Index   Back Top Print

[ EN  - ES  - FR ]

DISCOURS DU PAPE PAUL VI
AU NOUVEL AMBASSADEUR DE LA THAÏLANDE
PRÈS LE SAINT-SIÈGE*

Jeudi 14 décembre 1972

 

Monsieur l’Ambassadeur,

Nous sommes heureux de vous accueillir. Oui, c’est pour Nous une joie de saluer en votre personne le peuple thaïlandais si cher à notre cœur, en même temps que le représentant hautement qualifié de Sa Majesté le Roi Bhumibol Adulyadej. L’aimable adresse de Votre Excellence, dont Nous avons apprécié la teneur, ainsi que les vœux de votre vénéré souverain, se chargent par là d’une signification toute particulière. Nous tenons à vous le dire, en vous offrant nos vifs remerciements.

Dans le concert des nations asiatiques, Nous connaissons la place spécifique de votre pays au passé prestigieux, aux traditions multiséculaires et à la culture admirable. A côté de ses ressources et de sa potentialité économiques, appelées à concourir de plus en plus au bien-être des populations, grâce à un essor harmonieux accompli dans la justice et le partage équitable du profit, ce pays possède en effet une richesse humaine et spirituelle, une grande civilisation. Nous en voyons pour preuve, entre autres, l’esprit de tolérance auquel vous faisiez allusion: n’est-ce pas une étape capitale de la construction de la paix dans un continent tourmenté? C’est aussi la marque d’hommes réalistes, de trouver un bienfait dans les contacts loyaux avec leurs frères du monde.

C’est encore la perspective de l’Eglise catholique, lorsqu’elle multiplie les dialogues avec toutes les philosophies, les courants de pensée et surtout ceux qui témoignent de préoccupations d’ordre transcendant. Vous voyez ici comme une explication de l’attitude de ses membres, soucieux de collaborer spécialement, par-delà leur contribution, à l’effort social et éducatif entrepris pour le meilleur développement de la Thaïlande, à la promotion du respect et de l’estime mutuels de ses habitants, et à l’affirmation commune des valeurs les plus élevées. Tels sont, vous ne l’ignorez pas, le désir et la ligne de conduite du clergé et des fidèles catholiques.

Au moment où débute ainsi, sous des auspices très favorables, votre importante mission, vous Nous savez personnellement tout acquis à la faciliter selon nos moyens, pour continuer à faire de l’amitié et de l’entente cordiale, le fondement des relations entre le Saint-Siège et votre noble pays. Sur lui et sur vous-même, Monsieur l’ambassadeur, Nous invoquons de grand cœur l’abondance des bénédictions du Tout-Puissant.


*AAS 64 (1972), p.782-783;

Insegnamenti di Paolo VI, vol. X, p.1277-1278;

L’Attività della Santa Sede 1972, p.448-449;

OR 15.12.1972, p.1;

ORf n.51 p.1.

                     



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana