Index   Back Top Print

[ FR ]

 DISCOURS DU PAPE JEAN XXIII
AU PREMIER MINISTRE DU JAPON,
M. NOBOSUKE KISHI*

Mardi 21 juillet 1959

 

Monsieur le Premier Ministre,

Nous sommes heureux d’accueillir Votre Excellence aujourd’hui dans Notre Demeure et de saluer en sa personne une nation si justement réputée pour le nombre de ses fils, leur intelligence subtile, leurs capacités remarquables dans le domaine de la technique, leur volonté tenace dans la poursuite des objectifs qu’ils se sont fixés. À ces qualités natives du peuple japonais s’ajoutent encore, par une heureuse libéralité du Ciel, la grande distinction de ses manières, son sens de la famille et le respect profond de ses nobles traditions.

Au moment où s’entend encore l’écho joyeux de l’enthousiasme qui a rassemblé dans un élan unanime les fils du Japon à l’occasion du mariage de Son Altesse le Prince Impérial, il Nous plait de rappeler à Votre Excellence que Nous ne demeurâmes pas étranger à cette allégresse d’un peuple qui Nous est cher et que le Prince Héritier fut reçu il y a quelques années, par Sa Sainteté Pie XII de vénérée mémoire.

En tant que Successeur de ce Pape éminent – et Nous savons le prestige si grand d’homme de la paix dont Il jouissait auprès de vos compatriotes – et comme chef spirituel de l’Église catholique dont les fidèles sont répandus dans le monde entier, Nous voulons souligner l’accueil que le christianisme rencontra voici bien longtemps en terre japonaise ainsi que les vestiges séculaires qu’il y laissa. À cette épopée ancienne est lié le nom du saint apôtre de l’Extrême-Orient, François-Xavier. Grâce aux labeurs de ce pionnier de l’Évangile et de ses continuateurs, la semence chrétienne prit dans certaines âmes nippones un enracinement si profond que les prêtres de Jésus-Christ, lorsqu’ils posèrent à nouveau le pied sur le sol japonais voici exactement un siècle, trouvèrent avec émotion un christianisme fidèlement transmis de génération en génération. Mais de nos jours quelle maturité manifestent les œuvres catholiques si pleines de vigueur et de promesses !

Nos fils catholiques du Japon forment aujourd’hui des communautés assez considérable et se font remarquer – comme Nous venons d’en recevoir avec une paternelle satisfaction l’attestation aimable de Votre Excellence – non seulement par leur loyauté et leur fidélité aux institutions nationales, mais encore par l’ardeur déployée à la cause de l’enseignement, par la vitalité de leurs initiatives sociales et charitables, par la générosité enfin de leur réalisations médicales et hospitalières. Toute cette action est la mise en pratique des leçons puisées dans l’Évangile et en même temps le fruit du désir ardent que nourrissent les catholiques japonais de contribuer à la prospérité toujours plus grande de leur patrie et de se compter par le dévouement parmi les premiers de ses enfants.

Nous voulons donc, Monsieur le Premier Ministre, que vous emportiez de cette visite qui Nous fut si agréable les vœux fervents que Nous formons de tout cœur pour Sa Majesté l’Empereur Hirohito, et la Famille Impériale, pour votre personne et pour le noble peuple japonais, sur lequel Nous appelons volontiers l’abondance des divines bénédictions.


*AAS 51 (1959), p.584-585.

Discorsi, Messaggi, Colloqui del Santo Padre Giovanni XXIII, vol. I, p.409-410.

L’Osservatore Romano 22.7.1959, p.1.

L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française, n°31 p.1.



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana