Index   Back Top Print

[ FR ]

MESSAGE DU PAPE JEAN-PAUL II
AU DIOCÈSE DE CRACOVIE, À L'OCCASION DU
IX
e CENTENAIRE DU SAINT MARTYR STANISLAS

 

En la fête de Noël, qui, chaque année, marque un recommencement, nous inaugurons notre grand jubilé de St Stanislas, évêque et martyr, patron de la Pologne. Nous commençons ce jubilé au seuil de l’année du Seigneur 1979, qui est la 900e depuis la mort de Stanislas de Szczepanow, évêque de Cracovie, tué par le roi Boleslas l’intrépide. Cet évêque et pasteur de notre Église, fruit de notre patrie, est devenu par sa mort le symbole d’un « commencement » particulier de notre histoire.

Les Polonais — qui étaient entrés dans l’Église du Christ depuis plus de cent ans, par le baptême de leur premier souverain historique, Mieszko, de la famille des Piast — désiraient ardemment, comme fruit de ce baptême, un signe évident de sainteté donné par un fils de notre patrie. Ce désir fut exaucé précisément en la personne de Stanislas. En effet, après une longue attente et un examen attentif des faits et des miracles (selon les possibilités de l’époque), le Pape Innocent IV proclama Stanislas de Szczepanow saint en 1253, à Assise.

Cet événement a profondément touché toute la société d’alors. Un nouvel esprit s’est emparé de nos ancêtres. On assista à un renouveau de la foi et de l’amour de la patrie, qui, comme on le sait, était divisée en de nombreuses régions. L’élévation sur les autels d’un saint polonais, fils de la terre natale, offrit à tous les citoyens d’alors un pasteur commun. Saint Stanislas devient expression de l’unité de toutes les terres polonaises. C’est à son intercession que nos ancêtres attribuent la fin des divisions entre régions, l’unification de la nation et le développement qui s’en est suivi.

Depuis, chaque centenaire du martyre de St Stanislas a toujours été marqué par un grand jubilé tout au long de l’histoire de la Pologne, aussi bien au « siècle d’or » qu’aux périodes de décadence, y compris au temps de la partition. Le dernier jubilé de St Stanislas, précisément, a été célébré en un moment où la Pologne avait perdu son indépendance. Aujourd’hui, nous rendons grâce à Dieu de ce que la Pologne ait recouvré son indépendance en tant qu’État en 1918, montrant ainsi qu’elle était toujours prête à défendre son autonomie. Et cela est précisément lié à la tradition de St Stanislas, patron de la Pologne.

Depuis sept ans, c’est-à-dire depuis 1972, nous nous préparons au jubilé de St Stanislas qui commence en cette fête de Noël. Cette préparation correspond aux sept années pendant lesquelles St Stanislas fut évêque de Cracovie, de 1072 a 1079. Pendant ces sept années, nous nous sommes surtout préoccupés de répondre aux tâches que le IIe Concile du Vatican a proposées à l’Église, aux chrétiens, à l’humanité. En travaillant systématiquement à faire passer dans la vie la doctrine du Concile, nous avons cherché surtout à affermir, approfondir et enrichir notre foi. C’est en effet seulement par cette voie qu’est possible un authentique renouveau de l’Église. Le travail entrepris dans ce sens correspond certainement à ce qui devait être fait en cet anniversaire de St Stanislas qui en son temps, en tant qu’évêque et pasteur de l’Église a poursuivi cet objectif selon les possibilités et les nécessités d’alors. Et c’est cela qui donne tout son sens à notre jubilé. Il n’évoque pas seulement une grande figure d’il y a neuf siècles, mais il veut assumer cette même cause pour laquelle St Stanislas a donné toute sa vie. Tels sont précisément les objectifs que, dès le début, s’est fixé le Synode pastoral de l’archidiocèse de Cracovie, qui touche à sa fin. Nous désirons le conclure solennellement le 8 mai 1979.

Selon une tradition neuf fois centenaire, St Stanislas est le patron des valeurs morales dans notre patrie (tout comme St Adalbert est le patron de l’ordre hiérarchique), ces valeurs morales si nécessaires aujourd’hui. « La foi sans les œuvres est inopérante (Jc 2, 20), nous dit l’apôtre. Tout ce qui menace les valeurs morales atteint l’homme et blesse sa dignité. Les occasions ne manquent certainement pas de dire avec amertume qu’aujourd’hui l’absence de valeurs morales a pris des dimensions préoccupantes pour toute la société. En tant qu’évêque et pasteur de l’Église de Cracovie, St Stanislas a défendu la société d’alors contre le mal qui la menaçait, et il n’a pas hésité à faire face à son souverain lorsque la protection des valeurs morales le demandait. Il nous a ainsi laissé un magnifique exemple de souci de l’homme, que nous devons mettre en parallèle avec notre indifférence, notre négligence, notre pusillanimité et notre préoccupation pour nos intérêts exclusifs. Le bien de l’homme et de la nation ne peut être séparé du souci des valeurs morales. Pour utiliser le langage d’aujourd’hui, nous pouvons voir en St Stanislas le porte-parole des droits les plus essentiels de l’homme et de la nation, ces droits dont dépendent sa dignité, sa moralité, son authentique liberté.

Nous voulons vivre cette année jubilaire qui commence en étroite union avec toute l’Église universelle, puisque St Stanislas est inscrit au calendrier des saints de cette Église comme une expression de son époque, et même en particulier comme une preuve que la Pologne était dans la grande famille des nations chrétiennes d’Europe et du monde. En ce jubilé, notre lien avec le Saint-Siège s’exprime comme peut-être jamais il ne l’a fait auparavant. Certainement les représentants de l’Église dans d’autres nations catholiques voudront nous rendre visite.

Mais nous désirons surtout que le jubilé de St Stanislas soit une grande solennité de l’Église dans notre patrie, dans cette Pologne dont notre saint est le patron depuis tant de siècles. Aux Polonais de l’intérieur s’unissent certainement les très nombreux émigrés polonais de par le monde entier. La pastorale de la « Polonia » prévoit des célébrations solennelles à Rome et à Assise. Cracovie et l’Église de Cracovie doivent encore une fois répondre aux attentes de tous nos compatriotes, les conduire d’une certaine manière aux racines mêmes de leur histoire, aux fondements de l’identité millénaire qui, rachetée par le sacrifice, témoigne continuellement devant nous. Dans cette identité, St Stanislas occupe une place particulière. Avec ce jubilé, nous voulons aussi commencer le Xe centenaire de sa présence dans l’histoire de l’esprit polonais.

Aussi l’archidiocèse de Cracovie doit-il se rassembler spécialement autour de son patron. Faisons tout pour que cette année ses saintes reliques puissent venir dans chaque paroisse. Ravivons le souvenir de ses actes, de son service pastoral au milieu de nos ancêtres, de sa vie et de son martyre. Entourons d’un grand amour tout l’héritage de notre culture polonaise chrétienne qui porte l’empreinte de St Stanislas. Et surtout, en regardant vers lui, rénovons notre foi en la victoire du bien sur le mal, c’est-à-dire la foi en Jésus-Christ. Étant en effet « le même hier, aujourd’hui et toujours » (He 13,8), il nous donne la certitude morale de cette victoire.

Invitons-le aujourd’hui, en cette fête de Noël, à être avec nous d’une façon spéciale cette année, avec sa Mère qui l’a donné au monde. Prions pour que la grâce de Notre Seigneur Jésus-Christ nous accompagne dans nos efforts pour rénover en nous cette force de l’Esprit qui, il y a neuf siècles, s’est manifestée en St Stanislas, « patron des Polonais. »

Du Vatican, le 30 novembre 1978.

JEAN-PAUL II



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana