Index   Back Top Print

[ EN  - ES  - FR ]

DISCOURS DU PAPE PAUL VI
À L’AMBASSADEUR D’ALGÉRIE
PRÈS LE SAINT-SIÈGE
*

Lundi 10 juillet 1972

 

Monsieur l’Ambassadeur,

Nous remercions Votre Excellence des aimables paroles qu’elle vient de nous adresser: comment ne serions-Nous pas sensible à l’hommage que vous rendez à la collaboration de l’Eglise catholique, comme à votre souhait d’un dialogue toujours plus fructueux, en faveur du bien-être de votre noble pays et de la paix internationale?

Nous agréons également avec plaisir les sentiments cordiaux de Son Excellence Monsieur le Président Houari Boumedienne, et vous confions le soin de lui renouveler l’assurance des vœux que Nous venons de lui exprimer à l’occasion des festivités du dixième Anniversaire de l’Indépendance de l’Algérie.

Oui, c’est une étape nouvelle, et, Nous voulons l’espérer, pleine de promesses, qui est inaugurée aujourd’hui dans les rapports entre le Saint-Siège et la jeune République Démocratique et Populaire d’Algérie. Votre Excellence a l’honneur d’en être le témoin privilégié et le premier coopérateur de choix, en qualité d’Ambassadeur: soyez le bienvenu et demeurez assuré de notre aide bienveillante pour l’accomplissement de votre haute mission.

Dans un langage à la fois dense et ferme, vous vous êtes fait l’écho des efforts et des idéaux, des soucis et des espoirs de vos chers compatriotes, en ce qui concerne la prospérité à tous égards de leur pays, si riche de vitalité, et leur engagement actif dans le concert des nations.

Votre Excellence sait, et elle a eu la bonté de le souligner, que l’Eglise catholique prend très à cœur les droits des personnes et des peuples, et de même les conditions de liberté, de dignité, d’égalité raciale, de justice, de responsabilité, de solidarité, que requiert leur épanouissement plénier. Car ce destin est inscrit par le Créateur, dans la nature humaine, comme une vocation, qu’il revient aux hommes de réaliser ensemble, avec l’aide du Très-Haut. C’est pourquoi, de ce Siège Apostolique, Nous ne voulons perdre aucune occasion de témoigner en faveur des opprimés ou des pauvres de toute sorte, en faisant inlassablement appel à la compréhension, au règlement pacifique, à une garantie internationale des droits, à la concertation des bonnes volontés, à la mobilisation des énergies pour des tâches constructives si urgentes, au-dessus des tensions dangereuses, des violences stériles et des haines meurtrières. Il nous est particulièrement cher de vous entendre évoquer une coopération fructueuse, et respectueuse des droits de chacun, entre ceux qui demeurent solidaires, par tant de liens historiques et culturels, autour de ce bassin méditerranéen.

Mais, Nous en avons bien conscience, les sentiments, les paroles et les projets ne sauraient suffire. C’est au cœur des réalités concrètes que les chrétiens sont appelés à mettre en œuvre leur considération de la dignité d’autrui, leur volonté de paix, l’entraide fraternelle, leur souci des valeurs suprêmes (Populorum Progressio, 21). Ceux qui travaillent actuellement au sein de l’Algérie nouvelle, prêtres, religieux, religieuses et laïcs, n’ont pas d’autre ambition. Est-il besoin d’évoquer la noble figure de notre cher Frère le Cardinal Duval, dont vos compatriotes connaissent les sentiments de loyauté et de généreux service? Nous savons gré aux Autorités et aux populations de votre pays de l’estime, de la sympathie et de la confiance qu’elles témoignent à la communauté chrétienne dont il a la charge avec les autres Evêques d’Algérie. Assurés de cette bienveillance, les catholiques pourront continuer à vivre leur foi spécifique, dans un dialogue respectueux et fécond avec leurs amis musulmans. Du même élan, ils contribueront, individuellement et grâce au soutien nécessaire de leurs associations, aux grandes réalisations de développement qui sont en cours: l’accès de tous à l’éducation de base, l’épanouissement du patrimoine spirituel et culturel, l’assistance aux malades et handicapés, la mise en œuvre des richesses nationales au profit de chacun, la formation aux responsabilités, la promotion de la justice sociale, l’accroissement du bien-être des personnes et des familles, la recherche d’une qualité de vie ouverte sur l’absolu.

Cette collaboration fructueuse entre les divers croyants citoyens de l’Algérie trouvera un garant et un stimulant, Nous l’espérons fermement, dans ces relations particulières qui s’établissent aujourd’hui entre le Saint-Siège, centre de l’Eglise catholique, et votre Gouvernement. En redisant à Votre Excellence les vœux confiants que Nous formons pour cet avenir, Nous implorons de grand cœur sur votre personne, Monsieur l’ambassadeur, sur les vôtres et sur l’Algérie tout entière, les Bénédictions du Très-Haut.    


*AAS 64 (1972), p.507-509;

Insegnamenti di Paolo VI, vol.X, p.733-735;

L’Attività della Santa Sede 1972, p. 251-252;

OR 10-11.7.1972, p.1;

ORf n. 29 p.2;

La Documentation catholique n.1614 p.706.

                     



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana