Index   Back Top Print

[ ES  - FR ]

DISCOURS DU PAPE PAUL VI
À SA MAJESTÉ LE ROI OLAV V,
SOUVERAIN DE LA NORVÈGE*

Vendredi 28 avril 1967

 

Près avoir accueilli naguère ici-même les Souverains de Danemark et - tout récemment - Sa Majesté le Roi de Suède, c’est une joie pour Nous de voir se resserrer encore les liens du Saint-Siège avec les Pays Scandinaves en recevant aujourd’hui la visite de Votre Majesté.

Il Nous semble voir se rompre un long silence, et se renouer le fil d’anciennes et fécondes relations avec ces Pays Nordiques qui, géographiquement éloignés de ce Siège Apostolique, n’ont pourtant jamais été absents de ses sollicitudes.

C’est de Rome en effet - l’histoire l’atteste - que le message chrétien a été porté jusqu’à l’extrême nord de l’Europe. Et pourrions-Nous oublier que votre Patrie a donné alors à l'Eglise, entre autres saints, celui dont Votre Majesté porte le nom glorieux et qui la précéda sur le trône: le Roi Saint Olav?

Nous ne saurions davantage passer sous silence qu’un de Nos prédécesseurs, qui repose aujourd’hui dans les Grottes de la Basilique Vaticane, l’anglais Nicolas Breakspear, avant d’être élevé à la tiare sous le nom d’Hadrien IV, fut chargé par Rome de l’organisation religieuse de la Norvège: envoyé comme Légat dans votre Pays en 1152, il y fondait l’archidiocèse de Nidaros (l’actuel Trondheim) avec dix évêchés suffragants.

Si la période de séparation qui s’ouvrit avec le 16ème le siècle fut sans doute un malheur pour la chrétienté tout entière, Nous aimons du moins à saluer, dans le renouveau œcuménique actuel, les signes annonciateurs de temps meilleurs.

L’Eglise catholique, Votre Majesté ne l’ignore pas, est entrée à son tour, en ces dernières années, dans le dialogue œcuménique avec les autres confessions chrétiennes, et elle espère contribuer ainsi efficacement à faire progresser la grande cause de l’union des chrétiens. On peut penser que ce climat nouveau aidera à surmonter les situations historiques dépassées et les idées préconçues, de part et d’autre, et qu’il favorisera le rapprochement des âmes et, par une heureuse conséquence, la cordialité des relations entre le Saint-Siège et les Pays nordiques.

La venue du Souverain de la Norvège au Vatican Nous apparaît vraiment, dans ce contexte, comme l’un de ces «signes des temps» que découvrait avec tant de perspicacité Notre prédécesseur immédiat le Pape Jean XXIII, dont l’inoubliable figure, Nous le savons, inspira respect et sympathie en Norvège comme dans le reste du monde. Que Votre Majesté Nous permette de lui dire que sa démarche de ce jour Nous touche profondément. Elle Nous atteste l’intérêt que Votre Majesté porte à l’Eglise catholique et Nous est une garantie de sa bienveillance pour ceux de Nos fils qui vivent et travaillent sur le territoire du Royaume.

Peu étendue par le nombré, la petite communauté des catholiques norvégiens compte, Nous croyons pouvoir le dire, des personnalités qui font honneur à leur Patrie par leur valeur intellectuelle, par l’élévation de leurs sentiments religieux et moraux. Nous ajouterons même que les œuvres de certaines d’entre elles - Votre Majesté Nous permettra de mentionner ici la grande romancière Sigrid Undset - ont franchi depuis longtemps les frontières du Pays, pour atteindre à la célébrité mondiale et venir enrichir le patrimoine culturel de l’humanité.

Nous pouvons assurer Votre Majesté que les catholiques de Norvège ne désirent rien tant que de se montrer de bons fils de leur Patrie en même temps que de l’Eglise. Ils bénéficient, Nous le savons, de la plus grande liberté dans la profession de leur foi et l’exercice de leurs activités, et Nous avons plaisir à le reconnaître en présence de Votre Majesté. Ce Nous est un motif de plus pour envisager avec un confiant optimisme les relations de ce Siège Apostolique avec la Norvège.

Tels sont les sentiments qui Nous animent, tandis que Nous souhaitons à Votre Majesté la plus cordiale bienvenue dans Notre demeure, invoquant de tout cœur sur sa Personne, sur la Famille Royale et sur tout le noble peuple norvégien, l’abondance des bénédictions du Dieu Tout-Puissant.

    


*AAS 569 (1967), p.431-432.

Insegnamenti di Paolo VI, vol. V, p.194-196.

L’Attività della Santa Sede 1967, p.348-349.

L'Osservatore Romano, 29.4.1967, p.1.

L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n. 18 p.1.

La Documentation catholique, n.1497 col.1176-1177.

                                                   



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana