Index   Back Top Print


JEAN-PAUL II

AUDIENCE GÉNÉRALE

Mercredi 20 décembre 2000
 

 

1. "O clef de David, qui ouvre les portes du Royaume des cieux:  viens, et libère celui qui gît dans les ténèbres du mal".

C'est avec cette invocation que la liturgie nous invite à prier aujourd'hui, en tournant le regard vers Celui qui naît pour racheter l'humanité. Nous sommes désormais proches de Noël et l'imploration du peuple en attente devient plus intense:  "Viens, Seigneur Jésus", viens libérer "celui qui gît dans les ténèbres du mal"!

Nous nous apprêtons à commémorer l'événement qui se trouve au coeur de l'histoire du salut:  l'incarnation du Fils de Dieu, venu habiter parmi nous pour racheter chaque créature humaine, à travers sa mort sur la Croix. Dans le mystère de Noël, le mystère pascal est déjà présent; dans la nuit de Bethléem, nous entrevoyons déjà la veillée de Pâques. La lumière qui illumine la grotte nous renvoit à la splendeur du Christ ressuscité qui vainc les ténèbres du sépulcre.

De plus, il s'agit cette année d'un Noël spécial, le Noël des deux mille ans du Christ:  un "anniversaire" important, que nous avons célébré avec l'Année jubilaire, en méditant sur l'événement extraordinaire du Verbe éternel fait homme pour notre salut. Nous nous disposons à revivre avec une foi renouvelée les imminentes festivités de Noël, pour en accueillir en plénitude le message spirituel.

2. A Noël, notre pensée se tourne naturellement vers Bethléem:  "Et toi - dit le prophète Michée - (Bethléem), Ephrata, le moindre des clans de Juda, c'est de toi que me naîtra celui qui doit régner sur Israël" (5, 1). A ces paroles font écho celles de l'évangéliste Matthieu. Aux Rois Mages, qui veulent savoir du roi Hérode "Où est le roi des Juifs qui vient de naître?" (Mt 2, 2), les prêtres suprêmes et les scribes du peuple communiquent ce qu'avait écrit l'antique prophète sur Bethléem:  "De toi sortira un chef qui sera pasteur de mon peuple Israël" (Mt 2, 6).

L'Eglise d'Orient prie ainsi lors de l'office de l'órthros lors de la solennité de Noël:  "Bethléem, prépare-toi; chante, ville de Sion; exulte, désert qui as attiré la joie:  l'étoile avance pour indiquer le Christ qui va naître à Bethléem; une grotte accueille celui que rien ne peut absolument contenir, et une mangeoire est préparée pour recevoir la vie éternelle" (stichirá idiómela, Anthologion).

3. Au cours de ces journées, Bethléem devient le lieu vers lequel sont  tournés  les  yeux  de  tous   les croyants. La représentation de la crèche, que la tradition populaire a diffusée dans chaque lieu de la terre, nous aide à mieux réfléchir sur le message qui, de Bethléem, continue à rayonner pour l'humanité tout entière. Dans une misérable grotte, nous contemplons Dieu qui, par amour, se fait enfant. Il donne à celui qui l'accueille la joie, la réconciliation et la paix aux peuples.

Le grand Jubilé, que nous célébrons, nous invite à ouvrir notre coeur à Celui qui  ouvre  pour  nous  "les  portes  du Royaume des Cieux".

Nous préparer à le recevoir comporte, avant toute autre chose, une attitude de prière intense et confiante. Lui faire place dans notre coeur exige un sérieux engagement à se convertir à son amour.

C'est Lui qui nous libère des ténèbres du mal et qui nous demande d'offrir notre contribution concrète, afin que se réalise son dessein de salut. Le prophète Isaïe le décrit avec des images suggestives:  "Jusqu'à ce que [...] le désert devienne une verger /un verger qui fait penser à une forêt. / Dans le désert s'établira le droit / et la justice habitera le verger. / Le fruit de la justice sera la paix / et l'effet de la justice repos et sécurité à jamais" (Is 32, 15-17).

C'est ce don que nous devons implorer avec une prière confiante, ce projet que nous sommes appelés à faire nôtre avec une sollicitude constante! Dans le message envoyé aux croyants et aux hommes de bonne volonté pour la prochaine Journée mondiale de la Paix, j'ai souligné que:  "Sur le chemin vers une meilleure entente entre les peuples, les défis que le monde doit affronter sont encore nombreux" (n. 18) et c'est pourquoi j'ai rappelé que "tous doivent sentir le devoir moral de procéder sans tarder à des choix concrets pour promouvoir la cause de la paix et la compréhension entre les hommes" (Ibid.).

Puisse Noël raviver en chacun la volonté de devenir un constructeur actif et courageux de la civilisation de l'Amour. Ce n'est que grâce à l'apport de tous que la prophétie de Michée et l'annonce qui a retenti lors de la nuit de Bethléem produiront leurs fruits et qu'il sera possible de vivre en plénitude le Noël chrétien.

* * *  

Je salue cordialement les pèlerins francophones présents à cette audience. Je suis heureux d’accueillir le pèlerinage de la Conférence épiscopale du Bénin, les jeunes et les professeurs du premier cycle du séminaire d’Ars accompagnés de leur évêque, Mgr Bagnard. Que votre pèlerinage soit une occasion de vivre toujours davantage en communion avec le Christ et son Église ! Je vous bénis tous de grand cœur.

 

© Copyright 2000 - Libreria Editrice Vaticana



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana