Index   Back Top Print

[ FR ]

MESSAGE DU PAPE PAUL VI
AUX PARTICIPANTS À LA CONFÉRENCE D’ETUDES
SUR L’ENCYCLIQUE «PACEM IN TERRIS»

Dimanche 28 mai 1967

 

Nous sommes heureux d’apprendre que pour la seconde fois d’illustres représentants de plusieurs nations, soucieux de travailler à la grande cause de la paix du monde, se trouvent réunis en une assemblée dont le nom et le programme sont empruntés à l’Encyclique de Notre inoubliable prédécesseur Jean XXIII: Pacem in terris.

Nous sommes profondément sensible à l’hommage qui est rendu ainsi à l’action de la papauté en faveur de la paix. Et pour mieux manifester Nos encouragements aux travaux de votre Conférence, Nous avons voulu vous adresser ce message et vous le faire porter par un membre du Sacré Collège, le Cardinal Charles Journet.

L’appel du pape Jean XXIII, qui avait trouvé un si profond écho dans le monde entier, est aujourd’hui plus actuel que jamais. Nous l’avons Nous-même recueilli comme un des éléments les plus précieux de son héritage et n’avons cessé d’inviter les peuples à l’union et d’en indiquer les voies.

Le premier objectif auquel il faut tendre, et auquel vous allez travailler, c’est la recherche des moyens d’empêcher qu’un conflit local ne dégénère en une nouvelle guerre mondiale. Mais cela ne saurait suffire. Il faut encore - dans la justice et dans la liberté - construire la paix, c’est-à-dire mettre en place les éléments positifs d’une harmonieuse entente entre les différents groupes humains, notamment entre ceux qui ont atteint un haut degré de développement et ceux qu’afflige encore la plaie du sous-développement avec son affreux cortège de misères, de maladies et de famine.

C’est tout le thème de Notre Encyclique Populorum progressio sur le développement des peuples, «nouveau nom de la paix», comme on l’a dit dans une très heureuse formule, que Nous avons faite Nôtre, et que Nous livrons à vos réflexions.

Nous avons plusieurs fois suggéré une mesure concrète, qui serait de nature à faire progresser cette grande cause où l’humanité entière est si directement concernée: ce serait la constitution d’un fonds mondial, prélevé sur les dépenses militaires des Etats, pour l’aide aux pays en voie de développement. Nous sommes heureux de saisir l’occasion que Nous offre une réunion de personnes aussi hautement qualifiées que vous l’êtes, pour renouveler cette initiative, qui ne Nous est dictée que par le souci désintéressé de contribuer efficacement à l’établissement d’une véritable et durable paix entre les hommes.

Dieu veuille regarder avec bienveillance et faire fructifier les efforts généreux de tous ceux qui se dévouent, comme vous le faites, à cette grande cause! Nous le lui demandons de tout cœur en invoquant sur vos personnes et sur vos travaux l’abondance de ses bénédictions.

 

PAULUS PP. VI

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana