Index   Back Top Print

[ EN  - ES  - FR  - IT ]

MESSAGE DU PAPE JEAN-PAUL II
POUR LA XXVIII JOURNEE MONDIALE DE PRIERE POUR LES VOCATIONS

 

Vénérés Frères dans l’épiscopat,
bien chers frères
et soeurs du monde entier !

1. Conscient que toute vocation est un don de Dieu, que l’on doit implorer dans la prière et mériter par le témoignage de la vie, je m’adresse à vous comme chaque année pour inviter la grande famille catholique tout entière à participer spirituellement à la XVIIIe journée mondiale de prière pour les vocations, que nous célébrerons le 21 avril prochain.

Cette Journée est devenue depuis longtemps une occasion privilégiée de réfléchir non seulement sur la vocation au sacerdoce et à la vie consacrée, mais également sur le devoir qui incombe à toute la communauté chrétienne de favoriser la naissance de ces vocations et de collaborer à la perception, à la clarification et  la maturation de l’appel intérieur de Dieu (Optatam totius, 2).

Cette année, je désire attirer votre attention sur ce moment fondamental de l’expérience religieuse de tout chrétien qu’est la catéchèse. C’est elle, en effet, qui est à la base de tout dialogue vocationnel libre et authentique avec le Père céleste. Par la catéchèse, l’église conduit les fidèles, par un itinéraire de foi et de conversion, à une écoute responsable de la Parole de Dieu et à une généreuse disposition pour accueillir ses exigences. Elle veut ainsi favoriser la rencontre personnelle avec Dieu, en formant des disciples attentifs au Seigneur, qui participent à sa mission universelle. La catéchèse se révèle alors la voie spécifique pour découvrir non seulement le dessein salvifique de Dieu en général et la signification ultime de l’existence et de l’histoire, mais aussi le projet particulier qu’il a sur chacun dans la perspective de l’avènement du Royaume dans le monde.

«La catéchèse tend, en effet, à développer l’intelligence du mystère du Christ à la lumière de la Parole, pour que l’homme tout entier soit imprégné par elle. Transformé par l’action de la grâce en une nouvelle créature, le chrétien se met ainsi à suivre le Christ et, dans l’Église, apprend toujours mieux à penser comme lui, à juger comme lui, à agir en conformité à ses commandements, à espérer comme il nous y invite» (Catechesi tradendae, 20).

2. Le cheminement de la catéchèse atteint pleinement son sommet quand il se fait école de prière, c’est-à-dire de formation à un colloque passionné avec Dieu, Créateur et Père; avec le Christ, Maître et Sauveur; avec l’Esprit Saint, qui donne la vie. Grâce à un tel colloque, ce que l’on écoute et apprend ne reste pas dans l’esprit mais conquiert le cœur et tend à se traduire dans la vie. En effet, la catéchèse ne peut pas se contenter d’annoncer les vérités de la foi, mais doit viser à susciter la réponse de l’homme, afin que chacun assume le rôle qui est le sien dans le plan du salut et se rende disponible pour offrir sa vie pour la mission de l’Église, même dans le sacerdoce ou la vie consacrée, en suivant le Christ de plus près.

Il est nécessaire que les croyants, spécialement les jeunes, soient amenés à comprendre que la vie chrétienneest avant tout une réponse à l’appel de Dieu et à reconnaître, dans cette perspective, le caractère particulier des vocations presbytérales, diaconales, religieuses, missionnaires, consacrées dans la vie séculière, et leur importance pour le Royaume de Dieu.

3. Dans ce contexte, les catéchistes doivent se sentir responsables devant l’Église et les destinataires du message. Leur enseignement, qui vise à conduire l’homme moderne à découvrir Dieu Amour comme Créateur, Rédempteur et Sanctificateur, amènera les enfants et les jeunes à envisager le devoir qui est celui de tout chrétien d’aider l’Église à accomplir sa mission, laquelle ne peut se réaliser que grâce à l’apport des divers ministères et charismes dont l’Esprit Saint l’a dotée. Il cherchera à faire découvrir que le sacerdoce ministériel est un grand don, un don gratuit, que Dieu offre à son Église, dans une communion plus radicale avec le sacerdoce du Christ (cf. Lumen gentium, 10). Il mettra dans une juste lumière la valeur de la virginité et du célibat ecclésiastique, comme voies évangéliques qui portent à la consécration totale à Dieu et à l’Église, et multiplient la fécondité de l’amour spirituel chrétien (cf. Perfectae caritatis, 12).

Que les responsables de la catéchèse respectent toujours l’intégrité de l’annonce de l’Évangile, qui comprend aussi l’appel à suivre le Christ de plus près. Qu’ils se fassent les exécutants intelligents dé l’appel que mon prédécesseur Paul VI adressa lors de son dernier message pour cette Journée: «Faites connaître ces réalités, enseignez ces vérités, rendez-les compréhensibles, stimulantes, attrayantes, comme savait le faire Jésus, Maître et Pasteur. Que personne, par notre faute, n’ignore ce qu’il doit savoir pour orienter sa vie dans un sens différent et meilleur» (Insegnamenti di Paolo VI, XVI, 1978, p. 259).

4. Je souhaite que ma parole rejoigne tous ceux que l’esprit Saint appelle à collaborer avec lui: les parents chrétiens, les prêtres, les religieux et les nombreux laïcs engagés dans l’action éducative. Je souhaite tout particulièrement que cette exhortation atteigne le cœur et l’esprit des très nombreux catéchistes qui, dans les diverses Églises particulières, collaborent généreusement avec les pasteurs à la grande œuvre de l’évangélisation des générations nouvelles.

Chers catéchistes, votre mission est délicate et importante! De votre service dépend la croissance et la maturité chrétienne des enfants et des jeunes qui vous sont confiés. On ressent dans l’Église le besoin de catéchèses pour connaître la Parole de Dieu, les sacrements, la liturgie et les devoirs propres à la vie chrétienne. Mais spécialement à certains moments de la croissance en âge, on a besoin de catéchèses d’orientation pour choisir un état de vie. Ce n’est qu’à la lumière de la foi et de la prière qu’il est possible de saisir le sens et la force des appels divins.

Que votre ministère de catéchistes s’accomplisse dans la foi, se nourrisse de prière et soit soutenu par une vie chrétienne cohérente. Soyez des experts dans la manière de parler aujourd’hui aux jeunes, des pédagogues valables et crédibles dans votre présentation de l’idéal évangélique comme vocation universelle, dans votre présentation du sens et de la valeur des diverses vocations consacrées.

Aux évêques et aux prêtres, je demande de maintenir toujours vive la dimension vocationnelle de la catéchèse, en veillant particulièrement à la formation spirituelle et culturelle des catéchistes, et en soutenant leurs propositions vocationnelles par le témoignage efficace d’une vie riche en sainteté pastorale.

Aux Familles religieuses, masculines et féminines, je demande de consacrer le maximum de leurs capacités et de leurs possibilités à l’œuvre spécifique de la catéchèse, pour coopérer à faire en sorte qu’elle ne soit pas un moment isolé du cheminement pastoral mais qu’elle s’insère dans un vaste projet

Du Vatican, le 4 octobre 1990, fête de saint François d’Assise, en la douzième année de mon pontificat.

Jean-Paul II

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana