Index   Back Top Print

[ EN  - FR ]

  DISCOURS DU PAPE PIE XII
À
UN GROUPE DE PARLEMENTAIRES DES ÉTAT-UNIS VENUE ENQUÊTER SUR LES D ÉPENSES DES ORGANISMES QUE LEUR GOUVERNEMENT ENTRETIENT EN EUROPE *

Samedi 22 octobre 1949  

Recevant, il y a quelques semaines seulement, un groupe de vos honorables collègues de la Chambre des représentants, Nous avons exprimé une fois de plus Notre profonde et constante sollicitude pour la situation misérable de nombreuses populations que la marée impitoyable des suites de la guerre a déracinées et dispersées sur les continents d’Europe et d’Asie, où l’avenir leur réserve une existence morne, incertaine, décourageante. Tout cœur d’homme doit saigner spécialement devant le sort de l’enfance innocente, espoir d’une génération.

Votre distinguée Commission s’intéresse aussi particulièrement, Nous a-t-on dit, au problème posé par ces membres malheureux de la famille humaine dont la misère et l’infortune n’ont en rien diminué la dignité et les droits propres à l’homme. La générosité américaine a participé largement à diverses organisations internationales de secours.

Vous avez raison d’examiner avec quel succès ces secours ont été et sont distribués à ceux qui en ont réellement le plus besoin.

Un autre problème est sans doute venu plus d’une fois à votre esprit, sinon à vos lèvres : la politique actuelle d’immigration est-elle aussi libérale que le permettent les ressources naturelles d’un pays si prodigieusement béni par le Créateur et que sembleraient l’exiger les nécessités pressantes d’autres pays ? Vos voyages vous fourniront, sans aucun doute, de nombreux éléments de réponse à cette question.

C’est une tâche vraiment gigantesque que d’essayer de porter aux peuples éprouvés la paix et une modeste prospérité ; mais que tous ceux qui, avec un tel désintéressement, travaillent dans ce but, se rappellent les paroles du divin Maître : « Quiconque donnera seulement un verre d’eau fraîche à l’un de ces petits... ne perdra point sa récompense ». (Mt 10, 42) « Tout ce que vous avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ». (Mt 25, 40)

Nous prions et Nous avons confiance que sous son inspiration et avec son aide les efforts tentés aujourd’hui par tant d’hommes au cœur rempli de compassion et d’amour pour les hommes porteront des fruits de plus en plus abondants.

Ce Nous a été un plaisir de vous recevoir, Messieurs ; Nous implorons les bénédictions célestes les plus précieuses sur vous et tous ceux qui vous sont chers.


* Documents Pontificaux 1949, p. 450-451.

La Documentation catholique 1950 n°1063 col. 307-308.



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana