Index   Back Top Print

[ FR ]

PAPE FRANÇOIS

MÉDITATION MATINALE EN LA CHAPELLE DE LA
MAISON SAINTE-MARTHE

Diversité dans l’harmonie

Jeudi 9 novembre 2017

(L'Osservatore Romano, Édition hebdomadaire n° 047 du 23 novembre 2017)

Petit rappel sur l’Eglise: le fondement est le Christ, l’Esprit Saint ne doit pas être un inconnu et les communautés ne doivent pas se réduire à un marché de mondanité, entre argent et vanité. L’appel à «édifier, garder et purifier» l’Eglise a été lancé par le Pape François. «Aujourd’hui, nous rappelons la dédicace, c’est-à-dire la consécration de la cathédrale de ce diocèse», a-t-il souligné en rappelant la fête de l’anniversaire de la dédicace de la basilique du Latran. «Nous sommes tous du diocèse de Rome, notre église-cathédrale fête aujourd’hui sa consécration et est appelée, parce que c’est la cathédrale de Rome, le siège primatial, elle est appelée  “mère de toutes les églises”: c’est ainsi qu’on appelle notre cathédrale. Je pense que nous pouvons utiliser trois mots: édifier l’Eglise, garder l’Eglise et purifier l’Eglise». «Edifier l’Eglise», avant tout. «Construire l’Eglise, édifier l’Eglise». Le fondement est Jésus Christ, il est la pierre angulaire de cet édifice». «Sans Jésus Christ, il n’y a pas d’Eglise parce qu’il n’y a pas de fondement». «S’il n’y a pas Jésus Christ vivant dans l’Eglise, elle s’écroule et c’est pour cela que Paul dit: “Mais que chacun soit attentif à la façon dont il construit. En effet, personne ne peut poser de fondement différent de celui qui s’y trouve déjà, qui est Jésus Christ”». «Le fondement ne se change pas. Nous sommes des pierres vivantes. Chacune des pierres est différente, chacun de nous est différent; et c’est la richesse de l’Eglise». Au point que «chacun de nous construit selon le don que Dieu a donné. Nous ne pouvons pas penser à une Eglise uniforme: cela n’est pas l’Eglise». «En ces jours, Paul nous parlait des charismes, et il dit que chacun de nous a un charisme, a une façon d’être: celui qui a le charisme d’enseigner, qu’il enseigne; celui qui a le charisme de sanctifier, qu’il sanctifie». Parce que «c’est comme dans le corps: la main a besoin du nez et des yeux pour voir comment elle attrape une chose: ils se complètent ». Et «chacun de nous donne de soi dans cette complémentarité. Pour cela, l’Eglise ne peut être uniforme; elle doit être différente mais unie dans cette harmonie sur le fondement de Jésus Christ». Précisément «cela est également ce qui est à la base de la synodalité: l’Eglise doit être synodale parce que chacun de nous a ses propres charismes au service de l’unité de l’Eglise». Pour cette raison, il ne faut pas «avoir peur des différences: au contraire, il faut avoir peur quand quelqu’un veut rendre tout égal: non, cela ne va pas, cela n’est pas Eglise». «C’est ainsi que se construit l’Eglise, que s’édifie l’Eglise: sur la pierre angulaire qu’est Jésus Christ — et on ne peut pas la changer — et avec la diversité harmonieuse, avec l’harmonie». Et «l’harmonie est notre charité: si nous nous aimons, il y aura l’harmonie; si nous luttons l’un contre l’autre, si nous faisons des commérages, il n’y aura pas d’harmonie et l’édifice s’écroulera». Et si la «première parole est édifier l’Eglise, la deuxième est garder l’Eglise». Mais «la garder afin qu’elle aille bien». Paul la présente ainsi: «Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu a vie en vous?». Il s’agit donc de «garder l’Esprit qui habite en nous, dans l’Eglise et dans chacun de nous: l’Esprit Saint». Pourtant, «l’Esprit Saint est la vie de l’Eglise, c’est ta vie, ma vie». Et «nous sommes le temple de l’Esprit Saint et nous devons garder l’Esprit Saint au point que Paul conseille aux chrétiens de “ne pas attrister l’Esprit Saint”, c’est-à-dire de ne pas avoir une conduite contraire à l’harmonie que l’Esprit Saint crée en nous et dans l’Eglise». «Garder l’Esprit Saint et ne pas l’attrister». Le «troisième mot» est «purifier l’Eglise». Précisément «la lecture de l’Evangile nous indique ce que signifie purifier l’Eglise: le Seigneur, quand il vit ce qui se passait à l’entrée du temple, ne parla pas: il fit un fouet de cordes, chassa tout le monde hors du temple». «Nous sommes tous pécheurs, tous», et pour cela nous devons nous purifier constamment, et aussi purifier la communauté: la communauté diocésaine, la communauté chrétienne, la communauté universelle de l’Eglise pour la faire croître». L’Evangile raconte que Jésus dit: «Enlevez toutes ces choses d’ici». Mais «quelles étaient “ces choses”? Les taureaux pour le sacrifice, les colombes, l’argent des changeurs». L’ordre du Seigneur est: «Enlevez toutes ces choses d’ici et ne faites pas de la maison de mon Père une maison de commerce». C’est «le commerce de la mondanité, le commerce de l’argent, le commerce de la vanité: tant de commerces qui entrent, à travers nos péchés, dans l’Eglise». Voilà pourquoi il faut «la purifier toujours». Il faut «purifier, mais pas en regardant les péchés des autres, de l’autre: mon péché. Et mon péché est ce qui fait de l’Eglise un commerce». En conclusion, le Pape a demandé de ne pas oublier «ces trois mots des lectures d’aujourd’hui: édifier, garder et purifier» et il a invité à prier «pour l’Eglise, parce qu’elle est notre mère: nous sommes fils de l’Eglise», au point que «saint Ignace aimait dire: “notre sainte mère l’Eglise hiérarchique”».

 

 

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana