Index   Back Top Print

[ EN  - ES  - FR ]

DISCOURS DU PAPE PAUL VI
AU PREMIER AMBASSADEUR DE LA RÉPUBLIQUE DU DAHOMEY
PRÈS LE SAINT-SIÈGE*

Vendredi 10 décembre 1971

 

Monsieur l’Ambassadeur,

Nous remercions vivement Votre Excellence des vœux délicats qu’elle vient de formuler a notre intention comme aussi à celle de l’Eglise catholique.

Avec joie Nous saisissons l’occasion de cette rencontre officielle avec le premier Ambassadeur de la République du Dahomey près le Saint-Siège, pour exprimer, à ce noble pays et à ses dirigeants, les sentiments d’estime et de bienveillance qui Nous animent, ainsi que les souhaits ardents que Nous formons pour eux dans la prière.

Les populations du Dahomey recèlent des talents de qualité, comme en témoigne toute une élite intellectuelle qui s’est acquis un renom par delà les frontières. Vos compatriotes ont su assimiler les richesses des civilisations qui ont contribué à forger leur destin original. Nous nous en réjouissons et Nous voulons y voir le gage de la place honorable qui revient à votre peuple dans le concert des nations, et notamment en cette région de l’Afrique qui Nous est chère.

Dans l’Eglise catholique elle-même, les communautés chrétiennes du Dahomey, avec leurs Pasteurs, manifestent également une vitalité bénéfique qui est à l’honneur de votre pays. Votre Excellence a eu l’obligeance d’évoquer justement l’œuvre méritante des premiers missionnaires, l’enracinement rapide de la foi, et sa remarquable fécondité, en particulier la floraison des vocations autochtones. Et lorsque Nous avons doté notre Congrégation pour l’évangélisation des peuples d’un collaborateur africain au titre de Secrétaire- Adjoint, c’est sur un fils du Dahomey que notre choix s’est arrêté, en la personne de notre Frère très cher, Monseigneur Bernardin Gantin.

C’est vous dire les vœux sincères que Nous inspire notre affection pour le peuple que vous représentez désormais auprès de ce Siège Apostolique. Comment ne pas souhaiter d’abord que la communauté catholique du Dahomey continue de s’épanouir, dans des relations fraternelles avec l’ensemble de la population? Elle ne demande que la faculté et les moyens de mettre au service de tous sa collaboration spécifique, notamment dans ses écoles, avec une attention privilégiée pour les faibles et les pauvres, la recherche de la paix, le souci de la justice, l’esprit de charité, le sens des valeurs spirituelles qui trouvent dans la foi chrétienne une intime raison d’être et un stimulant efficient. Nous le savons bien tous, en effet, sans de telles valeurs spirituelles, d’ailleurs familières à l’âme africaine, une civilisation serait construite sur le sable et réserverait des lendemains de désenchantement.

Un programme immense et exaltant s’offre donc à votre pays: la promotion économique, culturelle, sociale et religieuse à tous les niveaux de la société, dans un climat de liberté et de paix. Nous prions le Seigneur de permettre à votre peuple et à ses responsables de la mener à bien, avec le concours de toutes les bonnes volontés. Nombreux, disions-Nous, sont les fils du Dahomey qui, par leurs études et leur ingéniosité, ont déjà acquis de solides compétences humaines. Puissent-ils, mus par le souci du bien commun et l’amour de leur patrie, unir leurs forces vives pour les mettre au service de tous les hommes de leur pays! En même temps s’y adjoindra - Nous l’espérons - l’aide loyale de ceux qui, de par le monde, ont compris la nécessité de la solidarité universelle dans ce développement, qui est le nouveau nom de la paix (Populorum progressio, 76).

Dans ces sentiments Nous formons les meilleurs vœux pour la haute mission que Votre Excellence inaugure aujourd’hui en Nous remettant ses Lettres de créance. Par delà votre personne, Nous adressons nos respectueuses salutations à ceux qui ont la charge du bien commun de votre noble pays, et d’abord à Son Excellence Monsieur le Président Hubert Maga, comme à ceux qui collaborent avec lui dans le Gouvernement de la République. De grand cœur, Nous implorons sur eux, comme sur toutes les populations du Dahomey, et d’abord sur vous-même, Monsieur l’ambassadeur, les Bénédictions abondantes du Tout-Puissant.


*AAS 64 (1971), p.21-22.

Insegnamenti di Paolo VI, vol. IX, p.1083-1084.

L’Attività della Santa Sede 1971, p.489-491.

L'Osservatore Romano 11.12.1971 p.1.

L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française, n.51 p.12.

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana