Index   Back Top Print

[ FR ]

DISCOURS DU PAPE PAUL VI
À L’OCCASION DU XXV CHAPITRE GÉNÉRAL
DE LA SOCIÉTÉ DES MISSIONNAIRES D’AFRIQUE

Jeudi 22 juin 1967

 

Vénérables frères et chers fils,

C’est pour Nous une grande joie de vous accueillir ce matin, à l’occasion de votre vingtième chapitre général, chapitre d’affaires et d’élections, et en même temps chapitre spécial prévu par «Ecclesiae Sanctae», ce qui en dit tout aussitôt l’importance.

Nous sommes heureux de saluer tout d’abord votre nouveau supérieur général qui vient de se faire votre interprète autorisé devant Nous, ainsi que les membres nouvellement élus du conseil, dignes continuateurs du bon travail opéré par le Père Volker et ses assistants. Et il Nous est agréable de distinguer dans vos rangs trois membres du collège épiscopal, qui portent plus particulièrement la charge de l’Eglise au Burundi, au Mali, et en Zambie. A vous tous, vénérables frères et chers fils, et à tous ceux dont vous êtes les mandataires, Nos souhaits cordiaux et Nos meilleurs encouragements.

Chaque fois que Nous en avons la possibilité, Nous aimons recevoir les groupes de Pères Blancs qui partent pour l’Afrique, pour leur dire toute Notre affection et Notre prière pour leur apostolat. Aujourd’hui, en vos personnes, c’est à toute votre Société que Nous Nous adressons, pour vous remercier de votre travail d’Eglise, vous féliciter de votre apostolat généreux, et vous inciter à travailler avec ardeur au service de ceux auxquels vous apportez l’Evangile.

Beaucoup de choses certes ont changé dans le monde depuis que, voici un siècle, la Société des Missionnaires d’Afrique était fondée par le zélé cardinal Lavigerie, dont vous avez reçu, comme un précieux héritage, cette double et aimante fidélité dont vous êtes légitimement fiers: l’Afrique et le Pape. Ce patrimoine demeure toujours solide chez vous, au milieu des changements, et Nous vous en félicitons, en vous appelant à le faire fructifier toujours davantage.

Quel honneur incomparable pour vous que ces générations chrétiennes, ardentes et ferventes, jaillies de la vivante Afrique, et dont le plus beau fleuron est constitué par les prêtres, les évêques, le cardinal, qui en sont issus! Oui, le Seigneur a béni l’œuvre du cardinal Lavigerie, et c’est vous qu’il appelle aujourd’hui à la faire fructifier au sein de la mutation sans précédent qui ébranle l’Afrique, tout comme le reste du monde.

Vénérables frères et chers fils, Nous savons que le souci de votre chapitre est d’adapter votre vie et votre apostolat aux exigences actuelles, telles qu’elles ont été mises en lumière par le Concile œcuménique et Notre récente Encyclique sur le développement des peuples. Nous Nous en réjouissons et vous en félicitons de tout cœur. Que le Seigneur vous guide dans ce travail de renouveau, aussi délicat que nécessaire, qu’Il vous inspire les mesures à prendre et les moyens à adapter pour qu’à travers votre vie et vos paroles brillent toujours davantage la lumière de l’Evangile et la grâce du Christ qui, à tous, adresse son message d’amour et de paix.

Votre très digne interprète s’est porté garant des dispositions filiales et généreuses qui vous animent dans cet «aggiornamento». C’est pour Nous, soyez-en sûr, un réconfort dans Notre labeur apostolique, de pouvoir compter sur le dévouement total d’apôtres entièrement donnés, comme vous l’êtes à la grande cause de l’évangélisation, et résolus à ne rien épargner pour rendre leurs méthodes d’apostolat toujours plus efficaces.

Votre supérieur général a tenu à rappeler aussi, en termes très délicats, les témoignages d’estime que Nous avons voulu donner à votre Famille religieuse. S’il Nous a été particulièrement agréable de faire entrer l’un des vôtres dans le Sacré Collège, Nous avons pensé aussi faire œuvre bien utile en offrant à Rome une résidence appropriée à l’Institut d’Etudes Arabes, dont Nous attendons de si heureux fruits pour le dialogue de l’Eglise avec le monde musulman.

Que Notre-Dame d’Afrique, que les saints martyrs de l’Ouganda dont vous avez évoqué la récente canonisation, intercèdent pour vous, et qu’ils vous aident dans votre dur labeur au sein du continent africain! Certes les difficultés, les incompréhensions et les échecs ne manqueront jamais sur un chemin marqué, depuis les origines, du signe de la croix. Mais l’apôtre sait que le Christ ressuscité, «Lumière des Nations», appelle tous les peuples à s’épanouir en plénitude, «à participer en fils à la vie du Dieu vivant, Père de tous les hommes» (Populorum progressio, par. 21), et il est fier et heureux d’apporter sa pierre à la construction de ce grand édifice.

De grand cœur, sur tous les membres de votre Congrégation et sur leur apostolat, Nous appelons l’abondance des divines grâces, en gage desquelles Nous vous accordons une large Bénédiction Apostolique.

                                       



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana