Index   Back Top Print

[ EN  - ES  - FR  - PT ]

Discours à l’Ambassadeur de THAÏLANDE,
S.E.M. Owart SUTHIWART-NARUEPUT
*

9 mars 1984




1. J'ai le grand plaisir de vous souhaiter la bienvenue aujourd'hui comme Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de Thaïlande. Votre présence souligne et renforce encore les excellentes relations qui existent entre le Saint-Siège et le Peuple Thaïs et ses autorités.

Je vous suis particulièrement reconnaissant pour les aimables salutations que vous m'avez transmises de la part de Sa Majesté le Roi King Bhumibol Adulyadej, et je voudrais vous demander d'assurer Sa Majesté de mon sincère respect et de mes meilleurs vœux pour son bien-être et celui de Famille Royale.

2. Vous avez parlé des nobles idéaux de liberté – y compris la liberté religieuse –, de respect mutuel, tolérance et compréhension que la population Thaïs cultive depuis de nombreux siècles et qui constituent une partie du système de vie sociale dans votre patrie. Souligner la richesse de cet héritage c'est montrer une profonde conscience de la valeur de chaque être humain – une conscience étroitement liée aux croyances religieuses de la grande majorité des Thaïs. La foi chrétienne s'y est trouvée parfaitement à l'aise, comme chez soi, et elle cherche par tous moyens a collaborer pour faire de ces idéaux une réalité qui s'étende a des populations de plus en plus nombreuses dans le monde et principalement là où leur absence se fait le plus amèrement ressentir. Est une source de joie intense votre allusion à la collaboration qu'apportent les chrétiens à la société des Thaïs, principalement dans le domaine de la santé et de l'éducation.

3. Monsieur l'Ambassadeur, au moment où commence votre mission de Représentant de votre pays près le Saint-Siège, il est une question que je voudrais mentionner avant toute autre, un sujet qui occupe tout particulièrement la pensée des autorités publiques; le thème de la paix. Il y a de si lourdes, de si sérieuses menaces contre la paix dans notre monde contemporain! Toutefois dans mon Message pour la Journée de la Paix du 1er janvier 1984 j'ai attiré l'attention sur certains signes positifs qui commencent déjà à poindre à travers l'obscurité. Ils comprennent une croissante conscience de «l'indispensable solidarité qui unit peuples et nations dans la solution de la plupart des grands problèmes».

Le rôle de la diplomatie est d'aider à resserrer cette solidarité en présentant clairement et objectivement les positions différentes et en cherchant le moyen de surmonter les obstacles sans recours la violence.

A cet égard j'apprécie le rôle de la Thaïlande qui tout particulièrement en Asie, vise à encourager une vision qui soutient la valeur, de la paix entre nations et du respect de la dignité unique de tout être humain. Je prie le Dieu Tout-Puissant pour qu'il continue a favoriser les autorités de votre pays dans l'exercice de leurs hautes responsabilités.

J'attends avec impatience, ma visite en Thaïlande où j'envisage d'expérimenter même brièvement les richesses de ses cultures et la bonté de son peuple. Je désire sincèrement que ma visite encourage la communauté catholique et qu'elle soit considérée comme expression concrète de mon respect pour les autres traditions religieuses. J'attends également avec impatience d'avoir l'honneur de rencontrer Sa Majesté le Roi et les membres de la Famille Royale ainsi que les autorités politiques et religieuses de votre pays.

Veuille le Dieu Tout-Puissant vous assister, Monsieur l'Ambassadeur, et vous donner beaucoup de joie dans l'accomplissement de votre mission.


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n.19 p.14.

 

© Copyright 1984 - Libreria Editrice Vaticana

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana