Index   Back Top Print

[ EN  - FR  - IT  - PT ]

MESSAGE-AUDIO DU PAPE FRANÇOIS
AUX PARTICIPANTS AU 37e PÈLERINAGE MACERATA-LORETO

[6 JUIN 2015]

 

Chers frères et sœurs, bonsoir !

C’est pour moi un plaisir de vous adresser la parole à l’occasion de ce 37e pèlerinage à pied de Macerata à Lorette. Je l’ai fait au cours des deux dernières années et j’ai été très content de votre force, de votre foi et de votre amour de Jésus Christ. L’autre jour, à l’Audience générale, j’ai béni le flambeau; certains d’entre vous l’avaient apporté.

Je veux vous dire que je suis proche de vous, que je suis proche de ce pèlerinage !

Le pèlerinage est un symbole de la vie, il nous fait penser que la vie est marcher, est un chemin. Si une personne ne marche pas et reste immobile, elle ne sert pas, elle ne fait rien. Pensez à l’eau, quand l’eau n’est pas dans le fleuve, elle n’avance pas, mais elle est immobile, elle se corrompt. Une âme qui ne marche pas dans la vie en faisant le bien, en faisant beaucoup de choses qu’il faut faire pour la société, pour aider les autres et qui ne marche pas non plus pour la vie en cherchant Dieu et en étant poussée de l’intérieur par l’Esprit Saint, est une âme qui finit dans la médiocrité et dans la misère spirituelle. S’il vous plaît : ne vous arrêtez pas dans la vie !

Cela peut arriver: nous avons tous connu dans notre vie des chutes, des erreurs. Mais si tu as commis une erreur, relève-toi immédiatement et continue de marcher. « Chante et marche », disait saint Augustin à ses fidèles. Marcher dans la joie et aussi marcher quand le cœur est triste, mais marcher toujours. Et si tu as besoin de t’arrêter, que ce soit pour te reposer un peu et reprendre un peu de souffle pour avancer après. Chante et marche ! Toujours, chante et marche ! Il y a aussi le danger de se tromper de route. Celui qui marche peut se tromper de route. Cela peut arriver à chacun de nous et combien de fois l’avons-nous fait. Si tu te trompes de route, reviens. Reviens, parce qu’il y a la miséricorde de Jésus.

Vous faites ce pèlerinage « caressés par la miséricorde ». La miséricorde de Jésus pardonne tout, il t’attend toujours, il t’aime toujours beaucoup. Chacun de vous connaît sa propre histoire. Nous la connaissons tous, la nôtre. « Eh, Père, je suis souvent tombé ». Il me vient à l’esprit cette belle chanson des chasseurs alpins : l’art de monter n’est pas dans le fait de ne pas tomber, mais dans celui de ne pas rester par terre. Chante et marche, et si tu es tombé, relève-toi : il y a la caresse de la miséricorde de Jésus qui pardonne tout et là est la joie, la joie de cette rencontre avec Jésus.

Dans cette longue soirée nocturne, dans cette nuit de marche, pensez à votre vie. Que dois-je faire de ma vie ? Que me dit Jésus à propos de ce que je dois faire de ma vie ? Que pense le Seigneur pour moi ? Y a-t-il la joie dans mon cœur, pour chanter en marchant ? S’il n’y a pas la joie, cherchez-la ! Le Seigneur te la donnera, il te la donnera avec sa miséricorde.

Chers frères et sœurs, faites ce chemin, je pense à vous. Ce soir, je prierai pour vous, je vous accompagnerai spirituellement de Sarajevo à Rome, parce que je rentrerai ce soir à Rome. Je serai avec vous et vous, s’il vous plaît, priez pour moi. Que le Seigneur vous bénisse et que la Vierge Marie vous garde. Et que l’ange gardien de chacun de vous vous dise à l’oreille : « Chante et marche ! ».

À bientôt !

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana