Index   Back Top Print

[ ES  - FR ]

Discours à l’Ambassadeur de la République Orientale de l’URUGUAY,
S.E.M. Alejandro ZORRILLA de SAN MARTIN
*

25 octobre 1985 


1. Je vous remercie pour les aimables paroles que vous venez de m'adresser à l'occasion de la présentation des Lettres qui vous accréditent comme Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République Orientale de l'Uruguay près le Saint-Siège.

J'aime à vous souhaiter maintenant très cordialement la bienvenue et même temps à vous assurer de toute ma bienveillance dans l'exercice de la haute mission que votre gouvernement vous a confiée. A ce propos je me rappelle avec la plus vive satisfaction la courtoise visite que m'a faite récemment M. le Président Julio Maria Sanguinetti. Je vous prie de lui transmettre mes meilleurs vœux et souhaits pour la prospérité et le bien spirituel de la chère nation uruguayenne.

2. Vous avez bien voulu faire allusion au bien suprême de la paix et à la contribution du Saint-Siège à l'édification d'un ordre plus juste qui fasse de notre monde un lieu plus fraternel, plus accueillant. En effet, l'Église s'est engagée dans cette noble cause, pour répondre au devoir de fidélité à sa vocation de servir tous les peuples, conformément à la mission d'ordre spirituel qui lui est propre et qui lui permet de mener à bien son ministère au-delà de toutes motivations terrestres et intérêts particuliers. «Le fait est que l'Église n'est liée à aucune forme particulière de culture, ni à aucun système politique, économique spécial, et que, par cette universalisme, elle peut être un lien très étroit entre les différentes communautés humaines et entre les différentes nations, pourvu qu'elles lui fassent confiance et lui reconnaissent en fait une authentique liberté pour l'accomplissement de sa mission» (Gaudium et spes, 42).

Habité par ce sentiment, le Siège Apostolique continuera à soutenir toutes les initiatives ayant pour but de promouvoir le bien commun et, quant à elle, l'Église d'Uruguay ne négligera aucun effort pour accomplir sa mission d'évangélisation, d'assistance et d'éducation.

3. Dans leur action pour la promotion intégrale de l'homme, et se rappelant que «l'éducation de base est le premier objectif d'un plan de développement» (Populorum Progressio 35), les institutions ecclésiales d'enseignement en Uruguay y consacrent d'amples ressources de personnels, de moyens financiers dans le pays et comptent sur la collaboration effective de tous pour pouvoir mener à bien sa louable action en faveur des plus nécessiteux.

Une étape importante atteinte depuis de nombreuses années dans le domaine de la culture est l'Université catholique de l'Uruguay en laquelle ont été placées tant d'espérances. L'Évangélisation de la culture est une tache qui incombe à tous les fils de l'Église, de sorte que la foi soit pleinement incarnée dans la vie des populations. Dans ce cadre, sont dignes d'éloges les initiatives des catholiques destinées à se rendre présents dans le monde de la culture et dans la société à cet égard, il suffit de mentionner entre autres, le rôle joué par le Club Catholique de Montevideo.

Je forme des vœux fervents pour que dans ce nouveau cheminement de vie démocratique, l'action de l'Église se fasse de plus en plus intense avec une vocation renouvelée de service à tous les niveaux, spécialement en faveur des plus pauvres, contribuant ainsi à l'élévation de l'homme uruguayen, à la garde et à la promotion des valeurs suprêmes et, particulièrement, à la défense de la vie, y compris celle qui n'est pas encore née.

Monsieur l'Ambassadeur, avant de conclure cette rencontre, je désire vous exprimer mes meilleurs vœux pour que la mission que vous entreprenez aujourd'hui soit féconde en fruits et résultats. Je voudrais que vous vous rendiez l'interprète auprès de M. le Président, de votre gouvernement, des autorités et du peuple uruguayen des plus déférentes et cordiales salutations du Pape.

Tandis que je vous renouvelle l’assurance de mon estime et de mon soutien, j’invoque pour Votre Excellence, pour votre famille et pour tous les bien aimés fils de l’Uruguay les grâces abondantes et choisies du Très-Haut. 


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n.18 p.8.


© Copyright 1985 - Libreria Editrice Vaticana


© Copyright - Libreria Editrice Vaticana