Index   Back Top Print

[ DE  - EN  - ES  - FR  - HR  - IT  - PT ]

PAPE FRANÇOIS

REGINA CÆLI

Place Saint-Pierre
Lundi de l'Ange, 2 avril 2018

[Multimédia]


 

Chers frères et sœurs, bonjour!

Le lundi après Pâques est appelé «Lundi de l’Ange», selon une très belle tradition qui correspond aux sources bibliques sur la Résurrection. En effet, les Evangiles (cf. Mt 28, 1-10, Mc 16, 1-7; Lc 24, 1-12) racontent que, quand les femmes allèrent au Sépulcre, elles le trouvèrent ouvert. Elles craignaient de ne pas pouvoir entrer parce que la tombe avait été fermée par une grande pierre. En revanche, elle était ouverte; et de l’intérieur, une voix leur dit que Jésus n’est pas là, mais qu’il est ressuscité.

Pour la première fois, sont prononcées les paroles: «Il est ressuscité». Les évangélistes nous rapportent que cette première annonce fut donnée par les anges, c’est-à-dire les messagers de Dieu. Cette présence angélique a une signification: de même que c’est un ange, Gabriel, qui avait annoncé l’Incarnation du Verbe, ainsi, pour annoncer pour la première fois la Résurrection, une parole humaine n’était pas suffisante. Il fallait un être supérieur pour communiquer une réalité si bouleversante, si incroyable que sans doute aucun être humain n’aurait osé la prononcer. Après cette première annonce, la communauté des disciples commence à répéter: «C’est bien vrai! le Seigneur est ressuscité et il est apparu à Simon» (Lc 24, 34). Cette annonce est belle. Nous pouvons le dire tous ensemble à présent: «C’est bien vrai! le Seigneur est ressuscité». Cette première annonce — «C’est bien vrai! le Seigneur est ressuscité» — exigeait une intelligence supérieure à celle humaine.

Aujourd’hui est un jour de fête et de convivialité vécu traditionnellement en famille. C’est une journée de famille. Après avoir célébré la Pâque, on ressent le besoin de se réunir encore avec ses proches et avec ses amis pour faire la fête. Parce que la fraternité est le fruit de la Pâque du Christ qui, avec sa mort et sa résurrection, a vaincu le péché qui séparait l’homme de Dieu, l’homme de lui-même, l’homme de ses frères. Mais nous savons que le péché sépare toujours, il crée toujours des inimitiés. Jésus a abattu le mur de division entre les hommes et a restauré la paix, en commençant à tisser le réseau d’une nouvelle fraternité. A notre époque, il est très important de redécouvrir la fraternité, telle qu’elle était vécue dans les premières communautés chrétiennes. Redécouvrir comment laisser une place à Jésus qui ne sépare jamais, qui unit toujours. Il ne peut y avoir de véritable communion et d’engagement pour le bien commun et la justice sociale sans fraternité et partage. Sans partage fraternel, on ne peut réaliser de communauté ecclésiale ou civile: il n’existe qu’un ensemble d’individus mus ou regroupés par leurs propres intérêts. Mais la fraternité est une grâce que fait Jésus.

La Pâque du Christ a fait exploser dans le monde une autre chose: la nouveauté du dialogue et de la relation, une nouveauté qui pour les chrétiens, est devenue une responsabilité. En effet, Jésus a dit: «A ceci tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples: si vous avez de l’amour les uns pour les autres» (Jn 13, 35). Voilà pourquoi nous ne pouvons pas nous refermer sur notre sphère privée, sur notre groupe; mais nous sommes appelés à nous occuper du bien commun, à prendre soin de nos frères, en particulier ceux plus faibles et marginalisés. Seule la fraternité peut garantir une paix durable, peut vaincre la pauvreté, peut éliminer les tensions et les guerres, peut extirper la corruption et la criminalité. Que l’ange qui nous dit: «Il est ressuscité», nous aide à vivre la fraternité et la nouveauté du dialogue et de la relation et la préoccupation pour le bien commun.

Que la Vierge Marie, que, en ce temps pascal, nous invoquons sous le titre de Reine du Ciel, nous soutienne par sa prière, afin que la fraternité et la communion dont nous faisons l’expérience en ces jours de Pâques, puissent devenir notre style de vie et l’âme de nos relations.


À l'issue du Regina Caeli

Chers frères et sœurs,

Dans le climat pascal qui caractérise la journée d’aujourd’hui, je vous salue tous cordialement, familles, groupes paroissiaux, associations et pèlerins individuels, venus d’Italie et de diverses parties du monde.

A chacun de vous, je souhaite de vivre dans la sérénité ces jours de l’Octave de Pâques, au cours desquels se prolonge la joie de la Résurrection du Christ. Saisissez toute bonne occasion pour être témoins de la paix du Seigneur ressuscité, en particulier à l’égard des personnes les plus fragiles et désavantagées. A ce propos, je désire vous assurer de ma prière spéciale pour la journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, que l’on célèbre aujourd’hui.

Invoquons le don de la paix pour tout le monde, en particulier pour les populations qui souffrent le plus à cause des conflits en cours.

Je renouvelle tout spécialement mon appel afin que les personnes enlevées ou injustement privées de la liberté soient relâchées et puissent rentrer chez elles.

Bon Lundi de l’Ange! S’il vous plaît, n’oubliez pas de prier pour moi. Bon déjeuner, au revoir et: «C’est bien vrai, le Seigneur est ressuscité».

 

 


© Copyright - Libreria Editrice Vaticana