Index   Back Top Print

[ EN  - FR ]

DISCOURS DU PAPE PIE XII
À L'ENVOYÉ EXTRAORDINAIRE ET MINISTRE
PLÉNIPOTENTIAIRE D'INDE,
S.E.M. DHIRAJLAL
BHRULABHAI DESAI*

Mercredi 6 juillet 1949

C’est avec grande satisfaction que Nous acceptons les hommages que Votre Excellence, en tant qu’Envoyé extraordinaire et Ministre plénipotentiaire du nouvel Etat de l’Inde, Nous adresse au nom de votre Gouvernement et de votre noble peuple.

Cette heure marque un événement solennel et réellement historique. De nouvelles dispositions, de nouveaux développements, qui ont sans doute mis longtemps avant d’éclore, dont la deuxième guerre mondiale a plutôt hâté que causé l’apparition, atteignent aujourd’hui de vastes étendues de la terre. L’Extrême-Orient, par-dessus tout émerge politiquement, socialement et spirituellement, et occupe une position de premier rang et de ce fait, il se trouve en face de responsabilités et de devoirs formidables, mais aussi devant des occasions précieuses pour favoriser la prospérité et la paix dans l’humanité.

Dans ce mouvement du monde vers de nouvelles destinées, votre pays aujourd’hui dans son stade initial à côté d’autres, est appelé à jouer un rôle important, ainsi que tout observateur vigilant ne peut manquer de le remarquer.

L’Inde nouvelle, qui Nous a envoyé dans la personne de Votre Excellence, un représentant aussi compétent et aussi distingué, est douée d’immenses possibilités capables de tout transformer, et celles-ci paraissent déjà à l’horizon dans un avenir à la fois proche et lointain. Sa population et ses ressources naturelles, ses capacités de production actuelles et latentes, de même son imposant héritage spirituel, constituent des éléments destinés à remplir certainement des fonctions spéciales au contact avec les autres cultures.

Un élément essentiel de votre héritage spirituel est le sérieux et le respect des sentiments religieux, la conscience profonde, dans l’âme du peuple hindou, de sa dépendance envers Dieu.

Celui à qui Votre Excellence fait forcément allusion comme le « Père de la Nation » a légué à son peuple un héritage de grande valeur, une foi solide dans la primauté des valeurs spirituelles sur les valeurs matérielles.

Votre Excellence a rappelé en termes chaleureux et reconnaissants l’esprit de travail et de sacrifice qui, durant des siècles, a caractérisé les activités, en terre hindoue, de tant de Nos fils et filles spirituelles.

Ceux qui, comme eux, admettent les enseignements du Sermon sur la Montagne, comme une règle inviolable de vie, et qui reconnaissent en Celui qui les a proclamés un Maître divin, et un sublime Modèle, ceux-là ne permettront pas que cet idéal de service généreux et dévoué soit affecté par les changements successifs de forme et de contenu que les événements politiques des récentes années ont provoqués. Comme toujours, aujourd’hui et demain, comme hier, suivant l’exemple du Christ et obéissant aux enseignements de Son Vicaire, qui embrasse tous les peuples avec une égale affection, ces enfants qui sont Nôtres ne viseront qu’à être au service de tous, et, par les services rendus, de préparer les voies à la vraie prospérité, à la paix et au bonheur de ce noble peuple auquel ils appartiennent et au sein duquel ils travaillent.

C’est une triste caractéristique de notre temps, qu’en plusieurs endroits, règnent une conception de vie et une conception de la société qui sont viciées par un excès de matérialisme ou qui sont perverties par une négation brutale de toutes les valeurs spirituelles.

Les peuples sont les premiers à souffrir des effets désastreux de telles déviations ou dégénérescences. C’est par là qu’ils perdent non seulement leur liberté mais encore leur, dignité.

C’est pourquoi il est d’autant plus nécessaire et urgent que les Chefs d’États et de peuples qui reconnaissent dans la primauté de l’esprit sur la matière une des lois fondamentales de leur existence et la base de leurs espérances pour l’avenir, unissent leurs forces individuelles et collectives pour endiguer la marée montante du matérialisme qui doit nécessairement déborder en esprit de violence et de servitude ; qu’ils érigent un barrage pour garder intact le patrimoine du genre humain.

Dans cette alliance spirituelle de tous ceux qui sont opposés – par conviction intime et conscience – à la domination de l’esprit par les forces de la matière et de la violence, la Providence a assigné au pays que Votre Excellence représente, une position qui lui octroie une grave responsabilité, mais aussi une position précieuse en distinction et riche en promesses de succès.

Puisse Dieu accorder au nouvel État de l’Inde, se préparant à réaliser de grandes et durables choses, qu’il réponde aux attentes et aux grands espoirs du monde.

Tel est, en effet, notre espoir, tandis que Nous répondons cordialement aux bons vœux exprimés par Votre Excellence, au nom du gouvernement et du peuple des Indes.

Nous vous donnons également l’assurance, au début de votre noble mission, que vous pourrez compter sur Notre constant désir de compréhension et de secours en toutes les matières capables de développer et de fortifier les relations officielles commencées sous de si heureux auspices.


* Documents Pontificaux 1949, p. 261-263.

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana