Index   Back Top Print

[ EN  - FR ]

SYNODUS EPISCOPORUM

ADDRESS OF PAUL VI
TO THE EPISCOPAL CONFERENCES OF AFRICA

11 - 25 October 1967

 

I

Beloved Son and Venerable Brothers,

The hierarchies of the English-speaking nations of Africa have chosen you to represent them in the present Synod, and We open Our heart in welcome to you, to them, and to all the noble peoples of that Continent so dear to Our grateful memories. Most cordially do We thank you for absenting yourselves once again from your immediate fields of apostolate, in order to collaborate with Us in the application and fulfilment of the wise decisions of the recent Council.

We follow with paternal concern the developments taking place in your countries, and We pray earnestly for the speedy return of peace, where there are hostilities, and for the constant progress, in brotherhood and harmony, of your peoples.

Raising Our earnest petition to God, through the intercession of Our Blessed Lady, We lovingly impart to you, Beloved Son and Venerable Brothers, to the zealous priests and religious who assist you, and to the beloved faithful people to whom you minister, in pledge of richest abiding divine graces, Our affectionate Apostolic Blessing.

II

Très chers Frères dans l’Episcopat,

Notre joie est grande de vous accueillir aujourd’hui comme représentants des Conférences épiscopales d’Afrique du Nord, d’Afrique Occidentale et de Magadascar, délégués au Synode pour y faire entendre la voix des Eglises de votre continent.

Vous savez Notre ardent désir de voir vos chrétientés prendre toute leur place dans l’Eglise pour y apporter la ferveur de leurs aspirations religieuses et la richesse originale de leurs cultures, contribuant ainsi à lui façonner un visage qui la fasse reconnaître comme la Mère de tous les peuples du monde.

Votre présence ici, dans laquelle Nous distinguons et saluons avec satisfaction celle de deux membres africains du Sacré Collège, marque une nouvelle étape, après celle du Concile, de l’entrée de l’Afrique et de Madagascar sur la scène de l’Eglise. Elle Nous permet de vous associer plus étroitement à Nos préoccupations de Pasteur de l’Eglise universelle et de recourir à vos sages conseils de pasteurs - de jeunes comme de plus anciennes chrétientés - pour répondre aux besoins spirituels du monde actuel.

Nous aimons à souligner aussi la satisfaction que Nous éprouvons à recueillir les échos de vos efforts pour donner à la collégialité épiscopale, si clairement définie par le Concile, une expression concrète dans la constitution et la réalité vivante de vos conférences nationales et interterritoriales.

Dans cette période de l’histoire où vos pays, récemment promus à la souveraineté nationale, doivent trouver l’équilibre entre une légitime affirmation de leur personnalité et une nécessaire solidarité internationale, Nous ne pouvons que vous encourager à leur donner, dans le domaine spirituel et pastoral où s’exercent vos responsabilités d’Evêques, un témoignage d’unité et de collaboration fraternelle. Ce sont les assises indispensables du bien commun de vos diocèses comme des nations auxquelles vous appartenez. S’il est dans Nos vœux les plus pressants celui de voir vos régions sortir, par le concours de tous les peuples, des conditions précaires qu’elles connaissent dans bien des domaines, Nous pensons qu’il revient à vos pays de donner l’exemple et l’impulsion de l’effort d’entraide communautaire que leur voisinage et la limite de leurs propres moyens leur imposent. Aussi Nous réjouissons-Nous de vous savoir soucieux d’organiser et d’animer au sein de vos conférences épiscopales, cette solidarité et cette fraternité, sur lesquelles reposent le mieux-être et la paix de vos pays, cette paix que Nous souhaitons tant voir sauvegardée sur votre continent.

En associant à Nos vœux et à Nos encouragements tous les membres de vos conférences épiscopales, Nous vous accordons, chers Evêques d’Afrique et de Madagascar, ainsi qu’à vos prêtres, religieux et religieuses, catéchistes et membres des groupements d’apostolat, à tous vos fidèles enfin, en gage de Notre particulière bienveillance, une large Bénédiction Apostolique.

III

Vénérables Frères,

Nous sommes toujours heureux d’acueillir ici les Evêques d’Afrique et de les assurer du soin attentif avec lequel Nous suivons leurs efforts pour faire progresser le Royaume de Dieu dans cet immense continent.

Nous ne connaissons pas personnellement les Pays que vous représentez ici ce soir, mais Nous avons une idée des difficultés auxquelles vous devez faire face. Certaines, Nous voulons l’espérer, sont passagères: ce sont celles qui découlent de situations politiques non encore entièrement stabilisées. D’autres ne laissent espérer de solution qu’à une plus lointaine échéance: ce sont celles que doivent affronter tous les Pays en voie de développement. Les répercussions du plan matériel au plan spirituel sont évidentes en ce domaine, et vous êtes, mieux que quiconque, à même de les constater.

Si, comme Nous le désirons ardemment, l’appel que Nous lancions dans Notre encyclique sur le développement est entendu, ce. Nous est une joie de penser que les populations de vos Pays en ressentiront le bienfait.

C’en est une autre de savoir que vos chrétientés conservent et développent chaque jour un trésor mille fois plus précieux que toutes les richesses matérielles: celui de la foi. Quelques évêques africains ont fait remarquer, au Synode, que leurs peuples étaient encore jusqu’ici, grâce à Dieu, à l’abri des incertitudes doctrinales ou des déviations observées çà et là dans certains pays d’ancienne chrétienté, mais qu’il n’en fallait pas moins être en garde contre leur possible influence. Cette observation Nous paraît juste, et Nous formons des vœux devant Dieu pour que tous, Evêques, clergé, religieuses, laïcs d’action catholique et peuple fidèle aient avant tout à cœur d’approfondir et de répandre la foi.

On le disait ces jours-ci: «La voix de l’Afrique s’est fait largement entendre au Synode». (La Croix - mercredi 11 octobre 1967). De tout cœur Nous Nous en réjouissons, convaincu que cette prise en charge mutuelle des problèmes de toutes les églises sera fructueuse pour l’Eglise tout entière.

Que le Seigneur, vénérables et très chers frères, guide vos pas sur les chemins de la foi, de l’espérance et de la charité. Et que, par l’action conjuguée de vos prêtres et de vos fidèles, une nouvelle page de la vie de l’Eglise missionnaire s’écrive en lettres d’amour au livre de vie.

En appelant sur votre apostolat l’abondance des divines grâces, Nous vous donnons Notre paternelle et affectueuse Bénédiction Apostolique.

                                                          



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana