Index   Back Top Print

[ FR  - IT ]

MESSAGE DU PAPE JEAN-PAUL II
AUX CAPITULAIRES DE LA CONGRÉGATION DES FRÈRES
DE L'INSTRUCTION CHRÉTIENNE DE PLOËRMEL

 

Au Révérend
Frère Bernard Gaudeul
Supérieur général des Frères de l’Instruction chrétienne

A l’occasion de votre chapitre général, je suis heureux de vous exprimer, ainsi qu’aux capitulaires et à tous les Frères de l’Instruction chrétienne, la grande estime que je porte à votre Institut et à votre vocation de religieux éducateurs.

Des générations de Frères ont su mettre en œuvre le charisme spécifique forgé sous l’inspiration vigoureuse de vos fondateurs, le vénérable Jean-Marie de La Mennais et l’Abbé Gabriel Deshayes. Aujourd’hui, vos assises vous permettent de tracer les orientations nécessaires pour accomplir votre mission en fonction de la situation actuelle.

L’une des grandes richesses de votre condition est d’unir étroitement la vie du religieux avec une activité professionnelle qui s’intègre dans des tâches proprement ecclésiales. Vous ne pouvez séparer de votre consécration personnelle l’exercice compétent de vos fonctions éducatives. C’est là assurément un apport irremplaçable des Frères enseignants dans l’Eglise.

Aujourd’hui, vous êtes souvent appelés à vivre dans un milieu moins homogène que par le passé et, dans plus d’un pays où vous œuvrez, votre témoignage s’adresse à des générations de jeunes qui ne reçoivent que peu de soutien, de la part de leur milieu d’origine, pour accéder à une foi vivante. Cette situation vous demande un effort pédagogique sans cesse renouvelé, afin que le message chrétien et les valeurs humaines et morales fondamentales puissent être présentés de manière convaincante et que les jeunes les accueillent en en vivant dans une société où ils sont parfois obligés de marcher à contre-courant.

Cependant, la première exigence pour vous, c’est d’être d’authentiques consacrés. Dans la vie spirituelle personnelle et dans la vie des communautés fraternelles que vous constituez, vous trouvez, avec la force d’être fidèles à votre vocation, celle d’être des témoins tels que le Christ les a voulus. M’adressant à vous à la veille du triduum pascal, les paroles de Jésus au Cénacle me viennent naturellement à l’esprit: “ A ceci tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples: si vous avez de l’amour les uns pour les autres ”. C’est rappeler d’un mot qu’un service ecclésial n’est authentiquement fondé que sur la communion d’amour des disciples dans le Christ.

Votre vie religieuse communautaire, de même que votre insertion dans les Eglises particulières des pays où vous vivez, sont une source essentielle pour que vous soyez les évangélisateurs dont les jeunes ont besoin. Votre manière de vous donner au Seigneur pour les hommes qu’il aime, par une vie de chasteté, de pauvreté et d’obéissance, compte sans doute autant que les meilleures techniques pédagogiques pour la transmission du message chrétien dont vous avez la charge. En effet, les hommes de notre temps, et particulièrement les jeunes, sont souvent plus sensibles aux témoignages qu’aux enseignements. Que l’on voie en vous, par votre ouverture d’esprit, votre sens de l’accueil et la simplicité de votre vie, des hommes habités par la présence vivifiante du Rédempteur et animés par l’espérance qui ne déçoit pas!

Le charisme de votre Congrégation vous a conduits à fonder de nombreuses écoles. Continuez à donner à ces institutions le meilleur de vous-mêmes pour qu’elles soient de vrais points de repère pour les jeunes et leurs familles. Soyez inventifs pour assurer une animation dynamique des communautés éducatives, afin qu’elles soient perçues comme des lieux privilégiés où l’Eglise remplit sa mission d’éveil à la foi et de témoignage de son immense respect de la personne humaine appelée à grandir sous le regard de Dieu.

Je sais que vous avez le souci de vous mettre de préférence au service des plus pauvres et je m’en réjouis. Grâce à votre disponibilité, soyez accueillants à tous, là où vous êtes. Associez à votre apostolat les maîtres qui collaborent avec vous, vos élèves, leurs familles ou d’autres chrétiens qui partagent votre souci d’éducateurs et d’évangélisateurs.

Chers Frères, dès ses origines, votre Congrégation a pris une part notable à la mission ad gentes. Très jeunes, les Frères partaient se mettre au service de peuples qui commençaient à recevoir la Bonne Nouvelle du Christ. Vous poursuivez aujourd’hui généreusement cette présence missionnaire. La gratitude de l’Eglise est grande à l’égard des religieux, dévoués jusqu’aux limites de leurs forces, qui contribuent ainsi à l’affermissement des jeunes Eglises et au développement de nombreuses nations, grâce à la formation dispensée aux enfants et aux adolescents. J’apprécie vivement le fait que vous ayez répondu à de nouveaux appels, malgré la réduction de vos effectifs.

Un chapitre général est l’occasion non seulement d’adapter, de réviser l’organisation et les modes de vie, mais aussi, et surtout, de reprendre conscience de l’unité profonde d’une vocation, de sa raison d’être, de son insertion dans la mission de l’Eglise telle qu’elle s’exprime en ce temps. Je pense aussi aux Frères les plus âgés, nombreux parmi vous. Il convient de reconnaître leur rôle spécifique, de leur confier des tâches peut-être nouvelles; par la sagesse qui leur vient de leur expérience et de leur vie spirituelle, ils exercent certainement une influence bénéfique sur la vie de toute la Congrégation.

Je sais que la relève vous préoccupe. Ne négligez aucun effort pour rendre les jeunes attentifs aux raisons profondes de se consacrer au service du Seigneur dans la vie religieuse. N’hésitez pas à faire aux jeunes chrétiens, ouverts au service des autres et conscients de la nécessité de vivre effectivement la solidarité entre les hommes d’un pays ou de pays différents, la proposition du genre de vie qui vous rend profondément heureux. Par votre enthousiasme, faites-leur découvrir la joie de se donner totalement au Christ, dans une communauté religieuse, pour mieux partager les dons de Dieu et annoncer le Royaume à venir.

Avec vous, Frère Supérieur général, et avec les Frères capitulants, j’invoque l’Esprit du Seigneur afin qu’il guide vos choix et qu’il assiste ceux que vous chargerez de conduire votre Congrégation. Dans ce temps de célébration du mystère de la mort et de la Résurrection du Christ Sauveur, je vous accorde, ainsi qu’à tous vos Frères, mon affectueuse Bénédiction.

Au Vatican, le 28 mars 1994.

IOANNES PAULUS PP. II



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana