Index   Back Top Print

[ EN  - ES  - FR ]

Discours à l’Ambassadeur du HONDURAS,
S.E.M. Carlos López Contreras*

Lundi 22 novembre 1971

 

Monsieur l’Ambassadeur,

Nous avons prêté grande attention aux déférentes paroles par lesquelles vous avez voulu accompagner la présentation des Lettres qui vous accréditent comme Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire du Honduras auprès du Saint-Siège.

Nous vous sommes très reconnaissant de ces expressions de dévotion envers l’Eglise et envers le Siège Apostolique: nous les accueillons comme le témoignage des sentiments chrétiens des fils bien aimés de votre noble Pays que Nous portons dans notre cœur avec une affection de Père et de Pasteur.

Vous avez fait référence à la paix mondiale, au progrès et à l’entente entre les hommes. Comme Votre Excellence a eu la bonté de le signaler, ces sujets par ailleurs si unis entre eux, sont pour l’Eglise l’objet d’une attention toute particulière. Nos prédécesseurs et Nous-mêmes l’avons encouragée par de nombreux documents et des efforts renouvelés. Les crises douloureuses qui affligent aujourd’hui l’humanité, tant sur le plan personnel que national et international; la complexité des problèmes et l’amplitude de leurs implications, parmi lesquelles celles qui relèvent de la morale; l’urgence de solutions efficaces et totales, trouvent une répercussion chaque jour plus intense et un sentiment dynamique de fraternelle coresponsabilité dans l’Eglise.

Celle-ci, fidèle au message divin dont elle est porteuse, et solidaire du sort de l’humanité au sein de l’histoire, désire servir d’une manière désintéressée les hommes en projetant la lumière de la Parole Divine sur les problèmes et en exhortant tout un chacun à une action solidaire dans la recherche et la mise en place des solutions. De cette façon, l’Eglise aide à pénétrer au plus profond des événements, dans toutes leurs dimensions, de manière que la paix, le progrès et l’entente ne se réduisent pas à de simples aspects externes mais surgissent puissamment d’une transformation continuelle des cœurs, d’un changement total de l’homme même: celui-ci, en tant qu’individu et en tant que communauté, doit être le sujet actif et l’artisan d’un avenir qui réponde aux aspirations intimes de l’humanité; un avenir où tous, et en particulier les oubliés, les marginaux, les pauvres, puissent développer pleinement leur condition de citoyens du monde et de fils de Dieu.

Nous connaissons bien l’engagement de l’Eglise du Honduras, où, sous la conduite sage des Pasteurs, les Prêtres, les Religieux et les fidèles, développent un travail plein d’abnégation, dans la ligne que nous avons indiquée. Nous disons cela avec joie, au vu de tout ce qui a déjà été fait et nous avons confiance que cet engagement sera chaque jour plus enthousiaste et plus décisif. Ce travail de promotion spirituelle, morale, éducative et sociale est le plus grand service que l’Eglise puisse rendre à tout le Peuple du Honduras.

Avec infiniment de gratitude nous faisons écho aux déférentes salutations que vous nous avez transmises au nom de Son Excellence Monsieur le Président de la République, ainsi qu’aux dévoués sentiments personnels de Votre Excellence.

En vous exprimant nos meilleurs vœux, Nous vous assurons, Monsieur l’Ambassadeur, de notre bienveillance pour l’heureux accomplissement de votre haute mission, et Nous étendons sur vous et sur les Autorités de votre Pays, ainsi que sur tous les fils bien-aimés du Honduras, notre Bénédiction Apostolique.


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française, n.49 p.11.

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana