Index   Back Top Print

[ ES  - FR  - IT  - PT ]

Discours (avant la célébration d’une messe) au
Président de la République Fédérative du BRÉSIL,
S.E.M. José SARNEY*

10 juillet 1986

Monsieur le Président, Bien-aimés Frères et Sœurs dans le Christ,

Aujourd’hui nous nous trouvons une fois de plus ici pour célébrer l’Eucharistie avec le Brésil et pour le Brésil: en ce jour pour Monsieur le Président de la République, représentant de l’unité nationale de ce cher Peuple brésilien, et pour sa digne suite. Cette célébration Eucharistique me rappelle d’autres rencontres récentes avec les Évêques brésiliens et avec le regretté Président Tancredo Neyes – que Dieu le garde dans sa gloire! – et pour qui nous élevons une prière émue. Alors, comme aujourd’hui, nous avons partagé préoccupations et espérances au sujet des problèmes religieux et sociaux et nous avons prié tous ensemble pour le Brésil. L’Eucharistie est une célébration du Salut “pour tout le peuple” dans le Christ mort et ressuscité, une célébration de la bonté de Dieu qui se révèle à nous comme Père et qui a voulu que nous soyons tous frères en son Fils unique, que nous vivions en communion d’amour dans l’Esprit Saint comme famille, ayant tous les mêmes sentiments, et tous soucieux du bien les uns des autres. L’Eucharistie est un temps fort de fraternité dans la charité, dans l’action de grâces, dans la réconciliation et dans une attitude d’offrande; offrande surtout de nous-mêmes, avec nos projets, nos aspirations et nos intentions d’être agréables à Dieu. C’est avec ces dispositions que nous allons Lui adresser nos prières.

Nous allons demander pour tout le Brésil et pour chacun des Brésiliens que la solidarité et l'amour social, vivifiés par la prière, parviennent à résoudre et à prévenir, dans cet immense et cher pays, les situations de misère et les déséquilibres économiques que nul ne soit exclu du développement et des bienfaits du progrès; que, une fois de plus, dans un moment de transformations comme dans les autres situations d'impasse, se conjuguent les bonnes volontés et les efforts pour sauvegarder et augmenter le patrimoine de valeurs spirituelles et morales – la richesse la plus sure et vraie d'un pays immensément riche – et pour répondre aux défis qui se présentent a la grande famille brésilienne.

Naturellement, afin que les suprêmes et inéluctables valeurs gouvernent la vie et la coexistence humaines ouvrant les voies du fructueux dialogue, de la salutaire réconciliation et de l'authentique amour éloignent toutes espèces de manque d'amour, à la fois effets et causes de l'égoïsme, de la haine et de la violence. Seul l'amour construit et nourrit l'humanité, la fraternité et la paix.

Nous implorerons Dieu pour les initiatives et les réformes que ces défis imposent, comme par exemple la réforme agraire, soient réalisées avec courage et justice qu'elles s'accomplissent avec l'accord et la participation de tous, à la lumière du seul humanisme chrétien; et que l'organisation et l'élévation sociales se fassent toujours au service de tout homme et de tout l'homme, avec sa dignité et sa vocation sublimes, tant dans les zones agricoles que dans les zones urbaines et suburbaines.

Nous prierons pour que, par tous moyens, soit cultivé et favorisé le respect de la vie, à tous les moments de son existence et dans toutes ses phases et situations nous allons prier pour que soit protégée la noblesse de la famille avec ses fonctions et droits d'engendrer et d'éduquer une progéniture; prier, également pour la promotion de la justice et pour l'instauration pour tous d'une égale possibilité d'accès au travail.

Nous implorerons Dieu pour que l'Église du Brésil, puisse prêter toujours ses services spécifiques à l'homme, dans un légitime espace de liberté, pouvant disposer de personnes et de moyens pour son œuvre d'évangélisation et de bon accomplissement du mandat missionnaire qui lui a été confie par le Christ; Implorer Dieu pour nous tous ici présents – pour Monsieur le Président, pour sa digne Épouse, pour le groupe des collaborateurs – et pour le Brésil, demandant pour celui-ci tout ce qui rend juste, grande et prospère une nation, digne d'amour jusqu'au sacrifice, avec les bénédictions de Dieu.


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n.29 p.2.

 

© Copyright 1986 - Libreria Editrice Vaticana

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana