Index   Back Top Print

[ EN  - ES  - FR ]

DISCOURS DU PAPE PAUL VI
À L’AMBASSADEUR D'ARGENTINE*

Mardi 3 décembre 1974

 

C’est avec une vive satisfaction et un réel plaisir que nous avons écouté les déférentes paroles que Votre Excellence a bien voulu nous adresser en nous présentant les Lettres qui l’accréditent comme Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République Argentine près le Saint-Siège. Nous vous souhaitons très cordialement la bienvenue et vous exprimons chaleureusement la grande affection que nous portons à nos chers fils de votre pays.

Nombreux et profonds sont les liens qui, tout au long de son histoire séculaire, ont uni, dans une intercommunication fructueuse et heureuse, la Nation Argentine et le Saint-Siège. Ce furent comme les fruits naturels du sentiment chrétien profondément enraciné dans le Peuple argentin qui a su incorporer à ses valeurs et vertus bien connues sur les plans humain, culturel et social, l’inspiration supérieure des valeurs transcendantes qui, tenant leur origine de Dieu, constituent un appel permanent vers les objectifs les plus élevés pour l’esprit et pour la communauté des vivants elle-même.

Votre Excellence a fait allusion. dans son discours aux efforts que nous déployons en faveur de la vérité, de la justice, de la liberté et de la paix dans le monde. Fidèle au mandat d’amour universel enseigné par le Christ nous ne pouvons que ressentir de la sollicitude pour toutes les Eglises (2 Co 11, 28), plus encore, pour tous les hommes; nous voulons les servir en tout ce qui est possible en leur offrant la lumière céleste pour éclairer leurs esprits, guider leurs consciences, renforcer leurs propos dans leur recherche angoissée du sens véritable et de la destinée ultime des choses et de l’humanité (cf. Gaudium et Spes, n. 3).

Tel est le désir qui a animé et qui anime l’Eglise en Argentine chaque fois qu’elle s’est efforcée de convaincre les fidèles de la nécessité de développer les innombrables exigences de perfectionnement que comporte le message chrétien, en les invitant à croire en une terre et des cieux nouveaux, sans affaiblir pour autant le souci de perfectionner cette terre où grandit le corps de la nouvelle famille humaine (cf. Gaudium et Spes n. 39). La conscience permanente et active de cette fraternité humaine en Dieu et de l’exigence consécutive d’une solidarité vive et dynamique, sans cesse renouvelée, de tous ceux qui marchent vers le même but, pourra être la source inspiratrice de sentiments convergents et d’efforts généreux pour tous les Argentins, et pour chacun d’entre eux, afin qu’ils trouvent la paix dans la concorde des esprits et la réconciliation dans le complexe des relations et des institutions.

Voilà ce que nous désirons ardemment pour la Nation Argentine, spécialement dans les difficiles circonstances actuelles. C’est un souhait qui a une résonance particulièrement vive dans notre âme devant l’appel qui jaillit des objectifs fixés pour l’Année Sainte. Monsieur l’Ambassadeur : au début de la haute mission qui vous a été confiée par Madame la Présidente de votre pays – que nous remercions pour ses compliments et dont il nous plait d’évoquer la récente visite –, nous vous assurons de notre bienveillance et de notre appui pour l’heureux accomplissement de votre tâche. Nous invoquons pour Votre Excellence, pour les Autorités et pour tous nos fils bien-aimés d’Argentine, d’abondantes bénédictions du Très-Haut.


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française, n.51 p.4.

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana