Index   Back Top Print

[ ES  - FR ]

DISCOURS DU PAPE PIE XII
AU NOUVEL AMBASSADEUR
DU CHILI PRÈS LE SAINT-SIÈGE,
S.E.M. LUIS CRUZ-OCAMPO
*

Samedi 30 décembre 1939

Les liens d’affection qui unissent le Siège apostolique au peuple du Chili, la réciproque confiance qui les caractérise et qui s’est manifestée même dans des circonstances difficiles, assurent à Votre Excellence un accueil cordial et bienveillant, en harmonie avec les sentiments de votre noble nation et avec l’importance de la noble mission que S. Exc. M. le président de la République vous a confiée.

Votre Excellence, parlant au nom de son gouvernement, a trouvé des paroles élevées pour reconnaître les valeurs spirituelles que l’Eglise catholique a proclamées dans le monde et que, depuis presque deux mille ans, elle maintient et s’efforce de promouvoir au prix de grandes difficultés et oppositions, de même qu’aussi la portée extraordinaire de l’application de ces valeurs en accord avec les nécessités de notre temps dans le domaine immense et discuté du progrès social. Ces paroles sont pour Nous sujet de satisfaction et un gage qu’à l’avenir les relations entre le Saint-Siège et la République du Chili iront en se développant dans l’harmonie, à l’avantage des vrais intérêts de votre pays et du bien spirituel et culturel de votre peuple.

L’Église, dont la main maternelle tâte avec un soin inquiet le pouls fébrile de l’humanité de notre temps, l’Église, dont l’œil perspicace découvre les besoins, les souffrances et les aspirations qui sont cachés à d’autres, l’Église, dont l’oreille ausculte dans les confidences des cœurs ces abîmes dans lesquels sont plongées les âmes de ceux qui se croient victimes d’injustices conscientes ou inconscientes, l’Église, disons-Nous, voit avec une claire évidence et seconde avec un zèle infatigable l’impérieux devoir de cette « rédemption des prolétaires » qui a commencé dans la crèche de Bethléem et dont Notre grand prédécesseur parlait avec une science si éclairée et si apostolique.

Rien ne Nous sera plus agréable, Monsieur l’ambassadeur, que de procurer de plus en plus au peuple chilien qui Nous est si cher – sur le territoire duquel Nous venons d’augmenter les moyens de Notre assistance spirituelle efficace par l’érection de deux nouveaux archidiocèses – ces secours précieux et irremplaçables sur le chemin de la vraie prospérité, qui proviennent de la doctrine et de la loi de Jésus-Christ et d’une formation individuelle et sociale en pleine conformité avec elle.

La confiance qu’a fait naître en Nous les paroles de Votre Excellence, que l’Église, dans l’exercice de sa mission de vérité et d’amour, pourra jouir au Chili de la liberté qui lui convient comme à une société parfaite et qui est si profondément enracinée dans la conscience catholique du peuple chilien, Nous autorise à nourrir l’espoir d’un avenir tranquille et serein.

C’est dans l’espérance de cet heureux avenir que Nous répondons cordialement aux vœux courtois que, par votre intermédiaire, Nous a adressés S. Exc. M. le Président de la République, et que Nous offrons à Votre Excellence Notre bienveillant appui dans l’accomplissement de sa haute charge, tandis que Nous envoyons avec une affection paternelle, à travers l’immensité de l’Océan et par-dessus les Andes, à tous Nos chers fils et filles du lointain Chili, Nos plus abondantes bénédictions.


* Documents Pontificaux 1939, p.393-394.

Actes, tome I, p. ?.



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana