Index   Back Top Print


 MESSAGE DU PAPE JEAN XXIII
À LA SESSION SPÉCIALE DE LA FAO*

Jeudi 14 mars 1962

 

Dans le souci d’être fidèle à la doctrine du Christ – et suivant en cela la plus pure tradition de l’Église – Nous avons eu plaisir à encourager, lorsqu’elle s’inaugura en 1960, la Campagne contre la faim, si louablement promue par l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture.

Au moment où va s’ouvrir, dans le cadre de cette vaste campagne, la Semaine mondiale contre la faim, et à l’approche du Congrès mondial alimentaire, Nous tenons à dire combien Nous jugeons opportunes ces nouvelles initiatives et combien Nous souhaitons qu’elles bénéficient d’une collaboration universelle.

Il s’agit en effet d’obtenir la mise en œuvre d’énergies humaines sur une très grande échelle. Dans la pensée de ses auteurs, cette noble entreprise n’a pas seulement pour but – ce qui serait déjà méritoire et digne de respect – d’apporter un soulagement momentané aux insuffisances des peuples en voie de développement. Elle entend surtout provoquer un effort unanime, de la part de tous ceux qui sont en état de le faire, pour enseigner à l’homme le plein usage des dons surabondants que le Créateur a placés au service de l’humanité.

Que d’expressions admiratives dans la Sainte Écriture, devant les merveilles de la création, devant la bonté de Dieu qui en a remis à l’homme le souverain domaine, le « couronnant de gloire et de splendeur et l’établissant sur l’œuvre de ses mains » (Ps. 8, 6).

Cet empire de l’homme sur la nature, évoqué par l’auteur inspiré, il se révèle chaque jour plus étendu. Les moyens modernes d’investigation font entrevoir les trésors encore à peu près inexploités que recèlent les entrailles de la terre et les profondeurs des océans. Il revient à l’homme de mette en œuvre les dons d’intelligence et de volonté qu’il a reçus, pour s’appliquer à faire valoir ces immenses richesses.

Mais c’est aussi dès maintenant le devoir de la société, avec les ressources dont elle dispose, d’apporter une aide concrète à ceux de ses membres qui sont privés du minimum nécessaire à l’épanouissement normal de leur personnalité. L’avertissement de saint Paul aux Galates est toujours valable, et plus que jamais actuel : « Portez les fardeaux les uns des autres, et vous accomplirez ainsi la loi du Christ » (Gal 6, 2).

Étant donné le prodigieux accroissement des facilités de transport et de déplacement dans le monde moderne, on ne peut plus dire que la faim et la malnutrition qui règnent dans certaines régions du globe soient dues uniquement à l’insuffisance des ressources naturelles actuellement disponibles, puisque celles-ci surabondent dans d’autres régions. Ce qui manque, c’est l’effort coordonné d’intelligence et de volonté organisatrices capable d’en assurer une juste répartition. C’est d’autre part, chez les peuples en voie de développement, la suffisante mise en valeur de leurs propres ressources.

Puisse cette Semaine mondiale pour la lutte contre la faim – et bientôt le Congrès mondial alimentaire de Washington – être un appel et un stimulant pour tous les hommes de bonne volonté ! Qu’ils s’ingénient à accélérer les programmes de développement agricole, à hâter – conformément aux conclusions de la récente Conférence de Genève – l’application de la science et de la technique en faveur des régions moins développées. Qu’ils s’emploient, en un mot, à promouvoir partout un meilleur usage et une meilleure répartition des ressources humaines et matérielles. Ils seront sûrs, ce faisant, de s’attirer la louange et la reconnaissance de tous les hommes de bien, et de mériter l’abondance des bénédictions divines. Nous les invoquons de grand cœur, pour Notre part, sur les organisateurs de ces méritantes initiatives, et sur tous ceux – personnes et institutions – qui y participeront ou en bénéficieront.


*AAS 55 (1963) p.344-345.

Discorsi, Messaggi, Colloqui del Santo Padre Giovanni XXIII V, p.153-154.

L’Osservatore Romano 15.3.1963, p.1.

L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française, n°12 p.1.

La Documentation catholique, n°1397 col.423-426.

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana