Index   Back Top Print

[ EN  - ES  - FR ]

Discours à l’Ambassadeur du PANAMA, S.E.M. Arturo Morgan Morales

Jeudi 18 janvier 1973

 

Monsieur l’Ambassadeur,

Nous avons écouté avec un cordial intérêt les paroles que vous nous avez adressées à l’occasion de la présentation des Lettres qui vous accréditent en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire du Panama près le Saint-Siège.

Nous vous sommes particulièrement reconnaissant pour l’éloge que vous avez fait de notre action en faveur de la paix et de l’activité exercée par l’Eglise en votre pays.

En tant que porteur du message divin du salut qui embrasse tout l’homme dans sa démarche vers Dieu et dans ses relations avec le monde, l’Eglise témoigne d’une solidarité particulière avec les aspirations légitimes et de développement de la vie humaine, Elle ne demeure ni indifférente, ni neutre devant les problèmes du pèlerinage terrestre; au contraire elle s’emploie de manière décidée et désintéressée en faveur de l’humanité, toujours dans la ligne qui lui est propre, projetant sur les efforts des particuliers et des nations la lumière de sa parole, leur apportant la vision d’un humanisme plus dense ainsi que l’activité de ses fils, dans le but de créer un monde plus fraternel, plus juste, plus pacifique.

C’est pourquoi nous suivons avec un intérêt tout spécial l’oeuvre que, sous la direction de ses Pasteurs, l’Eglise accomplit en votre pays, collaborant au bien de tous, non seulement en cultivant l’esprit religieux, mais aussi en participant de manière active au progrès intégral, se con. sacrant concrètement aux domaines qui lui sont plus propres, comme la mission éducative, la promotion d’une authentique conscience sociale chrétienne, la formation et l’assistance dans le cadre de la vie familiale, Voilà l’esprit de collaboration qui anime l’Eglise et. nous avons l’espoir que, quelles que soient les difficultés qui pourraient surgir, elles se résolvent dans un climat de compréhension et d’entente réciproques.

Nous espérons que l’esprit chrétien qui, par tradition, caractérise les Panaméens, et le désir de progrès qui les anime, comme l’a rappelé Votre Excellence, contribuent de manière décisive à faire qu’au Panama les réalités répondent de plus en plus aux aspirations de ses populations bien-aimées. Défenseur des pauvres et des nécessiteux, nous sommes certain qu’ils feront toujours plus l’objet d’une spéciale attention, afin que non seulement ils bénéficient des avantages du progrès mais que chacun d’eux, étant plus et se sentant plus, puisse collaborer au succès de son propre développement et de celui de la communauté tout entière. C’est avec une toute particulière affection que nous pensons en ce moment aux paysans et aux ouvriers qui tant espèrent et peuvent tellement donner à la société.

Nous nous permettons également de penser aux jeunes, espoir de l’avenir et stimulant du présent. La société doit leur consacrer de constants efforts pour que leurs justes aspirations et leurs désirs trouvent une réponse satisfaisante et qu’ils aient la possibilité de jouir des fruits d’un progrès fraternel et d’une existence pacifique. En cette tâche importante, l’Eglise sera toujours présente, manifestant son intérêt tout particulier.

Nous adressons nos plus déférentes salutations aux hautes autorités de votre pays, en réponse à ce qu’elles nous ont transmis par l’intermédiaire de Votre Excellence; pour vous, Monsieur l’Ambassadeur, nous formons les meilleurs vœux et nous vous assurons de toute notre bienveillance pour l’heureux accomplissement de la haute mission qui devient maintenant la votre.

C’est dans ces sentiments que nous implorons la continuelle assistance Divine pour Votre Excellence, et que de tout cœur, nous étendons à tous nos fils bien-aimés du Panama notre Bénédiction Apostolique, comme vous l’avez demandé.


*ORf n.4 p.4.

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana