Index   Back Top Print

[ FR ]

DISCOURS DU PAPE PAUL VI
AUX PARTICIPANTS AU IV CONGRÈS EUROPÉEN
DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE

Samedi 7 septembre 1968

 

Monsieur le Président, Messieurs,

Ce n’est pas sans émotion que Nous accueillons ce matin votre cortège impressionnant de savants, si hautement spécialisés dans la microscopie électronique et venus ici à Rome pour leur 4ème Congrès européen. Bien volontiers Nous vous exprimons Nos salutations déférentes, Notre profonde estime et Nos vœux ardents pour la réussite de vos travaux.

N’est-ce pas avec succès, en effet, que certains d’entre vous ont déjà mis au point des instruments leur permettant, grâce à l’application de l’électronique, une investigation extrêmement poussée de ce que Pascal appelait l’infiniment petit? Vous pénétrez toujours plus profond au cœur de la matière et de son mouvement, au niveau de la cellule, des molécules, de l’atome. C’est un progrès considérable de la physique, à inscrire à l’honneur des hommes de ce temps. Vous remplissez là, à n’en pas douter, une des vocations les plus nobles que le Créateur a confié à l’humanité: celle de déchiffrer les secrets de la nature. Nous souhaitons que ce laborieux travail, qui met sous les yeux la prodigieuse complexité et le dynamisme étonnant de la matière organique, aide les esprits à déceler, sur le plan des causes métaphysiques, une finalité supérieure et incite les cœurs à vénérer le Tout-Puissant dont nous découvrons toujours mieux les signes de sa magnificence.

Mais votre but n’est pas seulement ni d’abord une connaissance contemplative: il est de découvrir le fonctionnement des organismes vivants, afin de remédier, au besoin, à sa carence. C’est même dans ce service de la vie humaine que vous trouvez sans doute le meilleur stimulant. Vous avez déjà beaucoup fait pour saisir, dans les mécanismes les plus intimes des tissus musculaires, nerveux, glandulaires, les entraves qu’engendrent malheureusement les éléments infectieux. Vos contemporains, vous le savez, ont les yeux fixés sur vous, dans l’espoir que vous contribuerez à écarter d’eux le spectre de maladies redoutables. L’Eglise, qui n’a point compétence en ce domaine technique, vous apporte du moins ses félicitations et ses encouragements. Car elle défend le caractère sacré de la vie humaine; elle proclame le prix de la personne, dont le corps est assumé par l’esprit et appelé à être transfiguré radicalement dans la vie éternelle. Elle essaie aussi, tout au long de son histoire, d’entourer les hommes mortels d’une sollicitude très concrète, en écho à l’amour paternel de Dieu, dont le Christ s’est fait pour nous le médiateur, plein de puissance et de bonté. C’est en effet en enlevant nos infirmités, en guérissant nos maladies (cfr. Matth. 8, 17) que Notre Seigneur a donné les signes d’un salut plus profond encore, qui dépasse les possibilités des créatures, Puissiez-vous être, vous aussi, le coopérateurs actifs de cette œuvre d’amour.

Il Nous plaît enfin de relever l’esprit de collaboration qui anime votre milieu scientifique. Le récent Concile avait noté, à l’actif de la culture moderne, «la nécessité de travailler en équipe dans des groupes spécialisés, le sens de la solidarité internationale, la conscience de plus en plus nette de la responsabilité que les savants ont d’aider et même de protéger les hommes» (Gaudium et Spes, n. 57, § 6). Nous voulons voir là le gage d’une coopération pacifique de plus en plus serrée entre les divers membres de tous les Pays de la communauté humaine. Les dernières tentatives médicales ont fourni là-dessus des témoignages encourageants. Et Nous vous félicitons de l’organisation de ce Congrès, qui permet à des centaines de spécialistes de se rencontrer, de s’écouter les uns les autres et de mettre ainsi à la disposition de leurs collègues les fruits de leurs patientes recherches.

A vous, dévoués organisateurs, à vous tous, hommes de science qui participez à cette réunion et à vos multiples collaborateurs, Nous souhaitons le meilleur succès et Nous implorons sur vous, comme sur chacune de vos familles, les Bénédictions du Tout-Puissant.

        



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana