grand-Bassam.


Chers frères et soeurs,

En me rendant pour la troisième fois à Fatima, j'ai voulu remercier la Vierge pour ce qu'elle a communiqué à l'Eglise à travers trois petits bergers et pour la protection qu'elle m'a accordée durant mon pontificat. La Vierge a choisi des enfants pour leur dire son message; formés par leurs parents à la prière, ils étaient préparés aux différentes rencontres avec la Vierge, qui les a invités à prier de manière assidue et à offrir des sacrifices pour la conversion des pécheurs.

L'Eglise a proclamé bienheureux deux pastoureaux parce qu'ils ont su, malgré leur jeune âge, vivre leur foi de façon héroïque. Leur sainteté ne dépend pas des apparitions, mais de la fidélité et de l'engagement avec lesquels ils ont répondu au don reçu du Seigneur et de Marie, se confiant totalement à eux.

De Fatima se diffuse dans le monde un message de conversion et d'espérance. Prions inlassablement pour la paix sur la terre et faisons pénitence pour que tous les coeurs s'ouvrent à la conversion. Accueillons la lumière de Fatima et laissons-nous guider par Marie!

Je salue cordialement les pèlerins de langue française, notamment Monseigneur  Garnier,  Evêque  de  Luçon et Monseigneur Pontier, Evêque de La Rochelle, et leurs diocésains, ainsi que le groupe de Grand-Bassam en Côte-d'Ivoire. Avec la Bénédiction apostolique!

J'accueille avec plaisir le pèlerinage national de Grèce, venu à Rome pour effectuer une démarche jubilaire et guidé par le Vicaire général d'Athènes. Chers amis, puisse votre prière en la Ville des Apôtres Pierre et Paul vous conforter dans votre foi et stimuler votre témoignage de fidèles attachés au Successeur de Pierre, dans un esprit de paix et de concorde avec tous vos frères chrétiens! Que le Christ ressuscité soit votre lumière et votre joie!

 

© Copyright 2000 - Libreria Editrice Vaticana

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana